Linfo en continu

    • mercredi 08 décembre
    • Guinée: la junte limoge trois personnes à la tête de la Banque centrale

      Rfi.fr - 16h50

      Plusieurs limogeages ont eu lieu à la tête de la Banque centrale de Guinée mardi 7 décembre. Le nouveau régime militaire de Mamadou Doumbouya a destitué Laounceny Kaba, qui dirigeait la BCRG depuis dix ans, ainsi que les deux vice-gouverneurs. Trois nouveaux responsables ont été nommés.

      Après avoir créé une Cour de répression des infractions économiques et financières (CRIEF), la junte de Mamadou Doumbouya fait le ménage à la tête de la Banque centrale de Guinée.

      Le gouverneur, Laounceny Kaba, semblait pourtant collaborer avec les nouvelles autorités. Il avait gelé les comptes des services publics et des anciens collaborateurs d’Alpha Condé et avait aussi souligné fin octobre les manquements dans la dernière loi de finances rectificative votée sous la présidence du chef de l’État renversé le 5 septembre dernier.

    • Mali: sept Casques bleus tués par un engin explosif dans le centre du pays

      Rfi.fr - 16h47

      Sept casques bleus de la Minusma ont été tués ce mercredi par un engin explosif improvisé qui a explosé au passage de leur convoi. Trois sont grièvement blessés, selon l’ONU. « Ce (mercredi), un convoi logistique de la Force MINUSMA allant de Douentza à Sévaré a heurté un engin explosif improvisé (EEI) sur la RN16, dans la région de Bandiagara. Un premier bilan fait état de 7 Casques bleus décédés et 3 grièvement blessés », a précisé la Minusma sur twitter.

    • Comores : l’ancien président Sambi demande l’aide de la Tanzanie

      Rfi.fr - 10h09

      L’ancien président des Comores Ahmed Abdallah Sambi a fait la Une d’un quotidien tanzanien mardi, car un courrier qu’il a adressé à la présidente de République unie de Tanzanie a été rendu public. L’ancien chef d’État comorien, emprisonné à son domicile depuis 2018 y déplore le non-respect de la loi dans le traitement qu’il subit et demande l’aide de la Tanzanie, car ses médecins ne cessent de lui préconiser des soins indisponibles sur place.

      De nombreux extraits de ce courrier ont été publiés dans l’article. « Je vous prie de m’aider à retrouver ma liberté dont dépend ma santé. » Voilà le type d’invocations rédigées par l’ancien président Sambi dans la lettre adressée à la cheffe d’État tanzanienne. Son avocat confirme que ce courrier a été envoyé à Samia Suluhu le mois dernier.

      Déjà en janvier 2020, il avait été question que l’ancien président soit libéré pour des raisons de santé et c’est la République unie de Tanzanie qui s’était portée garante de sa prise en charge. Selon la famille de M. Sambi, ce courrier avait pour but de réactiver le contact avec ce pays ami dont le gouvernement comorien ignore toutes les sollicitations au sujet de l’ancien président détenu depuis août 2018. Et ce alors que le droit comorien prévoit une détention provisoire de huit mois maximum.

       

       

    • Inde : un hélicoptère s’écrase avec le chef de l’état-major militaire à bord

      Le Figaro - 09h56

      Un hélicoptère transportant le chef de l’état-major militaire indien, le général Bipin Rawat, s’est écrasé mercredi dans l’État méridional du Tamil Nadu, a annoncé l’armée de l’air.

      «Un hélicoptère Mi-17V5 de l’IAF, avec à son bord le chef d’état-major de la Défense, le général Bipin Rawat, a eu un accident aujourd’hui près de Coonoor, dans le Tamil Nadu», a indiqué l’armée de l’air indienne sur Twitter.

    • La piraterie dans le golfe de Guinée a un coût très élevé pour la région, selon l’ONU

      Le Figaro - 09h40

      Le coût élevé de la piraterie maritime dans le golfe de Guinée affecte lourdement les pays côtiers de l’ouest de l’Afrique, selon un rapport de l’ONU qui pourrait pousser le Conseil de sécurité à agir pour cette zone comme il l’a fait à l’est pour les eaux somaliennes. Selon ce document de l’Office des Nations unies contre la drogue et le crime (ONUDC) et de l’institut de recherche Stable Seas, publié mardi, «l’Asie du Sud-Est et le golfe de Guinée ont connu presque le même nombre d’incidents en 2020, mais 623 des 631 marins (99%) touchés par des enlèvements dans le monde en 2020 travaillaient dans le golfe de Guinée».

      Les eaux de ce golfe que bordent une vingtaine de pays et qui s’étend du Sénégal à l’Angola sont riches en hydrocarbures et ressources halieutiques. Depuis peu, la mobilisation internationale s’accroît pour mieux lutter contre la piraterie. «Bien qu’il y ait une diminution du nombre d’attaques de pirates jusqu’à présent en cette saison sèche, nous avons vu des attaques plus brutales où un plus grand nombre de marins ont été enlevés», relève la ministre norvégienne des Affaires étrangères, Anniken Huitfeldt, venue à New York sensibiliser les membres de l’ONU sur ce dossier.

       

       

    • Russie: deux morts dans une fusillade à Moscou, le tireur présumé arrêté

      Le Point - 09h34

      Un tireur a ouvert le feu mardi dans un centre administratif de Moscou, faisant au moins deux morts et quatre blessés avant d’être arrêté par un policier, ont annoncé les autorités de la capitale russe.

      Si aucune précision sur le mobile du crime n’a été donnée officiellement, des sources policières citées par les agences de presse TASS et Interfax indiquent que l’homme a tiré après avoir refusé de mettre un masque, obligatoire dans les bâtiments publics du fait de la pandémie.

      L’agence Ria Novosti, citant elle aussi un responsable policier non identifié, a décrit l’individu comme un adepte de théories du complot sur le Covid-19. Il s’agirait d’un ancien militaire, selon cette même source.

      Les fusillades dans les lieux publics ont longtemps été rares en Russie, mais de tels drames se sont multipliés, entraînant un récent durcissement de la législation sur le port d’armes ordonné par le président Vladimir Poutine.

       

    • JO de Pékin : les diplomates australiens renoncent à leur tour

      Le Point - 09h28

      Après les États-Unis, l’Australie a également annoncé qu’aucun de ses représentants diplomatiques ne se rendra aux Jeux olympiques de Pékin, en février. L’Australie n’enverra aucun représentant diplomatique aux Jeux olympiques d’hiver de Pékin 2022, a déclaré mercredi 8 décembre son Premier ministre Scott Morrison, se joignant au boycott diplomatique annoncé lundi par les États-Unis. « L’Australie ne reviendra pas sur la position ferme qu’elle a adoptée pour défendre ses intérêts, et il n’est évidemment pas surprenant que nous n’envoyions pas d’officiels australiens à ces Jeux », a-t-il déclaré.

      La décision de Canberra intervient dans un contexte de « désaccord » avec la Chine sur un certain nombre de questions, notamment les lois australiennes sur l’ingérence étrangère et la récente décision d’acquérir des sous-marins à propulsion nucléaire, a précisé Scott Morrison. Cette décision, qui n’empêche pas les athlètes de participer aux Jeux, intervient au lendemain de l’annonce par les États-Unis de leur boycott diplomatique, au nom de la défense des droits de l’homme, plus particulièrement la situation au Xinjiang que Washington considère comme un génocide de la minorité ouïgoure.

    • Congo: une marche des sinistrés des explosions de Mpila dispersée par la police

      Rfi.fr - 09h24

      Plusieurs dizaines de victimes des explosions d’un dépôt de munitions de l’armée en 2012 au quartier Mpila à Brazzaville, qui réclament la reconstruction de leurs maisons, ont été empêchées de manifester mardi 7 décembre par la police qui les a dispersés à coups de gaz lacrymogènes.

      Leur marche pacifique devait partir de l’hôpital de base de Talangaï  et se terminer au rond-point dit Ebina environ 500 mètres plus loin. Mais, cette zone a été quadrillée par plusieurs unités de police qui ont tiré des gaz lacrymogènes.

      Pris de colère, les sinistrés ont brûlé les pneus et répondu par des jets de pierres. La plupart des sinistrés, qui dorment essentiellement dans les baraques depuis les explosions de mars 2012, réclament la reconstruction de leurs maisons détruites. « Nous sommes descendus dans la rue dans le seul but de marcher et réclamer nos droits, s’indigne une femme en colère. Nous demandons à l’Etat de reconstruire nos maisons ou de nous donner de l’argent pour qu’on le fasse nous-mêmes ! ».

    • Tchad: avec la perte de terrain de Boko Haram, comment accompagner le retour des ex-combattants

      Rfi.fr - 09h21

      Au Tchad, la question des désengagés de Boko Haram était au cœur d’une conférence le 7 décembre au Centre d’études pour le développement et la prévention de l’extrémisme (CEDPE) à Ndjamena. Depuis la mort d’Abubakar Shekau, le chef historique de Boko Haram, au mois de mai dernier, les insurgés semblent perdre du terrain au Tchad alors que des affrontements les opposent à l’Iswap (État islamique en Afrique de l’ouest) du côté du Nigeria. Résultat, des centaines de jeunes Tchadiens reviennent dans leur village d’origine après avoir combattu dans les rangs du groupe terroriste.

    • Une nouvelle ère débute en Allemagne

      Rfi.fr - 09h18

      Ce mercredi 8 décembre l’Allemagne tourne une page et pas des moindres puisque Olaf Scholz, le leader du SPD, le Parti social-démocrate allemand, est élu ce mercredi nouveau chancelier après seize années de gouvernance assurée par Angela Merkel. Olaf Scholz va diriger un gouvernement de coalition avec les libéraux du FDP et les Verts qui font leur entrée dans un gouvernement fédéral. Une première dans l’histoire de ce pays qui attend avec impatience la mise en place d’un programme très ambitieux, sur le plan social ou encore environnemental. Un programme qui doit permettre de moderniser l’Allemagne.

    • mardi 07 décembre
    • Le Bénin entre « braconniers », « bandits » et « djihadistes »

      AFP - 15h58

      Une position de l’armée béninoise située dans le département de l’Alibori, à la frontière avec le Burkina Faso a été prise pour cible dans la nuit de mardi à mercredi et « un djihadiste a été abattu par nos forces », précise un message du colonel Fructueux Gbaguidi, chef d’état-major de l’armée de terre, adressé aux officiers béninois dont l’AFP s’est procuré une copie.

      La nuit suivante de mercredi à jeudi, une nouvelle attaque a visé cette fois-ci des soldats dans la région de Porga, dans le département de l’Atacora, toujours près de la frontière avec le Burkina Faso. Le bilan plus lourd, fait état de trois morts, dont deux militaires béninois et un assaillant, mais aussi plusieurs blessés.

      Une attaque rare dans le pays ouest-africain, ont déclaré à l’AFP des sources militaires. « Nous avons perdu deux des nôtres. Nous avons également des soldats blessés qui sont actuellement soignés », a confirmé à l’AFP un officier de l’armée de terre. Dans un discours retransmis à la télévision nationale jeudi soir, le colonel Didier Ahouanvoedo, porte-parole de l’armée, a quant à lui évoqué une attaque menée par des « individus non identifiés » plutôt que par des djihadistes.

      « Des agents des forces de défense et de sécurité du Bénin en position de surveillance de la zone frontalière ont été pris à partie par des individus non identifiés », a-t-il affirmé. Il a par ailleurs confirmé la mort des deux militaires et d’un deuxième homme côté « assaillants ».

    • Elizabeth II passera-t-elle les fêtes de Noël en famille ?

      Le Point - 15h57

      Les Windsor vont-ils renouer avec les traditions de Sandringham, où ils se réunissent chaque année pour Noël ? L’an dernier, pandémie oblige, la reine avait passé les fêtes en tête à tête avec son époux Philip, quelques mois avant son décès. Mais cette fois, Elizabeth II serait déterminée à réunir une partie de son clan autour d’elle, et si possible dans le Norfolk, comme l’indiquent certaines fuites dans la presse britannique.

      « La reine a dit à tout le monde qu’elle se sentait beaucoup mieux ces derniers temps et a vraiment hâte de les accueillir pour Noël », a ainsi déclaré une source proche du palais au Mirror. « Comme beaucoup d’autres familles, ce sera la première fois que Sa Majesté pourra se réunir avec sa famille élargie après avoir été séparée si longtemps en raison de la pandémie du coronavirus. » Elle pourrait ainsi rejoindre le château de Sandringham directement en hélicoptère depuis Windsor plutôt qu’en train, comme le veut la coutume, afin de lui éviter toute fatigue superflue.

      Mais rien n’est encore définitif : l’organisation des festivités à Sandringham reste conditionnée à plusieurs facteurs, dont la santé de la reine. Elle devra attendre le feu vert de ses médecins, sachant qu’elle a été hospitalisée très discrètement fin octobre pour des examens qui n’ont pas été divulgués. De quoi souffre Elizabeth II ? C’est le grand mystère. Certaines sources évoquent un rhume saisonnier, d’autres qu’elle serait actuellement sous médicaments, d’où la restriction récente de sa consommation d’alcool. Le Palais, lui, a mis en avant une « entorse vertébrale » pour expliquer l’absence de la souveraine à la cérémonie du dimanche du Souvenir, mi-novembre.

    • L’opposant béninois Joël Aïvo lourdement condamné

      Rfi.fr - 11h04

      L’information fait la Une de la presse béninoise ce matin. « Dix ans de prison et 45 millions d’amende pour Aïvo », s’exclame ainsi Le Matinal à Cotonou. Le Matinal qui nous propose le film de l’audience d’hier devant la CRIET, la Cour de répression des infractions économiques et du terrorisme. De même que le site d’information Banuto qui a suivi les débats minute par minute : « 0 h 32 : après les débats, puis les plaidoiries ainsi que des derniers mots de Joël Aïvo, la présidente de la Cour a suspendu l’audience pour délibérer. 2 h 32: reprise de l’audience. Joël Aïvo et ses coaccusés sont conviés à la barre. La Cour prononce l’acquittement de Alain Gnonlonfoun, comptable de Joël Aïvo. Contrairement à son comptable, Joël Aïvo ne recouvrera pas sa liberté à l’issue de ce procès, pointe Le Matinal.

      La Cour reconnait le constitutionnaliste coupable de blanchiment de capitaux et de complot contre la sûreté de l’Etat. Elle prononce une peine d’emprisonnement ferme de 10 ans contre Joël Aïvo, de même que les deux autres coaccusés, Ibrahim Bachabi Moudjaïdou et Boni Saré Issiakou. Joël Aïvo, outre la peine d’emprisonnement, est condamné à une amende de 45 millions francs CFA. Les deux autres condamnés doivent payer une amende de 5,7 millions francs CFA. »

    • Les États-Unis annoncent le boycott diplomatique des JO 2022 de Pékin

      Le Figaro - 10h31

      Aucun représentant du gouvernement américain n’assistera aux Jeux olympiques ou paralympiques d’hiver de Pékin, en raison du «génocide en cours au Xinjiang», a annoncé la Maison-Blanche. Pékin dénonce un «préjugé idéologique».

      Les États-Unis n’enverront pas de délégation officielle aux Jeux Olympiques d’hiver de 2022 à Pékin en signe de protestation contre le «génocide et les crimes contre l’humanité en cours au Xinjiang»«La présence d’une représentation officielle des États-Unis signifierait que ces jeux sont un évènement normal», a expliqué la porte-parole de la Maison-Blanche Jen Psaki, «au regard des violations flagrantes des droits de l’homme et aux atrocités commises par la République populaire de Chine au Xinjiang, nous ne pouvons tout simplement pas faire cela».

      La dernière fois que les États-Unis avaient eu recours à une telle mesure remonte à 1980, quand le président Jimmy Carter avait décidé de boycotter entièrement les Jeux olympiques de Moscou, pour protester contre l’invasion soviétique de l’Afghanistan l’année précédente.

      Suite à cette décision, la Chine a dénoncé le «préjugé idéologique» et «les intentions malveillantes» des Etats-Unis, après la décision de Washington de boycotter diplomatiquement les Jeux olympiques d’hiver de Pékin en février prochain.

       

       

    • lundi 06 décembre
    • Présidentielle en Gambie: Adama Barrow réélu pour un second mandat

      Rfi.fr - 11h23

      Le président de la Commission, Alieu Momar Njie, annonçant les résultats des dernières circonscriptions à la presse, a déclaré Adama Barrow « dûment élu pour servir en tant que président de la République de Gambie ».

      D’après les résultats globaux annoncés, le président sortant l’emporte avec 458 519 (sur quelque 900 000 électeurs), soit un peu plus de 53%. Loin devant son principal concurrent et ancien mentor, Ousainou Darboe avec 238 253 des voix (27,7%).

      Adama Barrow a salué dans la soirée le bon déroulement du scrutin, remerciant notamment la Commission électorale indépendante pour « l’organisation comme promis d’une élection libre, équitable, et transparente » ainsi que « le conseil des sages de la Cédéao et les anciens chefs d’Etat qui ont laissé toutes leurs activités pour venir nous accompagner comme des frères et sœurs ». La preuve, selon lui, que « nous devons prendre notre destin en main et trouver des solutions à nos problèmes ». Le président a promis qu’il consacrerait toutes les ressources à sa disposition « pour faire le Gambie un pays meilleur, pour toutes et tous. »

    • Sur internet, la campagne de Wagner a commencé

      Le Figaro - 11h18

      Le groupe de mercenaires proche du Kremlin mêle le vrai et le faux sur les réseaux sociaux pour mener des opérations d’influence. La légende de la photo distille volontairement le doute: «Les nôtres parmi la légion.» On aperçoit un soldat français, sans doute en Afrique. Le logo de Wagner est apposé grossièrement sur l’image comme si le militaire était secrètement membre de ce groupe de mercenaires proche du Kremlin.

      Le post, publié en février, n’a été vu que par 500 personnes, mais la boucle Telegram sur laquelle le faux a été diffusé compte environ 5000 membres. Celle-ci est ouverte à tous. Il s’agit de l’un des canaux employés par les mercenaires pour assurer leur promotion au Sahel.

      Après la Syrie, la Libye et la Centrafrique, le Mali pourrait être leur prochain terrain de jeu. La junte militaire au pouvoir à Bamako envisage de faire appel aux services de Wagner, malgré les mises en garde internationales et les exactions et violences commises par ces mercenairesEn attendant, le groupe tisse sa toile sur les réseaux sociaux pour recruter des partisans, déstabiliser l’opération Barkhane et répandre un peu de vrai…

    • Birmanie : la junte condamne Aung San Suu Kyi à quatre ans de prison

      Le Point - 11h13

      Aung San Suu Kyi est détenue depuis que les généraux ont renversé son gouvernement, le 1er février. Elle risque de nombreuses années de prison. L’ancienne cheffe du gouvernement civil, Aung San Suu Kyi, a été condamnée, lundi 6 décembre, à quatre ans de prison pour incitation aux troubles publics et violation des règles sanitaires liées au Covid-19 par un tribunal birman, a rapporté un porte-parole de la junte.

      Prix Nobel de la paix, celle qui a été renversée par l’armée en février « a été condamnée à deux ans de prison en vertu de la section 505(b) et à deux ans de prison en vertu de la loi sur les catastrophes naturelles », a ainsi déclaré Zaw Min Tun.

      L’ancien président Win Myint a été condamné à la même peine, a-t-il dit, ajoutant qu’ils ne seraient pas conduits en prison pour le moment. « Ils devront faire face à d’autres accusations depuis les lieux où ils séjournent actuellement » dans la capitale Naypyidaw, a-t-il ajouté.

      Le gouvernement britannique a très rapidement réagi, qualifiant cette condamnation de « tentative effroyable […] d’étouffer l’opposition et de supprimer la liberté et la démocratie ». Le Royaume-Uni appelle le régime « à libérer les prisonniers politiques, à engager le dialogue et à permettre un retour à la démocratie », a déclaré la ministre des Affaires étrangères Liz Truss.

    • vendredi 03 décembre
    • Lamine Diack, ancien président de la fédération internationale d’athlétisme, est mort

      Lequipe.fr - 10h51

      Lamine Diack s’est éteint vendredi à l’âge de 88 ans. L’ancien président de la Fédération internationale d’athlétisme (IAAF, 1999-2015) était retourné au Sénégal en mai, pour la première fois depuis sa mise en examen en 2015. Il avait été retenu en France pendant des années en raison d’une affaire de corruption présumée autour du dopage en Russie.

      Lamine Diack avait, en septembre 2020, été condamné par la justice française à quatre ans de prison, dont deux ferme, et 500.000 euros d’amende pour corruption et abus de confiance. Il avait fait appel de cette condamnation et la date d’un nouveau procès restait à fixer.

      Il avait été condamné le 16 septembre 2020 à Paris, notamment pour avoir caché des cas de dopage en Russie ou retardé des sanctions contre des athlètes russes dopés en échange de financements et pour favoriser des négociations de sponsoring et de diffusion avec la Russie.

    • jeudi 02 décembre
    • Lutte contre le sida : 36 millions de cas se trouvent en Afrique

      France 24 - 17h12

      Ce mercredi 1er décembre est la Journée internationale de lutte contre le sida. Selon l’OMS, 36 millions de cas se trouvent en Afrique. Parmi les pays les plus touchés figurent l’Afrique du Sud, la Côte d’Ivoire, le Nigeria et le Kenya qui compte proportionnellement le plus de séropositifs. En 2020, ils étaient 1,6 millions, soit près de 5 % de la population. Nous en parlons avec Pierre Mendiharat, directeur adjoint des opérations de Médecins sans frontières.
      Le président sud-africain Cyril Ramaphosa a appelé à la levée des restrictions de voyages imposées à l’Afrique australe depuis la détection du variant Omicron. Un message envoyé alors qu’il était en déplacement au Nigeria, qui a annoncé mercredi avoir détecté trois premiers cas du variant Omicron chez des voyageurs en provenance d’Afrique du Sud la semaine passée. Le Ghana, son voisin ouest-africain, a également annoncé avoir détecté ses premiers cas de variant Omicron chez des voyageurs en provenance du Nigeria et d’Afrique du Sud.
      En Gambie, à quelques jours du scrutin présidentiel, les victimes du régime de la dictature de Yahya Jammeh, en exil en Guinée équatoriale, souhaitent le voir répondre de ses actes devant la justice. Reportage de nos envoyés spéciaux Sarah Sakho et Elimane Ndao.

    • En Ethiopie, le gouvernement affirme avoir repris le site de Lalibela aux rebelles

      Le Monde Afrique - 16h29

      L’Ethiopie a annoncé, mercredi 1er décembre, la reprise par les forces progouvernementales du site de Lalibela, classé par l’Unesco au patrimoine mondial et passé en août sous le contrôle des rebelles de la région du Tigré. Le gouvernement du premier ministre cherche à reconquérir les territoires encore aux mains des rebelles.
      Parallèlement, les vols humanitaires de l’ONU entre la capitale, Addis-Abeba, et Makalé, dans la région du Tigré, « ont été rétablis », a annoncé le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, évoquant « une petite pointe d’espoir » dans ce conflit qui oppose depuis plus d’un an forces progouvernementales et rebelles du Front populaire de libération du Tigré (TPLF). Les vols étaient suspendus depuis le 22 octobre après des frappes aériennes.
      Après les récentes annonces des combattants du TPLF sur des gains territoriaux s’inscrivant dans une stratégie de marche vers Addis-Abeba, le premier ministre Abiy Ahmed a fait savoir la semaine dernière qu’il se rendait sur le champ de bataille.

    • La Russie affirme avoir arrêté trois espions ukrainiens

      Le Figaro - 15h32

      Les services de sécurité russes (FSB) ont affirmé jeudi 2 décembre avoir arrêté trois espions ukrainiens, dont l’un préparait une «attaque» à l’explosif, en plein pic de tensions entre les deux pays.
      Le FSB n’a pas précisé dans quelles régions ou à quelle date ces espions ukrainiens présumés ont été interpellés. Selon un communiqué des services de sécurité russes, deux d’entre eux «sont arrivés en Russie pour recueillir des informations et réaliser des enregistrements photo et vidéo d’installations d’importance stratégique vitale et d’infrastructures de transport». «Une arme à canon court et une arme automatique, ainsi que des équipements de protection individuelle, ont été trouvés dans le véhicule qu’ils utilisaient», ont-ils ajouté.
      D’après le FSB, ces deux hommes ont «avoué avoir été recrutés» par les services de sécurité ukrainiens, le SBU, en échange d’une récompense de 10.000 dollars. Le troisième agent présumé «a été arrêté en flagrant délit avec des moyens de destruction alors qu’il se rendait sur les lieux du crime». Selon le FSB, ce dernier a été interpellé avec deux engins explosifs improvisés équivalent à 1,5 kg de TNT. Il a «traversé illégalement la frontière russe» et devait également «équiper des caches» en explosifs.

    • Allemagne : bientôt des restrictions drastiques pour les non-vaccinés

      Le Point - 15h28

      L’Allemagne a décidé de durcir les restrictions visant les personnes non vaccinées contre le Covid-19, leur imposant un quasi-confinement, sans accès aux commerces non essentiels, restaurants, lieux de culture ou de loisirs, a annoncé jeudi Angela Merkel.
      Ces nouvelles mesures ont été prises à l’issue d’une réunion entre la chancelière sortante, son successeur Olaf Scholz et les dirigeants des 16 régions du pays. Ils ont également confirmé qu’un projet de loi sur l’obligation vaccinale, à laquelle Olaf Scholz est favorable, serait soumis au parlement pour une entrée en vigueur en février ou mars.

    • Le cannabis reste la drogue la plus consommée en France, selon une étude

      Le Figaro - 15h18

      Le cannabis demeure la drogue illicite la plus consommée en France par près d’un adulte sur dix, selon le baromètre santé 2020 de Santé publique France dévoilé jeudi 2 décembre par l’Observatoire français des drogues et des toxicomanies (OFDT).
      En 2020, 11% des Français âgés de 18 à 64 ans ont déclaré avoir consommé du cannabis au cours de l’année. Le cannabis reste ainsi la drogue illicite la plus répandue dans le pays, depuis la dernière étude qui portait sur l’année 2016 où la proportion était la même.
      Les adolescents en sont particulièrement friands. À 17 ans, plus de 40% d’entre eux indiquent en avoir consommé dans l’année, comme en 2016. Chez les 18-24 ans, ils sont près de 26%. Le chiffre diminue avec l’âge et ne concerne plus que 2% environ chez les 55-64 ans. Le profil des fumeurs dévoile, de plus, une prévalence masculine: 15% des hommes sont concernés, contre 7,5% des femmes.
      L’OFDT indique une évolution chez les consommateurs de cannabis depuis 1992 avec d’une part une «augmentation de la part des femmes qui ont déjà consommé du cannabis», et d’autre part «un vieillissement des usagers dans l’année qui sont de plus en plus souvent des trentenaires et quadragénaires».

