Bruxelles : le gouvernement tend enfin la main, les 450 sans-papiers suspendent leur grève de la faim

Pas d'image

Dans la capitale belge, plusieurs centaines de personnes refusaient de s’alimenter depuis le 23 mai réclamant leur régularisation. Le gouvernement semble prêt à lâcher du lest.
Enfin une issue avant le drame ? La grève de la faim endurée depuis deux mois à Bruxelles par quelque 450 sans-papiers demandant un titre de séjour avec accès au marché du travail est «provisoirement suspendue», a annoncé mercredi leur comité de soutien, saluant «une main tendue» par le gouvernement. Il leur a été suggeré de faire valoir des «circonstances exceptionnelles» (ancrage long en Belgique, vulnérabilité, etc.) ou, pour un plus petit nombre, «la possibilité d’une protection internationale», explique le comité.
Le Premier ministre belge Alexander De Croo a réagi immédiatement en estimant que «mettre fin à la grève de la faim est la seule bonne décision». «Un gouvernement ne peut jamais accepter le chantage, a ajouté le dirigeant libéral flamand dans un communiqué distinct. Espérons que des dommages physiques permanents ont pu et pourront être évités.» De Croo a également jugé que «si des séquelles physiques subsistent, tous ceux qui ont encouragé les grévistes de la faim ces dernières semaines, leur ont donné de faux espoirs ou leur ont fourni des informations non objectives, en porteront la responsabilité».


L’Info en continu
  • Cameroun
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé