Pologne : la primauté du droit européen contestée par Valérie Pécresse

Pas d'image

Après plusieurs autres candidats à l’Élysée, c’est désormais au tour de Valérie Pécresse (ex-LR) de contester, ce mercredi 13 octobre, la primauté du droit européen sur les « identités constitutionnelles » des États membres de l’UE après l’exemple polonais. Sur CNews, la candidate à l’investiture des Républicains pour la présidentielle s’est dite « très choquée » par l’ordre donné en juillet à la Pologne par la Cour de justice de l’UE (CJUE) de faire cesser immédiatement les activités de la chambre disciplinaire de sa Cour suprême, institution mise en place dans le cadre d’une réforme du système judiciaire du pays. Dans la foulée, le Tribunal constitutionnel polonais a contesté la primauté du droit européen sur le droit polonais.
« L’Europe exerce son magistère dans le cadre des traités qui sont au-dessus de nos lois mais ne peuvent pas être au-dessus de nos identités constitutionnelles, ni celle de la Pologne ni celle de la France », a estimé Valérie Pécresse. « L’Europe, c’est l’Europe des nations. Ça veut dire que nos lois constitutionnelles, notre identité constitutionnelle, à chacun, chaque État souverain, doit l’emporter sur la juridiction européenne », a-t-elle défendu.


L’Info en continu
  • Cameroun
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé