Linfo en continu

    • mercredi 02 juin
    • Cameroun : Christopher Eboka, prêtre du diocèse de Mamfé, enlevé par des séparatistes

      journalducameroun - 16h35

      Depuis le 22 mai 2021, on est sans nouvelle du père Christopher Eboka, prêtre du diocèse de Mamfé, dans la région du Sud-ouest du Cameroun. Selon plusieurs sources, il a été enlevé par des séparatistes. Le 28 mai dernier, toutes les paroisses de ce diocèse ont célébré une messe pour sa libération. Le père Eboka, directeur de la communication de Mamfé, avait quitté cette ville pour une brève tournée pastorale, en vue de la Pentecôte, pour se rendre dans certaines localités dépendant de la paroisse cathédrale de Mamfé.
      « Les rapports qui nous sont parvenus par la suite indiquent qu’il a été pris en otage le 22 mai 2021 par un combattant séparatiste », a précisé le chancelier de ce diocèse du Sud-ouest du Cameroun, le père Sebastine Sinju, dans un communiqué publié le 26 mai. Et d’ajouter : « malgré tous les appels et les efforts pour obtenir sa libération, le père n’a pas été libéré et est toujours détenu au secret ». Le diocèse du Mamfé a, dans le même communiqué invité toutes les paroisses à prier pour sa libération « immédiate et inconditionnelle ».

    • Cameroun : un avocat de Sisiku Ayuk Tabe arrêté

      Gazeti-237.com - 16h27

      Me Nicodemus Tanyi Amungwa a été interpellé à Yaoundé par les éléments des forces de sécurité. D’après l’organisation de défense des Droits de l’homme Mandela Center International, l’avocat basé à Buéa dans le Sud-Ouest a été arrêté après que  » des gendarmes ont retrouvé des informations sur la crise anglophone dans son téléphone ». Cette ONG parle d’une arrestation « illégale et arbitraire ». L’avocat est gardé au Secrétariat d’État à la défense en charge de la Gendarmerie. Me Nicodemus Tanyi Amungwa est avocat au barreau du Cameroun. La soixantaine, il fait partie du groupe d’avocats qui défendent Julius Sisiku Ayuk Tabe , le leader de l’état imaginaire de l’Ambazonie. Ce dernier est gardé à la prison centrale de Kodengui où il purge une peine d’emprisonnement à vie pour  » sécession, terrorisme, hostilité contre la patrie, etc »

    • Cameroun : bientôt un pont en béton sur la rivière Fama à Bafia

      Gazeti-237.com - 16h24

      L’équipe technique de la commune de Bafia à procéder hier au coulage de ce pont. « Les populations du village Tsekane se sont données à cœur joie pour faciliter la construction de ce pont réalisé en matériaux définitifs pour faciliter la circulation des personnes et des biens dans cette localité qui constitue un grand bassin de production agricole. Cette contribution vient à point nommé pour magnifier le développement participatif qui amène les populations à trouver elles-mêmes des solutions endogènes à leurs problèmes, sans toutefois attendre tout d’un Etat providence qui n’est plus à l’ordre du jour en ce moment » a apprécié l’exécutif de la Mairie de Bafia conduit par Marthe Félicité Zintchem à Bodio.

    • Cameroun : Bolloré Transport & Logistics au secours des élèves de Koussam

      lescoopsdafrique.com - 09h15

      Les collaborateurs de Bolloré Transport & Logistics Cameroun, avec le soutien de la direction générale, ont offert le vendredi 28 mai 2021 un important don de matériel scolaire aux élèves et enseignants de l’école publique de Koussam, localité située près de Foumban dans la région de l’Ouest Cameroun. Il s’agit des tables bancs, du matériel didactique et la réhabilitation des plafonds des salles de classe de l’école publique de Koussam. Les travaux de rénovation réalisés vont permettre aux élèves de suivre leur scolarité dans un cadre sécurisé et confortable.
      « L’école publique de Koussam, créée dans les années 1960, se trouvait dans un état vétuste au moment d’entamer ce projet de rénovation. Grâce à ce don, nous pourrons offrir aux élèves un encadrement scolaire approprié ainsi que du matériel éducatif. Nous adressons notre gratitude et nos profonds remerciements à Bolloré Transport & Logistics Cameroun et à tous ses collaborateurs. » a déclaré Aboubakar Mefiré, Directeur de l’école publique de Koussam

    • mardi 01 juin
    • Le Feicom parmi les 500 plus grandes entreprises du continent

      journalducameroun - 17h55

      A travers son édition spéciale à paraître de ce 1er juin 2021, Jeune Afrique publie le classement des 500 premières entreprises africaines selon le chiffre d’affaires. Le Feicom est ainsi positionné à la 369e place, gagnant 97 positions par rapport au classement 2020. « L’organisme a pour mission principale d’accompagner les Collectivités territoriales décentralisées dans le processus de développement en leur apportant notamment une assistance technique et financière. Il est l’un des instruments privilégiés de l’Etat en matière de développement local » rappelle Philippe Camille Akoa, DG du Fonds Spécial d’Équipement et d’Intervention Intercommunale.

    • Cameroun : « Renforcer les archives »

      Gazeti-237.com - 17h48

      C’est le thème de la 3eme semaine internationale des Archives qui sera célébrée du 07 au 11 juin 2021. Le Ministère des Arts et de la Culture va organiser sur le plan national, des activités à cette occasion sous le thème « Renforcer les archives au Cameroun en situation de crises pour une meilleure gouvernance ». Bidoung Mkpatt, le Ministre des Arts et de la Culture, encourage par conséquent, les administrations publiques et privées à organiser des activités pertinentes autour de ce thème, dans le strict respect des mesures barrières édictées par le gouvernement. Nous y reviendrons avec le programme de la célébration.

    • Cameroun : six directeurs d’école sanctionnés pour des faits de corruption

      Gazeti-237.com - 17h47

      Le Directeur de l’école publique de Bossock à Esse (Département de la Méfou-et-Afamba), le Directeur de l’école publique d’application Groupe 1 de Ntui (Département du Mbam-et-Kim), la Directrice de l’école publique Groupe A de Mbangassina (Département du Mbam-et-Kim), le Directeur de l’école publique Groupe 2 de Mbangassina (Département du Mbam-et-Kim), le Directeur de Government Bilingual primary school de Puma (Département de la Sanaga-Maritime) et le chef de bureau des activités post et péri scolaires, à l’inspection d’arrondissement de l’éducation de base de Mbangassina, sont tous relevés de leurs fonctions « pour indélicatesses dans l’exercice de leurs fonctions et pratiques de corruption constatées et avérées au terme d’investigation appropriée» souligne le ministre de l’Education de base, Laurent Serge Etoundi Ngoa.

    • Nécrologie : Martin Rissouk A Moulong, l’ex procureur général près la Cour suprême est décédé

      journalducameroun - 17h45

      Le magistrat émérite a rendu l’âme la nuit dernière des suites de maladie à Yaoundé à l’âge de 84 ans a-t-on appris de la CRTV. Après avoir longtemps servi dans plusieurs juridictions du pays, Martin Rissouk A Moulong, avait été admis en 2014, à faire valoir ses droits à la retraite. «Ce fut un grand magistrat et pour moi un homme d’une grande humanité, d’un accès facile et de belle éducation. Un homme d’équilibre. J’aime à me rappeler son humour décapant .Quand il était encore en fonction, j’aimais lui rendre de petites visites de courtoisie. L’accueil était sympathique et vous partiez toujours avec un enseignement .Vous allez nous manquer Monsieur le Procureur Général ! Que votre âme repose en paix. Je présente à sa famille mes condoléances» a témoigné ce mardi matin, Maitre Dominique Fousse, avait au barreau du Cameroun. Kalara, l’hebdomadaire du monde juridico-judiciaire, regrette à son tour, la disparition de l’une des figures les plus marquantes de l’histoire de la justice camerounaise.

    • Cameroun : « Non au tourisme sexuel, crime sans frontière ».

      journalducameroun - 17h43

      C’est le thème de la Journée mondiale pour un tourisme responsable qui sera célébrée demain mercredi 02 juin 2021 au Cameroun. A cette occasion, le Ministre du Tourisme et des Loisirs, Bello Bouba Maigari prendra ses quartiers ce mardi à Ngaoundéré. Cette ville, chef-lieu de la région de l’Adamaoua, est choisie pour abriter cette année, la cérémonie officielle de cette journée internationale dans notre pays.

    • BGFI Cameroun préfinance le barrage de Mbakaou à hauteur de 1,15 milliard de Fcfa

      ecomatin.net - 16h52

      Attendue depuis septembre 2020, la livraison de la mini-centrale hydro-électrique de Mbakaou, dans la région de l’Adamaoua devrait plutôt intervenir au cours du mois de juin de cette année. Les assurances ont été données le 15 avril dernier par IED Invest, le développeur de ce projet spécialisé dans les énergies renouvelables et l’électrification rurale. C’était lors de l’installation sur le site dédié, de deux conduites forcées en PRFV (Polyester Renforcé Fibres de Verre) de diamètre nominal DN1700 (1.7 mètre), reliant le bassin de mise en charge à l’entrée des bâches spirales des distributeurs des turbines Kaplan. La zone couverte par le projet s’étend du site de la carrière de Mbakaou situé le long de la rivière Mbakaou en aval du barrage réservoir, jusqu’à la localité de de Tibati.
      Dotée d’une capacité de 1,4 MW extensible à 2,8 MW, ce projet permettra de connecter 300 nouveaux ménages dans les 6 localités non électrifiées, le raccordement d’environ 1500 nouveaux ménages dans les localités déjà électrifiées de Tibati et Mbakaou, et une réduction d’émission de 3200t de CO2 dès la première année.
      Pour mener à bien ce projet IED Invest a eu besoin d’un accès permanent en liquidités d’un volume de 1,150 milliard de FCFA mis à disposition par BGFI Cameroun. La filiale camerounaise du groupe bancaire gabonais est l’un des partenaires stratégique de ce projet chargé du préfinancement. L’infrastructure en elle-même bénéficie du soutien financier de l’Union européenne au travers de son programme facilité Energie, de l’appui de l’Etat via le fonds de l’énergie rurale de l’AER doté par le budget du ministère de l’Eau et de l’énergie (Minee)

    • Cameroun : 20 femmes originaires des zones anglophones formées en entrepreneuriat

      lescoopsdafrique.com - 16h28

      Retenues au terme d’une rude sélection pour prendre part à une formation de trois jours à la Fondation Muna à Yaoundé, les vingt jeunes femmes déplacées de la crise du Nord-Ouest et du Sud-Ouest Cameroun viennent de recevoir leur parchemin de fin de formation et du matériel nécessaire pour lancer leur microentreprise en transformation de fruits en jus naturels et à faire de la pâtisserie.
      Partie précipitamment du Nord-Ouest en 2018 sous les crépitements des armes dans l’effervescence de la crise dite anglophone, Tembeng Irene Njweng, l’ancienne étudiante de l’université de Bamenda a déposé ses valises, la même année à Yaoundé; la capitale politique du Cameroun.
      Pour subvenir à ses besoins, Tembeng Irene Njweng s’est lancée dans la fabrication des frites de plantain. “Je n’avais pas de choix, car, au départ du Nord-Ouest, nous avons été déstabilisées à cause de la guerre. L’adaptation ici à Yaoundé n’a pas été du tout facile. Pour survivre, on a besoin de se lancer dans les petits métiers”; raconte la jeune déplacée de 25 ans; visiblement traumatisée par des morts qu’elle a vu par centaines, des personnes, jeunes, femmes et adultes parfois égorgés à la machettes, brulées ou des têtes totalement déchiquetées par des balles. L’arrivée de Tembeng à Yaoundé a été un espoir pour la jeune femme qui a tout perdu de son passé: ses parents, ses frères et sœurs tués brutalement.
      L’histoire de la jeune Tembeng Irene Nweng est similaire à celle des autres dix-neuf déplacées du NOSO qui ont bénéficié de cette session de formation de trois jours, organisée par l’ONG “YES Cameroon”;une organisation à but non lucratif qui se déploie à résorber le chômage à travers le renforcement des capacités des personnes, des institutions et des organisations dans le domaine de l’entreprenariat et du développement des affaires ,du placement et du développement des carrières , de la formation et de la consultation.

    • Le Cameroun et Congo à la recherche de nouveaux investisseurs pour la production de fer de Mbalam-Nabeba

      financialafrik.com - 16h20

      Il faudra encore s’armer de patience pour la concrétisation du projet transfrontalier d’exploitation du minerai de fer que les deux pays entendent développer ensemble, respectivement à Mbalam au Cameroun et à Nabeba au Congo. Six mois après la décision du « partenaire historique » la multinationale australienne Sundance Resources de résilier le contrat avec la firme chinoise AusSino au terme de deux années d’infructueuses négociations, les autorités camerounaises et congolaises ont confirmé les démarches en cours pour trouver de nouveaux investisseurs.
      Selon des sources proches du dossier, il est question dans un « délai raisonnable » de parvenir à un accord avec de nouveaux partenaires sûrs ayant les capacités financières de relancer ce projet qui va de report en report depuis le 29 novembre 2012, date de la signature d’une convention d’exploitation minière avec Sundance Ressources. Des ajournements « en raison de l’incapacité des partenaires que nous avions » selon le ministre congolais des Industries minières et de la Géologie Pierre Oba « parce que le même partenaire avait une société au Cameroun, Cam Iron et une autre au Congo, Congo Iron » a-t-il précisé.

      En l’état actuel des négociations, la piste chinoise serait de plus en plus envisagée, au moins deux entreprises de l’Empire du Milieu ayant montré leur intérêt pour ce gisement d’un potentiel de 40 millions de tonnes de fer et dont les investissements globaux sont estimés à plus de 8 milliards de dollars, soit un peu plus de 4500 milliards de FCFA. En plus de l’exploitation du fer, ce projet comporte également la construction d’un chemin de fer long de 500 km devant relier le site de production de Mbalam au port de Kribi.

    • Cameroun : Une dispute entre éleveurs et agriculteurs fait trois morts à Gor

      L`Oeil du Sahel - 16h17

      Une querelle a démarré le vendredi dernier aux environs de 9h. Les agriculteurs de la localité de Gor dans l’arrondissement de Madingring, département du Mayo-Rey se rendaient dans leurs plantations pour des travaux champêtres. Ils trouveront alors sur place trois éleveurs Mbororos et dont les troupeaux de bœufs sont en train de détruire leurs plantes d’arachides. Les agriculteurs exigent alors aux éleveurs de se retirer des champs avec leurs bœufs mais reçoivent une fin de non-recevoir de ces derniers. « Dès que nous avons approché des champs, on a constaté que les bœufs étaient en train de détruire nos cultures. Nous avons immédiatement protesté, mais on a été surpris par la réaction violente des éleveurs Mbororos.
      Ils ont immédiatement sorti les couteaux et machettes pour nous tenir en respect et exiger que leurs bêtes devaient finir ce qu’ils font avant qu’ils ne bougent. Une altercation a aussitôt déclenché et comme ils étaient armés, ils ont mortellement blessé deux de nos frères. Les nommés Emile Vaikerse et Moussa Mvaida, tous âgés d’environ trente ans. Ce n’est pas la première fois que cela arrive. Ces Mbororos sont bien connu ici car ce sont des éleveurs tchadiens, et à chaque fois qu’ils s’en prennent aux agriculteurs, même quand ils tuent des gens, ils savent que rien ne va pas leur arriver puisqu’ils ont de quoi soudoyer les autorités, les gendarmes et policiers et les Dogaris de la Fada qui leurs protègent. » Explique un témoin de l’incident.

    • Cameroun : deux morts et trois blessés dans une attaque armée à Babadjou

      Lejourquotidien.info - 16h12

      Nouvelle frayeur dans les Bamboutos, département frontalier du Nord-Ouest. Des hommes armés, assimilés aux terroristes Ambazoniens par les forces de l’Ordre, ont fait irruption dans le snack-bar de M. Tiekeu Ngaham, un commerçant de 43 ans domicilié et exerçant à Kombou, au petit matin du 31 mai 2021, à 2h30 minutes exactement. L’on rapporte qu’à leur arrivée, ils ont éteint les lumières du bar et ont commencé à tirer sur les clients, à qui ils ont par la suite arraché de l’argent autant que divers objets, comme les téléphones portables.

      Ils ont eu le temps de repartir avant que les éléments de la Brigade de gendarmerie de Babadjou et ceux du poste du Groupement polyvalent d’intervention (Gpign) de Balepo, alertés, n’arrivent sur les lieux. Au bilan, on enregistre deux civils tués : les nommés Khan Desmond, 25 ans et Tening Clovis Khan, 23 ans et cousin du premier. Les trois blessés, tous des hommes, certainement des déplacés internes originaires de Santa, l’arrondissement voisin de Babadjou, dans le Nord-Ouest, ont été internés séparément, au centre de santé intégré de Kombou, au centre médical d’arrondissement de Babadjou et à l´hôpital de district de Mbouda, selon nos sources.

      Ils ont pour noms Muluh Michel Jordan, 24 ans ; Norn Fon Crezatus, 48 ans et Muluh Vitalis, 34 ans. Selon toute vraisemblance, il s’agirait d’un règlement de comptes entre rebelles. Les deux personnes criblées de balles sont présentées comme des « indics », des « traîtres » à la cause anglophone. Le théâtre de l’événement nocturne n’est pas sans rappeler les six morts enregistrés non loin de là, en janvier dernier. En effet, quatre éléments des forces de la gendarmerie et de la police et deux civils avaient été tués à Matazem, le vendredi 8 janvier 2021, par un groupe d’assaillants lourdement armés, composé selon les témoignages recueillis sur place d’environ 50 personnes à moto.

    • Cameroun : le Feicom, la banque des communes a injecté 26,7 milliards de FCFA dans 136 projets en 2020

      journalducameroun - 13h47

      L’information provient des administrateurs du Fonds spécial d’équipement et d’intervention intercommunale (Feicom). Ils ont, au cours d’un conseil d’administration tenu le 28 mai 2021 à Yaoundé, planché sur le rapport de performance 2020 de cette entreprise publique. Selon le communiqué final ayant sanctionné les travaux, la banque des communes camerounaises a injecté 26,7 milliards de FCFA dans 105 communes et communautés urbaines du pays au cours de l’année 2020, pour le financement de 136 projets portés par ces collectivités territoriales décentralisées.
      Cette enveloppe triple pratiquement celle injectée dans les investissements communaux l’année précédente, au cours de laquelle seulement 10,5 milliards de FCFA avaient été débloqués par le Feicom, pour le financement de 106 projets de développement dans 92 communes et communautés urbaines du Cameroun. Cette augmentation substantielle des financements du Feicom en 2020 témoigne du besoin croissant des investissements au niveau local, au moment où s’accélère le processus de la décentralisation dans le pays.

    • lundi 31 mai
    • Cameroun : une marche contre les ambazoniens à Bamenda

      journalducameroun - 16h44

      Les populations de Bamenda, chef-lieu de la région du Nord-Ouest Cameroun, sont sorties de leur torpeur ce matin, lundi 31 mai 2021. En effet, au quartier Nkwen, des centaines de personnes sont sorties dans la rue pour manifester leur ras-le-bol, bravant ainsi la journée de ville morte habituellement respectée dans cette partie de la ville.
      Elles protestent contre les ambazoniens après le meurtre d’un homme d’affaires qui a refusé de leur payer l’impôt. Le Nord-Ouest est l’une des régions du Cameroun en proie à la crise anglophone. Séparatistes et l’armée y mènent une guerre sans merci au détriment de la population.

    • Cameroun : Paul Daumont remporte la deuxième étape du Tour Cycliste international

      journalducameroun - 11h38

      Le cycliste burkinabè Paul Daumont a remporté ce dimanche 30 mai 2021, la deuxième étape de la 17ème édition du Tour Cycliste international du Cameroun, courue entre Ntui – Ombessa, longue de 112km, avec au chrono de 2h45’53’’. Au classement général, le bulgare du club français Martigues Andreev Yordan conserve sa tunique jaune, suivi du burkinabè Kone Souleymane, 3e Leonien Alexandre du club Martigues. Les deux coureurs accusent un écart de 4 secondes. Tandis que Genov Nikolay de l’équipe Bulgare et le camerounais Clovis Kamzong Abossolo respectivement 4e et 5e ont un écart de 6 secondes. Yaou Gadji l’un des coureurs de la SNH du Cameroun occupe la 6e place. A suivre ce 31 mai, la 3e étape Bangangté-Nkongsamba longue de 98,5Km.

    • jeudi 27 mai
    • Cameroun : une enseignante détourne 10 ans de salaire de sa collègue

      Kalara - 18h48

      Une femme en compagnie d’un coaccusé est poursuivie pour détournement de fonds publics et faux et usage de faux en coaction. A la suite de houleux débats, le tribunal a requalifié les faits en ceux de coaction de détournement de deniers publics et falsification et usage de carte nationale de d’identité. Les mis en cause sont passés aux aveux complets.
      Il est reproché aux deux détenus (Mme Ongbakandjaken Aimée Marie et Mr Minko Obam Guy Roger) d’avoir frauduleusement obtenu le matricule au nom de la plaignante et procédé à l’ouverture d’un compte bancaire leur ayant permis de percevoir indument le salaire mensuel de 135 000 franc et autres avantages évalués à 5 millions de francs pour un montant global de plus de 11 millions de Fcfa au détriment de Mme Kemoué Viviane dans la période allant de 2008 à 2018. Au cours des vifs débats du 13 avril 2021, les avocats des accusés avaient demandé aux collèges des juges de requalifier les faits de détournement de fonds publics et faux en usage de faux et usurpation d’une carte nationale d’identité. Le tribunal le les a pas suivi.

    • Cameroun : l’entreprise tunisienne Simac gagne le marché de mise en œuvre du Sigipes II

      Ecomatin.net - 11h52

      La gestion des personnels de l’Etat et de la solde à travers le système de gestion intégrée des personnels de l’Etat et de la solde, rendue dans sa deuxième phase, ci-après dénommé Sigipes II, se fera avec la contribution de la société d’informatique de management et de communication (Simac). L’entreprise tunisienne a été choisie par le comité interministériel chargé de l’assistance du prestataire, du suivi et du contrôle du projet Sigipes II, piloté par le ministre de la Fonction publique et de la Réforme administrative, Joseph Le. Le nom de l’entreprise adjudicataire de ce marché a été dévoilé mardi dernier à Yaoundé, après l’avis d’Appel à manifestation d’intérêt international lancé le 25 août 2020.

    • Cameroun : le Pr Aboya Manasse nommé vice-recteur à l’université de Yaoundé I

      journalducameroun - 11h03

      Le président de la République Paul Biya, a procédé ce mercredi 26 mai 2021, à la nomination de hauts responsables dans plusieurs universités d’État du Cameroun. Conseiller technique N° 1 au ministère de l’Enseignement supérieur, le Prof. Aboya Endong Manassé, a été nommé au poste de vice-recteur chargé du Contrôle interne et de l’Évaluation à l’université de Yaoundé 1, en remplacement du Prof. Ekobena Fouda Henri Paul.
      Professeur titulaire de Science politique, Aboya Endong Manassé est cependant accusé par l’opinion publique d’avoir perdu toute objectivité qui distingue le politologue du politique, depuis qu’il a rejoint les rangs du Rassemblement démocratique du peuple camerounais (Rdpc) le parti au pouvoir au Cameroun. Un procès qui est d’ailleurs fait à tous les enseignants de Science politique affiliés à des partis politiques.

    • mercredi 26 mai
    • Le groupe ACTIVA ASSURANCES obtient un 2ème agrément en RDC

      JournalduCameroun.com - 19h43

      Le groupe d’assurances d’origine camerounaise ACTIVA Assurances a obtenu en fin de semaine dernière, une 2ème licence en qualité de société d’assurances en RDC. Après l’agrément l’année dernière dans le domaine de l’IARD (l’assurance dommages), cette fois c’est dans le domaine de la vie que l’entreprise fondée par son président Richard LOWE a obtenu les autorisations requises de l’autorité locale de régulation et de contrôle.

    • Cameroun : le Pr Alice Nga Minkala nommée directeur de l’ESSTIC

      journalducameroun - 18h12

      Le président de la République Paul Biya vient de nommer le Pr Alice Nga Minkala épouse Mouko, au poste de directeur de l’Ecole supérieur des Sciences et Techniques de l’Information et de la Communication(Esstic). Jusque-là directeur adjoint chargée des études (Dace), la journaliste de formation remplace à ce poste, le Pr Laurent Charles Boyomo Assala, admis à faire valoir ses droits à la retraite.

    • Cameroun : les expulsés du projet d’approvisionnement de Yaoundé en eau peuvent déjà être indemnisés

      journalducameroun - 16h41

      L’information est du gouverneur de la région du Centre, Naseri Paul Bea. L’argent est déjà disponible. Les populations des villages, expropriés de leurs terres et ou victimes de la destruction de leurs biens sur l’itinéraire des travaux du projet d’approvisionnement en eau potable de la ville de Yaoundé, à partir du fleuve Sanaga, sont informées que les listes des personnes non encore indemnisées sont affichées dans les sous-préfectures et chefferies traditionnelles. Naseri Paul Bea, invite, par ailleurs, les victimes dont les noms ne figurent pas sur les listes affichées, à bien vouloir déposer les requêtes dans ses services dans un délai de 15 jours.

    • Cameroun : les Conseils régionaux tiennent leurs premières sessions ordinaires

      journalducameroun - 14h25

      Le processus de décentralisation du Cameroun est sur la bonne voie. Les tout premières sessions ordinaires des Conseils régionaux s’ouvrent ce 26 mai. Soit quatre mois après l’entrée en fonction et l’installation des présidents et bureaux de ces collectivités le 22 janvier 2021. D’après la loi portant Code général de la décentralisation, ces assises sont exclusivement consacrées à l’examen et à l’adoption des budgets de ces collectivités territoriales décentralisées (CTD).
      La loi de finances 2021 affecte une enveloppe de 590 milliards de FCFA des recettes de l’Etat à la décentralisation. Mais en attendant le transfert effectif de toutes les compétences aux CTD, 219,9 milliards FCFA ont effectivement été mis à leur disposition. Une dotation en-deçà du seuil de 15 % fixé par le Code général de la décentralisation.
      En attendant l’adoption de leur budget, les pouvoirs publics ont prévu une enveloppe de 6.887.440.000 FCFA pour la mise en place effective des Conseils régionaux. Cette dotation, évaluée par le Comité interministériel des services locaux et le Comité national des finances locales, permet notamment d’assurer la prise en charge des frais de session des membres des Conseils régionaux, de payer les salaires et autres indemnités à servir aux exécutifs régionaux.

    • Cameroun : le ministre de l’Environnement lance un appel au secteur privé pour le développement et la préservation de la biodiversité

      Cameroon tribune - 14h17

      A l’occasion de la journée internationale de la biodiversité, célébrée tous les 22 mai, le Cameroun a choisi la date du 25 mai 2021 pour ses activités. C’est dans ce sens qu’une visioconférence s’est tenue autour des avancées de la préservation de la biodiversité au Cameroun. Les travaux étaient présidés par le ministre de l’Environnement de la Protection de nature et du Développement durable (MINEPDED), Hele Pierre.
      D’après Cameroon Tribune de ce 26 mai 2021, «la célébration d’hier s’est résumée à une visioconférence autour des avancées de la préservation de la biodiversité au Cameroun et qui a réuni, autour du MINEPDED, les partenaires techniques et financiers, notamment WWF et l’Agence française de Développement mais surtout des élèves». Cette édition s’est célébrée sous nos cieux sur le thème «Nous faisons partie de la solution pour la nature».
      Pour le ministre, «le thème de cette année nous interpelle à préserver la biodiversité qui est très importante pour nous. Tout ce que nous mangeons, c’est à base de la biodiversité. L’habillement, les habitations, la santé sont à base de ce que nous offre gracieusement la biodiversité. Nous dépendons donc de la biodiversité. Ce thème est une invitation à une action collective pour que, sans réserves, nous puissions protéger cette richesse», peut-on lire dans les colonnes du journal.

    • Cameroun : le ministère de la Santé et le HCR signent une convention pour la prise en charge des réfugiés

      Le Jour - 14h13

      Ladite convention a été signée ce mardi 25 mai 2021 à Yaoundé entre le ministre Manaouda Malachie et Olivier Guillaume Beer, le représentant du Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés au Cameroun. La convention signée et le Plan stratégique d’intégration visent la prise en charge, dans les formations sanitaires publiques, des refugiés centrafricains, nigérians installés au Cameroun, ainsi que les déplacés de la crise sécuritaire du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, et de faciliter leur intégration dans le système national de santé.
      L’accord signé ce mardi 25 mai 2021, est le résultat de plusieurs années de négociations entre le ministère de la Santé Publique et les agences du système des Nations Unies, le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés et ses partenaires, renseigne le journal Le Jour édition de ce mercredi 26 mai 2021.
      Concrètement, l´objectif est de renforcer le système de santé d’une manière générale et la réponse à la pandémie du covid-19 dans les zones où se trouvent les réfugiés. D’après le journal, le représentant du Haut-Commissariat des réfugiés au Cameroun a saisi cette occasion pour réitérer sa demande pour l´accès aux vaccins pour les réfugiés. Une «demande approuvée par le MINSANTE qui a marqué son accord», peut-on lire.

    • Cameroun : Yannick Noah reçu en audience par le ministre Henri Eyebe Ayissi

      Mutations - 12h17

      Yannick Noah, parrain de la société Tara Sport and Entertainment est arrivé au ministère des Domaines, du Cadastre et des affaires foncières (Mindcaf), hier 25 mai 2021 pour une audience. L’ex-gloire de tennis sollicite l’accompagnement du Mindcaf, à travers la mise à disposition des espaces, pour la promotion de sa discipline de prédilection au Cameroun.
      Au cours de cette audience, il a expliqué son projet au patron des lieux, Henri Eyebe Ayissi. Pour ce faire, il sollicite, des pouvoirs publics, la mise à disposition des espaces, en occurrence le site abritant le tennis club de Douala. Ce dernier, faisant partie du domaine privé de l’Etat, est occupé par des « personnes irrégulières ». C’est ainsi que les pouvoirs publics, par le biais du Mindcaf, vont engager des procédures pour récupérer ce patrimoine, sous exploité et le mettre à la disposition de la société Tara Sport and Entertainment. Selon les termes du contrat qui lie (ou va lier) les deux parties, il s’agit d’un bail emphytéotique d’une durée 18 ans, renouvelable.