    • Bénin: deux soldats tués lors d’une attaque terroriste dans le nord-ouest

      Rfi.fr - 15h14

      Une attaque terroriste perpétrée a eu lieu durant la nuit de mercredi à jeudi dans le nord-ouest du Bénin, près de la frontière avec le Burkina Faso. Deux soldats des forces armées béninoises sont décédés.
      Cette attaque intervient seulement 24 heures après un accrochage dans le lit du fleuve Mekrou, faisant un mort parmi les jihadistes. Elle a eu lieu dans la nuit du mercredi au jeudi entre minuit et 1 heure du matin.
      Selon nos informations, c’est une position de l’armée de terre béninoise qui a été attaquée dans la région de Porga, non loin du parc de la Pendjari, à 650 km au nord-ouest de Cotonou et proche de la frontière burkinabè.

    • Soudan : la chrétienne qui a accepté de collaborer avec les putschistes

      Le Point - 15h05

      La magistrate copte Raja Nicola est la seule civile à être restée membre du Conseil souverain de transition. Une décision qui ne fait pas l’unanimité. Une chrétienne au Conseil souverain soudanais. Cette nomination avait été considérée, en août 2019, au début de la transition censée conduire cette ancienne dictature militaro-islamiste vers une démocratie, comme un gage d’ouverture.
      Deux ans plus tard, le maintien de la Copte Raja Nicola, après le coup d’État du 25 octobre, fait débat. Au-delà de sa confession, cette magistrate est en effet la seule civile, sur les cinq que comptait ce conseil mixte, à être restée en poste. Pour cause, ses collègues se trouvaient encore dans les geôles du régime, lors sa recomposition unilatérale par le général Abdel Fattah al-Burhane le 11 novembre – ils ont été libérés depuis.
      Sur les réseaux sociaux soudanais ont émergé des caricatures de la sexagénaire, la coiffant d’un képi. De nombreux Coptes soudanais ont en outre affirmé que ce choix ne les représentait pas. « Elle envoie un message négatif à tous ceux qui soutiennent la démocratie dans la rue et à l’étranger. C’est vraiment dommage de voir une chrétienne cautionner le coup d’État militaire », résume le Copte Nasri Morgos, qui préside une association de pharmaciens à Khartoum.

    • Fusillade dans un lycée américain: quatre élèves tués, huit blessés dont un enseignant

      Le Figaro - 10h13

      Un jeune de 15 ans a ouvert le feu mardi 30 novembre dans un lycée du nord des États-Unis. Un élève blessé lors de la fusillade a succombé à ses blessures ce mercredi, portant le bilan à quatre morts dont un enseignant, a annoncé mercredi la police locale. «Nous avons la tristesse d’annoncer qu’une quatrième victime a succombé à ses blessures», ont indiqué les services du shérif du comté d’Oakland sur leur page Facebook, précisant qu’il s’agissait d’un élève âgé de 17 ans.
      Le tireur présumé, lui-même élève de l’établissement situé à Oxford, dans l’État du Michigan, a été arrêté et n’a pas expliqué son geste, a précisé Michael McCabe, un responsable de la police du comté d’Oakland.
      «Les policiers ont arrêté le suspect dans les cinq minutes suivant le premier appel» aux services d’urgence, a-t-il expliqué lors d’une conférence de presse improvisée. Selon les autorités de cette ville au nord de Detroit, l’alerte a été donnée à 12H51 locale. Le tireur a fait feu entre 15 et 20 fois avec une arme de poing semi-automatique. Il n’a pas opposé de résistance aux agents qui l’ont arrêté et n’a pas expliqué son geste. «Il a invoqué son droit à ne pas s’exprimer», a souligné McCabe. L’enquête devra déterminer si l’auteur des coups de feu a tiré au hasard ou s’il visait des victimes identifiées, a-t-il ajouté.

    • Guinée : Alpha Condé transféré dans la résidence de son épouse

      Rfi.fr - 09h41

      L’ancien président Alpha Condé a été transféré à la résidence de son épouse, en proche banlieue de Conakry selon un communiqué du Comité national de rassemblement pour le développement (CNRD) lu lundi 29 novembre à la télévision publique. Depuis qu’il a été renversé par un coup d’État le 5 septembre dernier, Alpha Condé était gardé « en lieu sûr », par des militaires. Alpha Condé bénéficie d’un « traitement digne de son rang sans aucune pression internationale », insiste le CNRD.
      Selon plusieurs sources, Alpha Condé a été transféré du Palais Mohamed V au domicile de l’ex-Première dame, dans la nuit de dimanche à lundi. Dans cette résidence, située en proche banlieue de Conakry, l’ancien président bénéficie de plus d’espace. Cette maison était jusque-là vacante. Elle est désormais surveillée par deux véhicules blindés des forces de sécurité.
      Changement de lieu, mais les conditions n’ont pas tellement varié : Alpha Condé a toujours droit aux services de son cuisinier, accès à son médecin personnel, mais pour le reste, les restrictions restent nombreuses. Il n’a pas le droit de sortir et n’a toujours pas accès à un téléphone, indique un de ses conseillers.
      Depuis le 5 septembre, le CNRD a exprimé à plusieurs reprises sa frilosité à l’idée de libérer Alpha Condé. Certaines sources invoquent notamment les « capacités de nuisance » de l’ancien président. Alors pourquoi le transférer maintenant ?

