Linfo en continu

    • jeudi 13 janvier
    • Côte d’Ivoire: mort de Lambert Amon Tanoh, le «père de l’école ivoirienne»

      Rfi.fr - 21h51

      En Côte d’Ivoire, on a appris ce jeudi 13 janvier la mort de Lambert Amon Tanoh. Ancien ministre emblématique de l’Éducation sous Félix Houphouët-Boigny dans les années 1960, il avait aussi à son actif une longue carrière de syndicaliste. Il a succombé au Covid à 96 ans.

      Lambert Amon Tanoh commence sa carrière à la fin des années 1940 à Bingerville comme instituteur et syndicaliste. Militant du PDCI, il est l’un des artisans de l’Union nationale des travailleurs de Côte d’Ivoire. A 31 ans, il est choisi par Félix Houphouët-Boigny pour être député.

      Lambert Amon Tanoh est d’ailleurs à l’Assemblée nationale de Côte d’Ivoire le 7 août 1960 lorsque le premier président ivoirien proclame l’indépendance de son pays.

      Toujours syndicaliste, il est à la manœuvre de la fusion des 4 grandes centrales en une seule UGTCI en 1962 dont il est le premier secrétaire général. L’année suivante Lambert Amon Tanoh est nommé ministre de l’Éducation nationale. Un portefeuille qu’il conserve jusqu’en 1970.

      L’ex-instituteur bâtit de nombreux collèges et lycées, instaure les cours à la télévision. Moyen, disait-il, de généraliser l’enseignement et de palier les lacunes de certains enseignants. C’est à lui aussi que les jeunes ivoiriens doivent d’aller à l’école vêtus d’un uniforme.

      Celui qui était souvent surnommé le « père de l’école ivoirienne » ne ménageait pourtant pas ses critiques contre l’actuel système éducatif ivoirien, déplorant notamment une formation des enseignants négligée. « On ne peut pas mettre 120 élèves dans une classe. La surabondance des effectifs, c’est le chômage programmé », avait-il dénoncé il y un an et demi à notre micro.

       

    • Au Soudan, un manifestant anti-putsch et un général de police tués

      Rfi.fr - 21h31

      Un manifestant anti-putsch et un général de police ont été tués jeudi lors de nouvelles manifestations à Khartoum contre le coup d’Etat, faisant redouter une nouvelle flambée de violence dans le pays quelques jours après le lancement d’un dialogue sous l’égide de l’ONU.

      Le 25 octobre, le chef des autorités de transition, le général Abdel Fattah al-Burhane, menait un coup d’Etat. Depuis, la rue ne cesse de le conspuer. Et les forces de sécurité de réprimer les manifestants, avec déjà 64 morts dans leurs rangs, selon des médecins proches des contestataires.

      Le dernier en date, jeudi, a été tué « d’une balle au ventre » lors de nouvelles manifestations dans la banlieue nord de Khartoum, ont rapporté ces médecins.

      Plus tôt dans l’après-midi, la police, qui fait régulièrement état de dizaines de blessés dans ses rangs, a annoncé pour la première fois la mort d’un de ses généraux. Il a été « poignardé à mort par des groupes de manifestants » à Khartoum, a précisé son porte-parole Idriss Abdallah Idriss.

    • mercredi 12 janvier
    • La justice américaine estime recevable une plainte contre le prince Andrew pour agressions sexuelles

      Rfi.fr - 17h03

      La plainte d’une femme américaine contre le prince Andrew pour agressions sexuelles en 2001 quand elle avait 17 ans a été jugée recevable par le juge Lewis Kaplan. Virginia Giuffre est l’une des victimes des crimes sexuels du financier américain Jeffrey Epstein. Le prince Andrew, 61 ans, deuxième fils de la reine d’Angleterre, est embarrassé depuis des années par ses liens avec Jeffrey Epstein, mort en prison en 2019, et son ancienne compagne Ghislaine Maxwell.

    • Le variant Omicron va faire sortir le Covid-19 de la phase pandémique

      Le Point - 10h29

      La vague de Delta est toujours présente, et celle du variant Omicron n’a pas atteint son pic partout dans le monde, mais, selon l’Agence européenne des médicaments (EMA), la situation pourra s’améliorer dans les mois à venir. Car, selon le régulateur européen, bien que la maladie soit toujours en phase pandémique, la propagation du variant Omicron devrait transformer le Covid-19 en une maladie endémique avec laquelle l’humanité peut apprendre à vivre.

      L’EMA a également exprimé des doutes quant à l’administration d’un quatrième vaccin à la population, affirmant que l’injection de doses répétées n’était pas une stratégie « durable ». « Personne ne sait exactement quand nous serons au bout du tunnel, mais nous y arriverons », a déclaré Marco Cavaleri, chef de la stratégie vaccinale de l’EMA, basée à Amsterdam.

      « Avec l’augmentation de l’immunité dans la population – et avec Omicron, il y aura beaucoup d’immunité naturelle en plus de la vaccination –, nous avancerons rapidement vers un scénario qui sera plus proche de l’endémicité », a ajouté Marco Cavaleri lors d’une conférence de presse. Mais, a-t-il souligné, « nous ne devons pas oublier que nous sommes toujours dans une pandémie ».

    • lundi 10 janvier
    • Can Cameroun 2021: le Maroc l’emporte de justesse face au Ghana

      Le Point - 23h44

      Les Lions de l’Atlas ont rugi. Neutralisé pendant plus de quatre-vingts minutes de jeu, le Maroc s’est imposé de justesse (1-0) contre le Ghana grâce à un but du milieu de terrain angevin Sofiane Boufal (82e) en fin de match. Un succès qui permet au Maroc de prendre provisoirement la tête de son groupe C, en attendant le match entre les Comores et le Gabon.

      Dans cette confrontation aux allures de finale de groupe, c’est le Maroc qui donne le coup d’envoi de ce choc sur la pelouse du stade Ahmadou-Ahidjo de Yaoundé (Cameroun). Les premières minutes ressemblent plutôt à un round d’observation, même si le Ghana se procure les meilleures situations avec trois corners (2e, 4e, 5e) et un coup franc (3e). Les Marocains réagissent à leur tour et obtiennent un corner (7e), qui ne donne rien. Le début de match est plutôt timoré.

      Comme à Bafoussam plus tôt dans la journée (Sénégal 1-0 Zimbabwe), les joueurs doivent s’acclimater à la chaleur dans laquelle baigne Yaoundé cet après-midi (29 °C). Un peu bousculés en début de rencontre, les Lions de l’Atlas finissent progressivement par mettre leur jeu en place au quart d’heure de jeu et par conserver le ballon (65 %). Mais alors que les minutes défilent, la rencontre peine à décoller. Le jeu est haché par de nombreuses fautes de part et d’autre, et aucune équipe ne parvient à développer son jeu.

    • Can Cameroun 2021: la Guinée réussit son entrée en lice

      Rfi.fr - 23h33

      La Guinée de Naby Keita s’est imposée ce lundi 10 janvier à Bafoussam face au Malawi grâce à un but d’Issiaga Sylla (1-0). Contrairement à l’édition 2019 en Egypte, cette fois, l’entrée dans la CAN 2022 est positive, malgré un nombre important de cas de Covid-19 dans la sélection.

      La Guinée, qui a remplacé Didier Six par son adjoint Kaba Diawara, un mois avant la CAN 2022, a fait son entrée dans la compétition à Bafoussam face au Malawi, juste après la victoire étriquée du Sénégal contre le Zimbabwe.

      Comme le Sénégal, la Guinée a dû faire avec la pandémie de Covid-19. Mikaël Dyrestam, Seydouba Soumah, Fodé Camara, Mory Konaté et Morgan Guilavogui, tous positifs, ne pouvaient être présents.

      Aujourd’hui, les coéquipiers de Naby Keita espéraient mieux que lors de la CAN 2019 en Egypte où ils étaient sortis lors des huitièmes de finale battus sèchement par l’Algérie (3-0). Le Malawi qui vit sa première phase finale depuis 2010, ne faisait pas office d’épouvantail. Mais il a donné du fil à retordre aux Guinéens.

      Il a fallu attendre la 22e minute pour voir le Syli National mettre un vrai danger dans le camp malawien avec une tête d’Ibrahima Sory Conté, repoussée par le poteau (23e). Si Naby Keïta expédie une lourde frappe repoussée par le mur adverse en début de rencontre (8e), les Flames répondent aussi, avec Micium Mhone, juste après le geste du joueur de Liverpool.

      Le Syli National, au-dessus des petites nations de foot que sont le Zimbabwe et le Malawi dans le groupe B, peut compter sur des joueurs comme Mohamed Bayo (Clermont), Amadou Diawara (Clermont) ou encore Issiaga Sylla (Toulouse). Et c’est ce dernier qui a inscrit le seul but du Syli National en coupant la trajectoire d’une passe en retrait de José Kanté (36e).

    • Can Cameroun 2021 : victoire étriquée du Sénégal face au Zimbabwe

      Rfi.fr - 23h23

      Le Sénégal a débuté timidement sa CAN 2022 ce lundi 10 janvier à Bafoussam face au Zimbabwe. Les Lions de la Téranga ont remporté sans convaincre leur match dans le Stade de Kouekong à la faveur d’un penalty sifflé dans les arrêts de jeu et transformé par Sadio Mané. Privé de 11 joueurs sur sa liste de 28 pour son entrée en Coupe d’Afrique des nations (CAN 2022) face au Zimbabwe, – après de nombreux tests positifs au Covid-19 -, le Sénégal n’a pas vraiment brillé ce lundi 10 janvier à Bafoussam.

      Pourtant, même sans cadres importants à l’image d’Édouard Mendy, remplacé dans les cages par le troisième gardien Seny Dieng, les Lions de la Téranga étaient beaucoup plus forts sur le papier. La star du groupe, Sadio Mané, et le capitaine Idrissa Gana Gueye étaient bien présents sur la pelouse du stade de Kouekong. Même s’il fallait faire sans Famara Diédhiou, un des meilleurs buteurs de la sélection ces derniers mois, lors des qualifications pour le Mondial 2022.

    • Les 7 dernières années ont été « les plus chaudes jamais enregistrées »

      Le Point - 14h52

      De 2015 à 2021, la Terre a connu les plus chaudes années jamais enregistrées, selon les « nets » résultats du service européen Copernicus d’observation de la Terre, qui démontre, lundi 10 janvier, l’avancée du réchauffement climatique avec des concentrations records de gaz à effet de serre.

      Si l’année 2021 n’a été « que » la cinquième plus chaude jamais enregistrée, elle a subi les effets dévastateurs du changement climatique : canicules exceptionnelles et meurtrières en Amérique du Nord et en Europe du Sud, incendies ravageurs au Canada ou en Sibérie, vague de froid spectaculaire dans le centre des États-Unis ou précipitations extrêmes en Chine et en Europe de l’Ouest.

      Malgré un niveau tiré à la baisse par le phénomène météo La Niña, 2021 a tout de même enregistré selon Copernicus une température moyenne supérieure de 1,1 °C à 1,2 °C par rapport à l’ère pré-industrielle (1850-1900), comparaison de référence pour mesurer le réchauffement causé par les émissions de gaz à effet de serre issues de l’activité humaine.

    • Concentration des médias en France: Bolloré, Arnault, Lagardère et Niel bientôt auditionnés au Sénat

      Rfi.fr - 14h47

      La commission d’enquête du Sénat sur «la tendance accrue à la concentration dans les médias», créée au Sénat à la demande du groupe PS, va entrer en janvier 2022 dans le vif du sujet, avec les auditions programmées de Vincent Bolloré, Bernard Arnault, Arnaud Lagardère ou encore Xavier Niel. Toutes les auditions seront diffusées en direct sur le site du Sénat, a précisé la commission lundi dans un communiqué cité par l’AFP.

    • France : un maire décroche le portrait d’Emmanuel Macron après ses propos sur les non-vaccinés

      Le Figaro - 10h41

      L’édile d’une petite commune d’Occitanie a restitué le portrait présidentiel à la préfecture en signe de protestation. La fameuse déclaration d’Emmanuel Macron, indiquant son «envie d’emmerder les non vaccinés jusqu’au bout» , ne fait décidément pas l’unanimité. Dans le Tarn-et-Garonne, Nils Passedat, maire de Lavaraurette, commune d’environ 200 habitants, a décidé de décrocher le portrait du chef de l’État dans sa mairie et de le renvoyer à la préfecture, rapporte La Dépêche du Midi .

      Offusqué par les propos d’Emmanuel Macron, le maire a estimé ne plus pouvoir réunir son Conseil municipal sous le regard du portrait présidentiel. Dans une lettre adressée à la préfète du département, l’élu affirme s’interroger sur «ce nouveau tournant assumé d’une politique qui ne se veut plus sanitaire mais discriminatoire.» À la préfecture, il précise que le portrait officiel a été remplacé par la Déclaration universelle des droits de l’homme et du citoyen de 1789.

      Interviewé par France 3, Nils Passedat déplore «cette tendance aux petites phrases, aux insultes régulières à certains corps administratifs, à certains corps sociaux»qui «fait régner la division»Et d’ajouter : «Alors, peut-être qu’il règne mieux comme ça mais nous estimons que le rôle du chef de l’État, du président de la République, c’est l’union, c’est de réunir la France. Nous estimons qu’il insulte la fonction présidentielle.»

    • L’aide humanitaire suspendue dans le nord-ouest du Tigré après une frappe de drone

      Rfi.fr - 10h37

      Selon le Bureau de coordination des affaires humanitaires de l’ONU (Ocha), L’attaque aérienne sur le camp de déplacés de Dedebit, dans le nord-ouest du Tigré, aurait fait « des dizaines de victimes civiles, dont des décès ». Les rebelles tigréens font état de 56 morts et accusent le gouvernement éthiopien d’avoir mené cette attaque.

      Il est difficile de vérifier ces affirmations, tant l’accès au Tigré est restreint. Cette frappe a été menée au moment-même où le Premier ministre éthiopien Abiy Ahmed disait vouloir favoriser la « réconciliation nationale » en annonçant la libération d’opposants et de hauts responsables du Front de libération du peuple du Tigré.

      « L’intensification des frappes aériennes est alarmante », juge Ocha, qui doit suspendre ses activités dans cette région du Tigré où déjà le manque de matériel médical et de carburant « perturbe gravement la réponse aux blessés et a conduit à l’effondrement presque total du système de santé ». Ocha rappelle « une fois de plus à toutes les parties au conflit qu’elles doivent respecter leurs obligations en vertu du droit humanitaire international ».

    • Les relations germano-marocaines se réchauffent

      Rfi.fr - 10h34

      Afin de « sceller un nouveau partenariat entre les deux pays » le roi du Maroc Mohammed VI a reçu une invitation pour Berlin du président allemand Frank-Walter Steinmeier. Annonce faite par le palais royal à Rabat. L’Allemagne et le Maroc cherchent à apaiser leurs relations diplomatiques après une année de crises qui a connu le gel des relations bilatérales et le retrait de l’ambassadrice marocaine à Berlin.

      Après plusieurs mois de crise entre Rabat et Berlin, sont arrivés les signaux d’apaisement envoyés en fin d’année de la part du Maroc qui envisageait « de relancer la coopération bilatérale » avec Berlin, suite aux déclarations « positives et constructives » du nouveau gouvernement allemand, le roi Mohammed VI a reçu une lettre d’invitation pour une visite d’État en Allemagne.

      Dans sa lettre, selon les autorités marocaines, le chef d’État allemand revient sur le point de discorde : il juge que le projet de Rabat pour l’autonomie du Sahara occidental est « une bonne base » qui exprime « les efforts sérieux » et « crédibles » du royaume pour une solution à ce conflit.

    • Kazakhstan : le président dénonce une « tentative de coup d’État »

      Le Point - 10h28

      La situation ne s’améliore pas au Kazakhstan, au contraire. Selon le président Kassym-Jomart Tokaïev, les coupables des émeutes qui secouent le pays depuis plusieurs jours sont tout désignés : il s’agit des « combattants armés » qui mènent une « tentative de coup d’État ». Et il a assuré, lors d’une réunion organisée, lundi, en visioconférence avec d’autres chefs d’État alliés ainsi que le président russe Vladimir Poutine, que « jamais » ses forces ne tireront sur des manifestants pacifistes. Les troupes conduites par la Russie et déployées dans ce pays à la suite de ces troubles vont se retirer « bientôt », a-t-il ajouté.

      « Des groupes de combattants armés qui attendaient leur moment sont entrés en action. Leur objectif principal est apparu clairement. (…) Il s’agissait d’une tentative de coup d’État », a indiqué Kassym-Jomart Tokaïev lors de cette réunion. « Jamais nous n’avons utilisé ni n’utiliserons la force militaire contre des manifestants pacifiques », a-t-il dit. Il a précisé que 2 030 hommes ont été déployés dans le cadre de cette mission, après son appel à l’aide de cette organisation, dominée par Moscou et regroupant des pays d’ex-URSS.

      Selon le président kazakh, des forces « terroristes » organisées, incluant aussi bien des « islamistes » que des « criminels », des « casseurs » et de « petites frappes », ont profité d’un mouvement de contestation sur la hausse du prix du carburant pour tenter de renverser le pouvoir. « Nous avons réussi à reprendre le contrôle de la situation », a-t-il dit.

       

       

    • Mali : la Cédéao adopte de très lourdes sanctions contre la junte

      Rfi.fr - 10h24

      Pour amener la junte à un retour rapide à l’ordre constitutionnel, les pays ouest-africains réunis en sommet à Accra ont pris des sanctions économiques et financières très dures qui s’ajoutent aux précédentes.

      La Cédéo a ainsi décidé de geler les avoirs maliens au sein de la Banque centrale des États d’Afrique de l’Ouest (BCEAO), de couper les aides financières, de fermer les frontières entre le Mali et les États membres de l’organisation, mais aussi de suspendre les transactions avec Bamako, à l’exception des produits médicaux et de première nécessité, les produits pétroliers et l’électricité, le gel des actifs et des avoirs de la République du Mali dans toutes les banques centrales des pays membres de la Cédéao, du gel des avoirs du gouvernement et des entreprises d’États maliens dans toutes les banques commerciales de la Cédéao.

      La Cédéao a décidé par ailleurs le retrait des ambassadeurs de tous les pays membres au Mali, rapporte notre envoyé spécial à Accra, Peter Sassou Dogbé.

      Enfin, les dirigeants décident d’activer immédiatement la force en attente de l’organisation, compte tenu de « l’impact potentiellement déstabilisateur de la transition malienne sur la région ».

    • vendredi 07 janvier
    • Angleterre: le footballeur français Benjamin Mendy, accusé de sept viols, libéré sous caution

      Rfi.fr - 16h49

      Le défenseur international français de Manchester City Benjamin Mendy, accusé de sept viols et d’une agression sexuelle, a été libéré et placé sous contrôle judiciaire vendredi par la justice britannique. Le juge Patrick Thompson a décidé lors d’une audience devant la Crown Court de Chester (nord-ouest de l’Angleterre) de relâcher le joueur de 27 ans, champion du monde en 2018, qui était en détention provisoire depuis fin août.

    • Sierra Leone : le sélectionneur menacé de mort

      maxifoot.fr - 10h37

      Après 1994 et 1996, la Sierra Leone va disputer sa troisième CAN au Cameroun. A quelques jours du début de la compétition, le sélectionneur John Keister a révélé avoir été menacé de mort.

      « Je ne pense pas qu’il faille en arriver à ce point où ma vie est menacée parce que les gens pensent que les joueurs devraient être dans l’équipe et s’ils ne le sont pas, voilà ce qu’ils vont faire, a indiqué l’homme de 51 ans pour BBC Sport Africa. Nous avons parcouru un long chemin, il n’y a donc aucune raison pour les menaces de mort. Je pense que c’est très, très triste que l’on en arrive là. Quel que soit le milieu dans lequel vous êtes, personne ne mérite cela. »

      « J’ai une famille, je m’occupe de ces garçons et j’ai un travail à faire. Cela me met en colère et pour moi, d’où je viens et de mon milieu, je sens que je dois faire quelque chose à ce sujet. Quel que soit le travail, je dois faire quelque chose », a rajouté Keister.

      La Sierra Leone débutera sa compétition face au tenant du titre, l’Algérie, mardi prochain.

    • Can 2021 : la Guinée enregistre de nouveaux cas de contamination à la covid-19

      Journal du Cameroun - 10h01

      Ce vendredi 07 janvier 2022, à moins de 48h du lancement de la CAN 2021, un communiqué de la fédération guinéenne de football évoque la situation. “En plus de Kémoko Camara et Mickael Dyrestam, la délégation guinéenne est partie de Kigali sans trois autres de ses membres. Le joueur Seydouba Soumah et l’intendant adjoint Amadou Diallo ont été testés positifs au Covid-19. Morlaye Sylla n’a pas non plus pu embarquer avec l’équipe car il doit faire un nouveau test PCR ce vendredi.

      Tous seront soumis au protocole en vigueur au Rwanda et rejoindront le groupe une fois qu’un test PCR négatif sera obtenu. La Guinée est arrivée au Cameroun à 4h du matin ce vendredi 7 janvier 2022 avec un groupe de 24 joueurs”, informe la Fédération guinéenne de football.

    • jeudi 06 janvier
    • CAN 2022: les Gabonais Aubameyang et Lemina positifs au Covid-19

      Rfi.fr - 18h18

      Pierre-Emerick Aubameyang et Mario Lemina ont été testés positifs au Covid-19 à leur arrivée au Cameroun ce jeudi 6 janvier 2022 a annoncé à le sélectionneur de l’équipe du Gabon, Patrice Neveu. Les deux joueurs attendent le résultat d’un test RT-PCR à quatre jours du premier match des Panthères à la Coupe d’Afrique des nations de football.

      Aubameyang, attaquant d’Arsenal, et Lemina, milieu de terrain de Nice, « ont effectué un test PCR de confirmation et sont actuellement à l’isolement dans leur hôtel », a déclaré le sélectionneur, précisant que les joueurs n’avaient « aucun symptôme ».

      Une nouvelle qui tombe à un bien mauvais moment alors que les Panthères doivent affronter les Comores lundi 10 janvier pour leur premier match durant la CAN 2022. Le Gabon devra donc très probablement débuter le tournoi sans ses deux joueurs stars alors que les hommes de Patrice Neveu doivent pourtant faire le plein de confiance après s’être lourdement inclinés 3-0 lors d’un match de préparation face au Burkina Faso à Dubaï et un triste 1-1 face à la Mauritanie.

    • Au Burkina Faso, plus de 3000 écoles sont fermées en raison de l’insécurité

      Rfi.fr - 18h16

      Ce chiffre alarmant a été annoncé, ce mercredi 5 janvier 2022, par le porte-parole du gouvernement, Alkassoum Maïga, à l’issue du Conseil des ministres. Cela représente plus de 13% des écoles du pays. Ce chiffre est en hausse constante depuis plusieurs années.

      « C’est très impressionnant et il y a des motifs d’inquiétude », a reconnu lui-même le porte-parole du gouvernement. En trois ans, 1 300 écoles supplémentaires ont dû fermer leurs portes en raison de la pression des terroristes. Une situation qui concerne plus de 500 000 élèves et près de 15 000 enseignants.

      Pourtant le gouvernement l’assure, il fait des efforts. Plus de 200 écoles ont été rouvertes récemment, 25 ont été déplacées dans des localités jugées plus sûres. Selon Alkassoum Maïga, plus de 13 500 élèves déplacés internes ont ainsi pu se réinscrire.

      « Les efforts du gouvernement sont insignifiants, s’indigne Wendyam Zongo, secrétaire général du Syndicat national des personnels d’administration et de gestion de l’éducation et de la recherche. Il ne sert à rien de rouvrir des écoles, si les déplacés internes ne peuvent pas rentrer chez eux et pour cela il faut le retour de la sécurité. »

      Vendredi soir, lors de son adresse à la nation pour les vœux 2022, le président Roch Marc Christian Kaboré, a fixé comme objectif au nouveau gouvernement « le nettoyage des zones infestées par les terroristes et le retour des déplacés dans leurs localités d’origine »

    • Au Mali, premiers accrochages entre Wagner et djihadistes

      Le Figaro - 18h05

      Un convoi des Forces armées maliennes escorté par des mercenaires russes a été pris à partie par des insurgés islamistes dans le centre du pays. Les signaux de la présence de Wagner au Mali se multiplient. Lundi, des hommes de cette société de sécurité privée russe auraient connu un premier accrochage sérieux avec des insurgés islamistes.

      Selon France 24, un convoi des Forces armées maliennes (FAMa), accompagné par des mercenaires, a été pris à partie entre Bandiagara et Bankass, deux villes situées au sud de Mopti, dans le centre du pays. L’un des véhicules blindés aurait sauté sur un engin explosif improvisé (IED) avant qu’un violent échange de coups de feu éclate ; une stratégie d’embuscade classique des djihadistes.

      Le bilan est incertain. Un membre de Wagner aurait été blessé et transporté à l’hôpital de Sévaré. La katiba Macina est active dans cette région. Dirigée par Amadoun Koufa, un prêcheur peul, elle fait partie du Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans (GSIM), lié à al-Qaida. Des témoins assurent avoir vu ces derniers jours des unités des FAMa accompagnées d’hommes blancs en uniforme se déployer depuis Bamako vers zones occupées par les djihadistes.

    • Pologne/Biélorussie : sans accès aux migrants, Médecins Sans Frontières quitte la région frontalière

      Le Figaro avec AFP - 18h00

      L’ONG Médecins Sans Frontières (MSF) a annoncé jeudi 6 janvier qu’elle quittait la région frontalière entre la Pologne et la Biélorussie, à la suite du blocage des organisations portant assistance aux migrants et aux réfugiés. Cette annonce intervient après que la Pologne, début décembre, a prolongé de trois mois l’interdiction d’accès à la région frontalière avec la Biélorussie, imposée en septembre après le début de la crise migratoire causée par l’arrivée de milliers de migrants.

      Dans un communiqué, MSF explique avoir envoyé il y a trois mois une équipe d’intervention d’urgence pour aider les migrants et les réfugiés qui traversent la frontière entre la Biélorussie et la Pologne. Mais l’organisation a décidé de retirer son équipe «après avoir été empêchée à plusieurs reprises par les autorités polonaises d’accéder à la région frontalière boisée, où des groupes de personnes survivent dans des températures inférieures à zéro et ont désespérément besoin d’une assistance médicale et humanitaire».

    • Attaque du Capitole : Trump « a empêché un transfert pacifique du pouvoir », cingle Biden

      Le Point - 17h56

      Le président américain Joe Biden a promis jeudi de ne « laisser personne mettre le couteau sous la gorge de la démocratie » américaine, après avoir accusé son prédécesseur Donald Trump d’avoir « tenté d’empêcher un transfert pacifique du pouvoir » le 6 janvier dernier lors de l’assaut du Capitole.

      « Pour la première fois dans l’histoire, un président n’a pas seulement perdu une élection, il a tenté d’empêcher un transfert pacifique du pouvoir », a assuré le président démocrate. Il s’exprimait à l’occasion d’un discours solennel au Congrès, attaqué il y a exactement un an par des partisans de Donald Trump qui tentaient d’empêcher la certification de sa victoire à l’élection présidentielle.

      Ceux qui menaient l’attaque sur Capitole, où siège le Congrès américain, « n’étaient pas un groupe de touristes, c’était une insurrection armée », a-t-il ajouté. En dénonçant de prétendues fraudes, « l’ancien président des États-Unis a créé et répandu un tissu de mensonges à propos de l’élection de 2020, il l’a fait car il préfère le pouvoir aux principes », a persiflé Joe Biden, soulignant que l’ex-président républicain avait « bâti son mensonge pendant des mois » avant le scrutin.

    • Kazakhstan : 700 membres des forces de sécurité blessés et 18 tués

      Le Point - 17h48

      De très violentes émeutes ont éclaté au Kazakhstan, dans la nuit du mercredi 5 au jeudi 6 janvier. Plusieurs centaines de manifestants ont tenté de prendre d’assaut des bâtiments administratifs. Lors des affrontements, plusieurs « dizaines » d’émeutiers ont été tuées par la police.

      Saltanat Azirbeck, porte-parole de la police kazakhe, a confirmé ce bilan, pour l’heure flou, à différentes agences de presse locales : « La nuit dernière, les forces extrémistes ont tenté de prendre d’assaut les bâtiments administratifs, le département de la police de la ville d’Almaty, ainsi que les départements locaux et les commissariats de police. Des dizaines d’assaillants ont été éliminés. »

      Au moins 18 membres des forces de sécurité ont été tués et 748 blessés dans des émeutes qui secouent le Kazakhstan depuis plusieurs jours, ont rapporté jeudi les agences de presse russes, citant le ministère kazakh de l’Intérieur. Un précédent bilan faisait état de 13 morts et 353 blessés dans les rangs des forces de sécurité.

    • mercredi 05 janvier
    • Égypte : libération de Ramy Shaath, figure de la révolution de 2011

      Le Figaro - 17h35

      Ramy Shaath, la figure du printemps égyptien de 2011, incarcéré depuis 2019 pour « troubles contre l’État », a été libéré lundi soir, selon l’AFP citant une source judiciaire. Sa femme et ressortissante française, Cécile Lebrun, a été informée de la décision, mais a indiqué que son mari n’était pas encore sorti, ajoutant qu’il publiera « une déclaration quand il sera dehors et dans l’avion ».

      Fils de l’homme d’État palestinien Nabil Shaath, Ramy Shaath est un artisan de la révolution égyptienne de 2011, ainsi qu’un opposant au bref régime des Frères musulmans, et à celui de l’actuel président Abdel Fattah al-Sissi. Il a également lutté en faveur du boycott économique d’Israël en raison de l’occupation des terres palestiniennes, en lançant le mouvement «Boycott, désinvestissement, sanctions» (BDS), en Égypte.

      Le militant de gauche a été arrêté en pleine nuit, le 5 juillet 2019, après la descente d’une douzaine d’hommes à son domicile, et placé directement en détention. « Ils étaient lourdement armés et ont fouillé notre appartement de fond en comble alors qu’ils ne disposaient d’aucun mandat d’arrêt », se souvient Cécile Lebrun. Deux fourgons les attendaient en bas de leur domicile : l’un conduisant le dissident en détention provisoire, l’autre emmenant la Française à l’aéroport. Elle a été expulsée le lendemain matin vers Paris.

       

    • Treize morts dont des enfants dans l’incendie d’un immeuble à Philadelphie

      Le Figaro - 17h32

      Treize personnes, dont plusieurs enfants, sont mortes dans un vaste incendie touchant un immeuble d’habitations en plein centre de Philadelphie, dans l’est des États-Unis, ont annoncé les pompiers de la ville mercredi 5 janvier. «Pour l’instant, le bilan est de 13 (morts)», a déclaré un représentant des pompiers, en précisant que ce chiffre pouvait encore évoluer. «C’était terrible (…) c’est un bilan terrible», a-t-il ajouté, lors d’un point presse improvisé et diffusé en direct sur Twitter. Plusieurs enfants font partie des victimes.

      Les pompiers de Philadelphie sont arrivés sur les lieux à 06H40 (11H40 GMT) et ont dû affronter «un feu intense provenant du deuxième étage d’une maison» qui en compte trois. «Il a fallu 50 minutes pour maîtriser le feu», ont-ils précisé dans un tweet.

      Le tragique incendie a eu lieu dans le quartier central et résidentiel de Fairmont, où se trouvent les grands musées de Philadelphie. D’après plusieurs médias américains, l’immeuble touché appartient à la ville.

    • Mali: politiques et associations se réunissent pour dénoncer la durée de la transition

      Rfi.fr - 17h26

      Les organisations présentes étaient nombreuses au siège du Parena pour ce moment qui a été voulu solennel et qui a démarré par une minute de silence et le chant de l’hymne national, une manière de montrer que personne n’a le monopole du patriotisme dans le pays.

      Les acteurs politiques et associations étaient réunies pour aborder la question de la durée de la transition, l’une des recommandations des Assises nationales récemment terminées. Et pour Youssouf Diawara, président du cadre des partis, cette transition devrait prendre fin le 27 février.

      Une position qui converge avec toutes les organisations présentes et pour qui un retour à un ordre constitutionnel le plus rapidement possible n’est pas négociable. Djeiba Keita, ancien ministre, va même plus loin, lui qui a participé à la révolution de 1991 voit dans ce projet de chronogramme à rallonge les velléités dictatoriales de la transition. « Ces gens sont venus par la ruse et veulent se maintenir par la ruse. Le peuple malien est debout, personne ne peut faire la dictature comme Moussa Traoré », déclare-t-il.

    • Algérie : Sonatrach veut revenir en force

      Le Point - 17h23

      Après une année 2020-2021 plombée par la baisse des revenus des hydrocarbures, le groupe pétro-gazier public algérien Sonatrach retrouve de l’ambition et annonce vouloir investir 40 milliards de dollars entre 2022 et 2026 dans l’exploration, la production et le raffinage de pétrole et la prospection et l’extraction de gaz, a indiqué lundi 3 janvier son PDG, Toufik Hakkar, à la chaîne de télévision internationale algérienne AL24 News. Il a précisé que le « tiers de ces investissements » impliquera des partenaires étrangers. « La plus grosse part sera consacrée à l’exploration et la production pour préserver nos capacités de production, ainsi qu’à des projets dans le raffinage pour répondre à la demande nationale en carburant », a-t-il précisé.

      Illustration de ce changement de cap, à la mi-décembre, le géant des hydrocarbures a signé un contrat de production pétrolière d’un montant de 1,4 milliard de dollars avec le groupe italien Eni, ainsi qu’un accord de coopération dans la transition énergétique. Le contrat couvre une superficie totale de 7 880 km2 dans la partie sud du bassin de Berkine (sud), où Sonatrach et Eni opèrent depuis 2013. Il s’agit du premier contrat entre les deux partenaires depuis la promulgation, en novembre 2019, d’une nouvelle loi sur les hydrocarbures introduisant le partage de production.

    • Sénégal : le chantier du port de Ndayane sur orbite

      Le Point - 17h20

      Le président sénégalais Macky Sall a posé, lundi 3 janvier en début de soirée, la première pierre du futur port multifonctionnel de Ndayane, situé à 70 kilomètres au sud de Dakar, sur la Petite-Côte. Il est destiné à décongestionner le port autonome de Dakar, le seul fonctionnel aujourd’hui, datant du XIXe siècle et situé en plein centre-ville. Il capte 95 % des échanges commerciaux du Sénégal, mais aussi 80 % des hydrocarbures et 65 % des autres trafics du Mali enclavé.

      L’agence officielle sénégalaise, APS, précise que les travaux de cette infrastructure d’une superficie de 1 200 hectares vont se dérouler en deux phases, pour un investissement total d’environ 3 milliards de francs CFA (environ 5,2 milliards de dollars). La première mobilisera 827 millions de dollars, ce qui en fait le plus important investissement privé de l’histoire du Sénégal, d’après les autorités. Les travaux vont durer quatre-cinq ans, a insisté le président sénégalais.

    • mardi 04 janvier
    • Gianni Infantino favorable à un Euro tous les deux ans

      footmercato.net - 15h14

      Le président de la FIFA Gianni Infantino a déclaré ce lundi que l’Euro de football pourrait également se jouer tous les deux ans, comme la Coupe du Monde. Selon l’ancien secrétaire général de l’UEFA cela serait bénéfique aussi bien sur le plan sportif que financier.

      Infantino a déclaré au média italien Radio Anch’io Sport : «La Coupe du monde tous les deux ans n’est pas une demande de ma part, mais du Congrès de la FIFA, qui a demandé une étude de faisabilité. Nous avons fait une étude très sérieuse et du point de vue sportif cela fonctionnerait et l’impact économique serait positif pour tout le monde. En Europe, il y a de l’opposition à ce projet. Mais comme les Coupe du Monde, l’Euro pourrait aussi avoir lieu tous les deux ans». Pour le moment, aucun vote sur ce projet de Coupe du Monde tous les deux ans n’a été prévu.

    • lundi 03 janvier
    • Tunisie : hospitalisé, l’homme fort d’Ennahdha refuse alimentation et médicaments

      Le Figaro - 11h12

      L’ex-ministre de la Justice de Tunisie Noureddine Bhiri, homme fort du parti d’inspiration islamiste Ennahdha, hospitalisé après son arrestation vendredi, refuse de s’alimenter et de prendre des médicaments, a indiqué lundi 3 janvier à l’AFP une source informée qui lui a rendu visite dimanche soir.

      Une délégation constituée de cinq personnes –trois de l’Instance de prévention de la torture (INPT, autorité indépendante) et deux du Haut-commissariat de l’ONU aux droits de l’Homme– a pu entrer à l’hôpital de Bizerte (nord) où Noureddine Bhiri a été admis, selon cette source. «Il n’est pas en situation critique pour le moment», a indiqué à l’AFP la source qui a participé à cette visite. Interpellé vendredi matin, Noureddine Bhiri, 63 ans, «est vivant et lucide, (il) est pris en charge dans une chambre individuelle, au service cardiologie de l’hôpital», a-t-elle précisé.

      Mais «depuis vendredi, (Noureddine Bhiri) refuse toute alimentation et les médicaments, c’est pour ça qu’il a été transféré à l’hôpital où il est sous surveillance rapprochée», selon cette source. Dimanche soir, plusieurs militants et députés d’Ennahdha avaient affirmé que Noureddine Bhiri se trouvait «en état critique» avec des «menaces pour sa vie» et qu’il avait été «privé de ses médicaments».

Page 2 sur 8712345...102030...Dernière page »
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal du Cameroun et recevez gratuitement toute l’actualité

SondageSorry, there are no polls available at the moment.