    • mardi 25 mai
    • Le Cameroun milite pour une presse privée économiquement plus viable

      journalducameroun - 17h18

      L’Etat vient de mettre sur pied un groupe de travail Mincom-Réseau des patrons de presse du Cameroun (Repac) pour l’amélioration des conditions d’exploitation des organes de presse écrite à capitaux privés. Ce groupe aura notamment comme missions principales de collecter et de centraliser toutes les mesures destinées à la viabilisation économique des organes de presse et autres structures médiatiques privés, ainsi que d’identifier et de mettre en œuvre les recommandations issues des états généraux de la communication de 2012, indique le ministre de la Communication (Mincom), René Emmanuel Sadi, dans une décision ce lundi 24 mai.
      Il s’agit là de revendications portées par les patrons de presse qui dénoncent la non-application desdites recommandations, neuf ans après. Le Repac plaide également pour une hausse de l’appui institutionnel de l’Etat à la presse privée. Ce nouveau vocable a remplacé l’aide publique à la communication privée qui était octroyée chaque année à tous les acteurs de la communication privée (médias audiovisuels, presse écrite et web, imprimeries, syndicats, associations professionnelles, etc.). Depuis cette réforme, ce soutien de l’Etat est alloué uniquement aux entreprises de presse écrite et en ligne « plus en butte à la précarité économique », selon le président du Repac, François Mboke.
      Le Repac propose le relèvement de cet appui de 300 millions actuellement à 2, voire 3 milliards de FCFA par an. Ceci, dans le but d’assurer la viabilité des entreprises de presse menacées de disparition du fait de la modicité de la subvention allouée chaque année par l’Etat et fortement impactées par la Covid-19.

    • Cameroun : six magistrats révoqués en moins d’un mois

      journalducameroun - 17h11

      Le chef de l’Etat camerounais, Paul Biya, a signé deux décrets révoquant deux magistrats le 24 mai 2021. Le premier texte concerne un magistrat de 3è grade ayant abandonné son poste depuis le 30 juin 2017, tandis que le second sanctionne un autre de 1er grade qui a déserté son poste le 8 octobre 2019. Les sanctions, qui prennent effet à compter de la date de désertion du poste, privent les concernées des droits à pension.
      Ces mesures portent à six le nombre de magistrats révoqués par le président de la République depuis début mai. Le 17, un magistrat de 4è grade qui n’a plus été aperçu dans son service depuis le 2 novembre 2020 a subi la même sanction. Trois autres membres de ce corps ont également été frappés le 5 mai. Tous sont coupables de cessation d’activité et perdent de ce fait toute prétention au droit à la pension.
      D’après le décret du 8 mars 1995 portant statut de la magistrature, seul le président de la République est habilité à révoquer un magistrat ayant commis un acte contraire à son serment ou capable de tout manquement à l’honneur, à la dignité et aux bonnes mœurs.

    • Cameroun : Bouclages fructueux pour la gendarmerie nationale dans la région du Nord

      Gazeti-237.com - 17h07

      En effet, les bouclages et les ratissages menés dans le village de Gouna et ses environs par les éléments de la Compagnie de Gendarmerie de Garoua 3, ont permis d’interpeller plusieurs suspects parmi lesquels, un présumé ravisseur, membre d’une bande armée de six individus ayant à leur actif une dizaine d’otages enlevés et plus de dix millions de F CFA de rançons recueillies auprès de leurs victimes durant ces deux derniers mois. Les pandores affirment aussi que deux présumés complices de ravisseurs et voleurs de bétail, un présumé voleur de motocyclettes et un trafiquant présumé de cannabis ont également été mis aux arrêts. On enregistre également la saisie d’une importante quantité de cannabis et d’un troupeau de 80 têtes de bœufs volés ainsi que des effets militaires.

Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal du Cameroun et recevez gratuitement toute l’actualité

SondageSorry, there are no polls available at the moment.