    • Variant Omicron : les contaminations grimpent en flèche en Afrique du Sud

      Le Monde Afrique - 09h01

      Une seule certitude à ce stade : les contaminations augmentent très rapidement. « Je crois que nous sommes tous effarés par la vitesse à laquelle les chiffres grimpent, sachant que nous avions très peu de transmissions il y a encore une semaine », souligne l’épidémiologiste Salim Abdool Karim, spécialiste des maladies infectieuses souvent comparé, à l’époque où il dirigeait le comité de conseil ministériel de lutte contre le Covid-19 sud-africain, au docteur américain Anthony Fauci.
      Mi-novembre, l’Afrique du Sud comptait moins de trois cents nouvelles contaminations quotidiennes en moyenne hebdomadaire, son niveau le plus faible depuis le début de la pandémie. La moyenne est montée à près de deux mille au cours de la semaine écoulée, et le professeur Abdool Karim s’attend à voir le pays dépasser les dix mille contaminations par jour d’ici à la fin de la semaine, alors que le taux de positivité des tests est passé d’environ 2 % à plus de 10 % en une semaine – il culmine à plus de 35 % chez les 10-14 ans dans la province du Gauteng, foyer des nouvelles contaminations. A la tête de l’équipe qui a identifié le nouveau variant, le bio-informaticien et virologue Tulio de Oliveira estime que celui-ci domine déjà 90 % des infections dans cette province.

    • mercredi 01 décembre
    • En Tunisie, le président Kaïs Saïed à l’épreuve du mécontentement social

      Le Monde Afrique - 18h34

      Une croissance en berne, un déficit qui se creuse, un taux de chômage qui dépasse les 18 %… Les indicateurs sont au rouge en Tunisie où le gouvernement vient de se tourner pour la quatrième fois en dix ans vers le Fonds monétaire international (FMI) afin d’obtenir une nouvelle aide financière.
      Cette conjoncture délicate met à l’épreuve le président Kaïs Saïed, qui s’est arrogé les pleins pouvoirs fin septembre, deux mois après avoir suspendu le Parlement. S’il reste largement en tête des sondages, récoltant plus de 80 % d’intentions de vote, le chef de l’Etat va devoir faire face à la montée des impatiences dans un pays en mal de réformes.
      « Les moteurs de la croissance sont à l’arrêt. Des milliers de PME sont sur le point de faire faillite après la crise sanitaire, les investisseurs étrangers restent frileux face à la situation politique instable et il n’y a toujours pas de feuille de route claire », résume l’ancien ministre des finances Fadhel Abdelkefi, président du parti centriste Afek Tounes.
      La question sociale revient sur le devant de la scène. Une grève générale est annoncée pour les prochains jours dans la ville de Sfax pour protester contre les déchets qui s’accumulent depuis plus de deux mois suite à la fermeture d’une décharge.

    • La Chine promet à l’Afrique des vaccins plutôt que des financements

      Le Monde Afrique - 17h47

      L’annonce est spectaculaire. La Chine fournira à l’Afrique un milliard de doses supplémentaires de vaccin afin de lutter contre la pandémie du Covid-19, a annoncé le président chinois, Xi Jinping, dans une intervention en visioconférence à partir de Pékin – devant les délégations du Forum sur la coopération sino-africaine (Focac) qui s’est tenu à Dakar, au Sénégal, les 29 et 30 novembre.
      L’ampleur du geste permet de relancer l’attention sur la sollicitude de Pékin à l’endroit du continent, à un moment où la dynamique Chine-Afrique commençait à marquer le pas, en raison notamment de l’endettement croissant des Etats africains vis-à-vis du bailleur chinois.
      « C’est dans la difficulté que l’amitié trouve son test de grandeur », s’est félicité le président sénégalais Macky Sall en louant l’« appui constant [de la Chine] à nos efforts de riposte sanitaire et de relance économique ». L’offre vaccinale chinoise prendra la forme de dons (600 millions de doses) et de production conjointe (400 millions de doses) assortie d’une levée des droits de propriété intellectuelle.

Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal du Cameroun et recevez gratuitement toute l’actualité

SondageSorry, there are no polls available at the moment.