Sahel : l’armée française annonce la mort de deux cadres du groupe terroriste EIGS

Pas d'image

Selon l’état-major des armées françaises, les deux hommes ont été abattus au sud de Ménaka. Il s’agit de Rhissa al-Sahraoui, présenté comme homme de confiance du chef du groupe État islamique au Grand Sahara. Il aurait joué un rôle important dans le recrutement et la formation de combattants armés. Et il aurait également participé à l’attaque d’Inatès contre les forces nigériennes, en décembre 2019, qui avait coûté la vie à plus de 80 soldats nigériens et provoqué une onde de choc dans le pays. Trois jours de deuil national avaient été décrétés.
L’autre cadre de l’EIGS que l’armée française dit avoir abattu est Abou Abderrahmane al-Sahraoui. Il jouait selon l’état-major un rôle d’autorité morale puisqu’il rendait la justice et prononçait les sentences les plus graves comme des condamnations à mort. Il était actif dans les groupes armés terroristes au Mali depuis 2013.
Un peu plus tôt dans la journée, dans un communiqué, l’état-major français avait annoncé avoir mené l’opération dans la nuit de mercredi à jeudi en coordination avec l’armée américaine, contre un camp de l’EIGS.


L’Info en continu
  • Cameroun
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé