Linfo en continu

    • mardi 16 mars
    • RDC : Fayulu renvoie dos à dos Tshisekedi et Kabila

      Jeune Afrique - 17h48

      Désormais privé de ses alliés de Lamuka, l’ancien candidat à la présidentielle de 2018 s’active pour occuper le terrain. Mais peut-il encore peser face à l’Union sacrée du président Félix Tshisekedi ? Martin Fayulu ne désarme pas. Trois mois après la fin de la coalition qui unissait Félix Tshisekedi et Joseph Kabila, l’opposant, qui n’a cessé depuis deux ans de revendiquer sa victoire à l’élection présidentielle de décembre 2018, campe sur ses positions. Le chef de l’État et son prédécesseur ont beau avoir mis un terme à leur alliance, Martin Fayulu refuse toujours de croire à la rupture.
      Selon lui, le « deal maléfique » qui unit les deux hommes est toujours en vigueur. « Ce qui se passe aujourd’hui est une illusion d’optique. Les personnes qui sont dans l’Union sacrée sont les mêmes que celles qui figuraient dans la coalition entre le FCC [le Front commun pour le Congo de Joseph Kabila] et Cach [Cap pour le changement]. Ce sont des stratagèmes pour se maintenir au pouvoir », assure-t-il d’emblée, lors d’un long entretien téléphonique accordé à Jeune Afrique.

    • Côte d’Ivoire: un hommage des artistes et de la jeunesse aux funérailles d’Hamed Bakayoko

      Rfi.fr - 16h49

      La Côte d’Ivoire est toujours en deuil après la mort d’Hamed Bakayoko, qui a succombé à un cancer en Allemagne le 10 mars. Ce mercredi, le défunt Premier ministre recevra l’hommage solennel de la nation à la présidence. La suite se déroulera au stade d’Anyama, dans le nord d’Abidjan, avec l’hommage de son parti, le RHDP, et des politiciens qui le souhaitent. Enfin, les artistes et la jeunesse auront l’occasion de saluer la mémoire du populaire « Hambak » jusqu’au lever du jour.
      La journée d’hommage national de ce mercredi se veut à l’image d’Hamed Bakayoko. Comme un grand écart entre la solennité due à son rang et la ferveur qu’il suscitait chez les jeunes et chez les artistes en particulier. Après les cérémonies officielles qui se déroulent le matin au palais présidentiel, les Ivoiriens ont rendez-vous au stade Alassane Ouattara d’Ebimpé, à Anyama. D’abord pour des prises de paroles de ses amis politiques, qu’ils soient de son parti ou non, puis pour une nuit d’hommage musical.

    • Grand barrage sur le Nil : Khartoum demande la médiation de l’ONU et de Washington

      Le Monde Afrique - 16h35

      L’Egypte, le Soudan et l’Ethiopie sont en négociation depuis des années au sujet de la gestion et du remplissage du réservoir de l’édifice construit sur le Nil Bleu. Le Soudan a demandé officiellement lundi 15 mars à l’ONU et aux Etats-Unis de jouer les médiateurs dans les négociations que mènent Khartoum et Le Caire avec l’Ethiopie concernant la gestion et le remplissage du réservoir du grand barrage de la Renaissance sur le Nil Bleu.
      « Le premier ministre a adressé une lettre à l’ONU et une autre aux Etats-Unis pour leur demander d’intervenir et de jouer un rôle de médiateur pour régler les divergences concernant le barrage de la Renaissance », a déclaré à l’AFP Faisal Saleh, porte-parole du chef du gouvernement soudanais, Abdallah Hamdok.
      Le ministère soudanais des affaires étrangères a, de son côté, indiqué dans un communiqué que M. Hamdok avait écrit à l’ONU, aux Etats-Unis, à l’Union européenne et à l’Union africaine. Le Soudan avait proposé le mois dernier une médiation quadripartite incluant ces acteurs.

    • Élections en Centrafrique: l’Autorité en charge du scrutin satisfaite des opérations de vote

      Rfi.fr - 16h25

      En Centrafrique, les élections législatives de dimanche se sont déroulées dans le calme. Il n’y a pas eu de problème sécuritaire majeur comme beaucoup le craignaient. Sur les 118 circonscriptions appelées à voter pour le second tour ou pour les partielles – qui avaient été empêchées de voter le 27 décembre – 112 ont pu voter correctement. L’Autorité nationale des élections (ANE) se réjouit : « L’ANE est heureuse d’annoncer au peuple centrafricain que le rendez-vous du 14 mars a été un succès ». Seules six circonscriptions n’ont pas voté dimanche, même si l’engouement n’a pas été le même qu’en décembre, concède le rapporteur général Théophile Momokoama.

    • mardi 09 mars
    • CAN U17 : l’édition 2021 prévue au Maroc annulée

      Cafonline.com - 11h51

      L’édition 2021 de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) des moins de 17 ans (U17), initialement prévue du 13 au 31 mars au Maroc, a été annulée, a annoncé lundi la Confédération africaine de football (CAF). Le comité d’urgence de la CAF, réuni le lundi 8 mars à Rabat, a décidé d’annuler l’édition 2021 de la compétition, indique l’instance dirigeante du football africain sur son site web. Le comité dit avoir “pris connaissance des contraintes auxquelles sont confrontées certaines des associations membres participantes ainsi que le pays hôte”, ajoutant qu’“il en ressort que la pandémie de coronavirus continue de présenter d’importants défis pour l’organisation d’événements sportifs internationaux”.
      “En prenant en compte l’annulation par la FIFA de la Coupe du Monde des moins de 17 dont la CAN U17 n’était plus qualificative, le Comité a en outre constaté la résurgence de la pandémie de Covid-19, le durcissement des restrictions sur les voyages internationaux et l’incertitude sur l’évolution de la situation”, poursuit la même source.

    • Maroc : la parole sur le viol se libère

      Le Monde Afrique - 11h18

      Dans le royaume, une femme sur deux affirme avoir été victime de violences, selon une enquête du ministère de la famille datant de 2019. Dans 30 % des cas, il s’agit d’un viol. Elles n’ont pas accepté de témoigner à visage découvert parce qu’au Maroc, le viol salit celle qui le subit ainsi que sa famille. La peur de l’opprobre, la « hchouma », pousse de nombreuses familles à étouffer ces drames. « Mon père a été bouleversé quand je lui ai tout raconté, mais très vite il a changé d’avis sur ce qu’il fallait faire », raconte une des jeunes femmes à qui la journaliste Zaïnab Aboulfaraj a donné la parole. Elle avait 10 ans quand son frère a commencé à la violer. Douze ans plus tard, « il va se marier, il est passé à autre chose ».
      Briser l’omerta et libérer la parole féminine : c’est la mission que s’est assignée, en 2016, le studio créatif Jawjab, filiale d’Ali n’ Productions, une société fondée par le réalisateur Nabil Ayouch. En 2018, la websérie Marokkiat (« les Marocaines », en arabe dialectal marocain) dénonce le harcèlement de rue. En 2019, le studio diffuse le portrait d’une mineure mariée, un phénomène encore très largement répandu au Maroc.

    • Le patron du foot africain Ahmad voit sa suspension réduite à 2 ans

      Rfi.fr - 11h12

      Le Tribunal arbitral du sport (TAS) a réduit à deux ans la suspension de cinq ans infligée en novembre 2020 par la Fédération internationale de football (FIFA) au président de la Confédération africaine (CAF) Ahmad. Le TAS estime que le Malgache a notamment enfreint les règles en matière de « distribution de cadeaux et détournement de fonds ». L’actuel patron du foot africain devra également s’acquitter d’une amende de 50 000 francs suisses.
      Ahmad n’est plus le président de la Confédération africaine de football (Caf) quatre jours avant la fin officielle de son premier mandat. Et il ne pourra donc pas en briguer un deuxième à Rabat le 12 mars, face au Sud-Africain Patrice Motsepe, dernier candidat en lice après les retraits de Jacques Anouma, d’Augustin Senghor et Ahmed.
      Le Malgache a en effet vu sa suspension de toute activité liée au ballon rond certes nettement réduite mais confirmée par le Tribunal arbitral du sport (TAS), ce 8 mars 2021. Celui qui avait été écarté pour cinq ans, en novembre 2020, par la Fédération internationale de football (Fifa) a ainsi vu cette sanction ramenée à deux ans.

    • Mort de George Floyd aux États-Unis: un juge retarde le début du procès

      Rfi.fr - 11h05

      Il aurait dû s’ouvrir ce lundi 8 mars à Minneapolis. Finalement, il débutera au mieux demain mardi. C’est le juge qui en a décidé ainsi après d’ultimes débats sur la nature des charges pesant contre Derek Chauvin, ce policier blanc à l’origine de la mort de l’Afro-américain George Floyd, lors de son interpellation, en mai 2020. Il est, pour l’instant, inculpé de meurtre et d’homicide involontaire. Derek Chauvin s’est présenté comme prévu devant les juges à Minneapolis, la grande ville du nord des États-Unis, ce lundi 8 mars. La sélection des jurés devait commencer mais le juge Peter Cahill en a décidé autrement : « Les jurés potentiels sont là, mais soyons réalistes, on ne va pas commencer la sélection avant au moins demain », a-t-il déclaré.

    • Sénégal: Macky Sall appelle au calme, Ousmane Sonko à la mobilisation

      Rfi.fr - 10h59

      Au Sénégal, un appel « au calme et à la sérénité » a été lancé, lundi 8 mars au soir, par le président Macky Sall. Le chef de l’État s’est exprimé dans un message à la nation après plusieurs jours de manifestations violentes qui ont fait au moins cinq morts, selon un bilan officiel et huit selon Amnesty International. Des troubles liés à la procédure judiciaire concernant Ousmane Sonko, mis en liberté sous contrôle judiciaire ce lundi et inculpé dans une affaire de viol présumé. L’opposant a, lui aussi, fait une déclaration en fin de journée, juste avant le chef de l’État, et appelle à la poursuite des mobilisations.

    • lundi 08 mars
    • Caf : suspension confirmée pour Ahmad Ahmad mais réduite dans la durée

      237lions.com - 16h10

      Le Tribunal arbitral du sport (TAS) a réduit ce lundi de cinq à deux ans la suspension prononcée par la Fifa en novembre dernier contre l’ex-patron du football africain, Ahmad Ahmad. La juridiction sportive a reconnu le dirigeant malgache coupable d’une cascade de violations éthiques, dont la « distribution de cadeaux » et le « détournement de fonds », confirmant donc son inéligibilité alors qu’il briguait un deuxième mandat.

    • Covid-19 : en Allemagne, l’irritation du monde économique monte face à la prolongation des restrictions

      Le Monde - 16h02

      Le calendrier des premières réouvertures, annoncé le 3 mars, n’a pas suffi à rassurer les entreprises. A une semaine de deux scrutins régionaux importants, la pression monte contre le camp conservateur. A Berlin, Les Valseuses se sont endormies il y a bientôt quatre mois et demi, et nul ne sait quand elles se réveilleront. Ce restaurant français, situé près du grand carrefour d’Eberswalder Strasse, dans le quartier de Prenzlauer Berg, a fermé ses portes début novembre 2020, comme tous les bars et restaurants en Allemagne. Son patron, Julien Ponthieu, 40 ans, d’habitude si jovial, peine à cacher sa lassitude lorsqu’il décrit les problèmes auxquels il doit faire face.
      « On ne sait pas du tout où on va. Ni combien de temps on va pouvoir tenir. Cette semaine, j’ai enfin touché la dernière part des aides promises pour le mois de novembre. J’attends toujours décembre, janvier et février. Mais j’ai dû avancer les frais du chômage partiel, payer les loyers en intégralité, les assurances, plus les fournisseurs qui nous ont déjà livrés… Je me suis endetté de 30 000 euros, juste pour rester à flot, raconte-t-il, la gorge serrée. Et même avec la perspective de rouvrir en extérieur, je ne m’en sors pas vraiment. Ma terrasse est trop petite pour rentabiliser la cuisine. »

    • FIFA : nouveau revers judiciaire pour le président Gianni Infantino

      Le Monde - 15h53

      En vertu d’une décision du Tribunal pénal fédéral suisse, le patron de la Fédération internationale de football n’aura ni accès au dossier pénal ni aux éléments de preuves avant son audition. Gianni Infantino vient de concéder une nouvelle défaite judiciaire. Visé par une procédure pénale en Suisse depuis juillet 2020, le président de la Fédération internationale de football (FIFA) n’aura pas accès au dossier pénal avant son audition par le procureur extraordinaire helvétique, Stefan Keller.
      Dans un arrêt rendu début mars, le Tribunal pénal fédéral (TPF) suisse a rejeté le recours déposé par M. Infantino dans le cadre de l’enquête qui le cible pour les trois rencontres secrètes (sans procès-verbal à l’appui) qu’il a eues, en 2016 et 2017, avec l’ex-procureur suisse Michael Lauber, chargé des procédures pénales visant la FIFA entre 2015 et 2019.
      Ce dernier ainsi qu’un ami magistrat de M. Infantino, Rinaldo Arnold, le procureur du Haut-Valais, sont aussi dans le collimateur de la justice suisse pour ces rendez-vous informels.

    • Elections législatives en Côte d’Ivoire : le pouvoir et l’opposition revendiquent la victoire

      Le Monde Afrique - 11h24

      Le pouvoir et l’opposition ont revendiqué, dimanche 7 mars, leur victoire aux législatives de la veille en Côte d’ivoire, avant la proclamation des résultats par la Commission électorale indépendante (CEI), qui continue de compter les bulletins de vote. Pour la première fois depuis dix ans, l’ensemble des principaux acteurs politiques ont participé à ces législatives, laissant espérer qu’elles permettent d’apaiser la vie politique d’un pays à l’histoire récente marquée par de fortes tensions et les violences électorales.
      « Notre objectif était de remporter autour de 60 % des sièges, nous y sommes », a déclaré Adama Bictogo, numéro deux du Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix (RHDP, au pouvoir). « A cette étape du dépouillement, les premières tendances […] montrent clairement que notre parti sortira vainqueur avec une majorité confortable », a-t-il ajouté.

    • Guinée équatoriale : au moins vingt morts et six cents blessés dans quatre explosions

      lemonde.fr - 10h24

      Quatre puissantes explosions ont fait au moins vingt morts et 600 blessés, dimanche 7 mars en milieu d’après-midi, dans un camp militaire et ses environs à Bata, la capitale économique de Guinée équatoriale, selon un bilan provisoire communiqué par le président Teodoro Obiang Nguema.
      Dans un communiqué lu sur la chaîne publique Television de Guinea Ecuatorial (TVGE), le chef d’Etat de 78 ans qui détient, avec 42 années passées au pouvoir, le record de longévité au monde en tant que président encore vivant, a déclaré que les explosions étaient « un accident dû à la négligence de l’unité chargée de garder les explosifs, la dynamite et les munitions » dans le camp militaire du quartier de Nkoa Ntoma, qui abrite notamment des éléments des forces spéciales et de la gendarmerie.
      « Le souffle de l’explosion a endommagé presque tous les bâtiments de Bata », poursuit le communiqué. Le ministère de la santé évaluait, un peu plus tôt dans la journée de dimanche, à « au moins 400 » le nombre de blessés.

    • France : Olivier Dassault, député et fils de Serge Dassault, meurt dans un accident d’hélicoptère

      leparisien.fr - 10h12

      Il était l’aîné des quatre enfants de l’industriel Serge Dassault. Selon nos informations, le député de l’Oise Olivier Dassault s’est tué ce dimanche dans un accident d’hélicoptère sur la commune de Touques, dans le Calvados. Il s’agissait d’un vol privé. Selon le sénateur de l’Oise Olivier Paccaud, le député était parti en week-end à Deauville (Calvados), où il possède une maison de vacances. Il devait rentrer ce dimanche soir dans l’Oise en hélicoptère.
      Le Bureau d’enquêtes et d’analyses (BEA) pour la Sécurité de l’aviation civile a indiqué dans un tweet que l’appareil, un Aérospatiale AS350 Écureuil, s’est écrasé « au décollage », réalisé « depuis un terrain privé ». Il était alors autour de 17h50, selon le BEA. Le BEA a ouvert une enquête et a dépêché 5 enquêteurs qui seront sur place lundi matin.

    • CAN U20 : le Ghana remporte son quatrième titre de champion

      mapsport.ma - 09h36

      Le Ghana a remporté samedi à Nouakchott son quatrième titre de champion de la CAN U20 en s’imposant face à l’Ouganda par 2 buts à 0. Les buts du match ont été l’œuvre de l’attaquant ghanéen Daniel Afriyie Barnieh, homme du match, aux 22e’ et 51e’ minute de jeu.
      L’Ouganda, qui s’était imposé largement en demi-finale contre la Tunisie (4-1) n’a pas pu résister devant une équipe du Ghana habituée de la compétition continentale. Le Ghana, qui en est à sa neuvième participation à la CAN U20, a été sacré quatre fois champion (1993, 1999, 2009, 2021) et a obtenu deux médailles d’argent (2001, 2013) ainsi que deux médailles de bronze (1991, 2015).
      Avec ce nouveau titre, le Ghana est à égalité avec l’Egypte qui l’a elle aussi décroché quatre fois, mais est encore loin du palmarès du Nigeria qui a remporté sept fois la compétition. La médaille de bronze de la CAN U20 Mauritanie 2021 été décernée à la Gambie qui a battu la Tunisie aux tirs au but (4-2) lors du match pour la troisième place tenue le 5 mars.
      Le titre de meilleur joueur de la compétition a été décerné à l’attaquant ghanéen Abdul Fatawu Issahaku, celui de meilleur gardien au Ghanéen Danald Ibrahim et celui de meilleur buteur à l’attaquant ougandais Kakooza Derrick.

    • Sénégal: levée de la garde à vue d’Ousmane Sonko, début d’une semaine incertaine

      Rfi.fr - 09h29

      Début de semaine tendu au Sénégal où un collectif appelle la population à se mobiliser pour les trois jours à venir. Depuis mercredi dernier 3 mars, le pays est secoué par des manifestations violentes liées à l’affaire Ousmane Sonko, l’opposant politique arrêté pour « troubles à l’ordre public » dont la garde à vue a été levée dans la nuit de dimanche à lundi. Il n’a pas été libéré pour autant car il doit se présenter aujourd’hui devant le juge d’instruction dans une autre affaire où il est accusé de viol et de menaces.
      La garde à vue d’Ousmane Sonko a été levée hier soir dans l’affaire de trouble à l’ordre public, mais il a tout de même passé la nuit derrière les barreaux de la gendarmerie de Colobane assurent ses avocats. En cause : le mandat d’amener toujours en vigueur dans le cadre de la procédure concernant l’accusation de viol. Il devrait comparaître ce lundi devant le doyen des juges d’instruction qui décidera s’il sera mis en liberté provisoire, sous contrôle judiciaire ou sous mandat de dépôt. Le nouveau « mouvement de défense de la démocratie » appelle toujours à la mobilisation pacifique sur l’étendue du territoire aujourd’hui.

    • Meghan et Harry révèlent attendre une petite fille, leur deuxième enfant

      Rfi.fr - 09h26

      Dans une interview choc à la papesse de la télévision américaine Oprah Winfrey, diffusée dimanche soir sur CBS, le duc et la duchesse de Sussex, Harry et Meghan, ont révélé attendre leur deuxième enfant, une fille, après la naissance d’Archie, un garçon, en mai 2019.
      Meghan Markle a par ailleurs révélé avoir eu des idées suicidaires en raison de la couverture de sa personne par les médias britanniques et que la famille royale a alors refusé qu’elle se fasse aider. «Je ne voulais juste plus être en vie. Et c’étaient des pensées constantes, terrifiantes, réelles et très claires», a dit la duchesse de Sussex.

    • vendredi 05 mars
    • En RDC, la condamnation à mort de deux lanceurs d’alerte suscite l’indignation

      Le Monde - 17h40

      Deux lanceurs d’alerte ont été condamnés à mort par contumace en République démocratique du Cameroun (RDC) pour avoir dénoncé une banque qui les accuse en retour de vols de documents, ce qui provoque l’indignation d’organisations anticorruption.
      Dans un communiqué, la Plateforme de protection des lanceurs d’alerte en Afrique (PPLAAF) a dénoncé « la condamnation à mort par contumace en RDC » de deux militants qu’elle protège « au cours d’une parodie de procès », et en leur absence. Il existe un moratoire sur l’application de la peine capitale en RDC depuis 2003.
      En juillet, la PPLAAF et l’ONG anticorruption Global Witness avaient révélé qu’un milliardaire israélien à la tête d’actifs miniers au Congo, Dan Gertler, « semble avoir utilisé un réseau de blanchiment d’argent, s’étendant de la RDC jusqu’à l’Europe et Israël, pour échapper aux sanctions américaines contre lui ».

    • Covid-19: un million d’Italiens basculent dans la pauvreté absolue

      Rfi.fr - 17h34

      Les résultats préliminaires de l’enquête de l’Istat, l’Institut italien des statistiques, publiés jeudi 4 mars, viennent confirmer le choc de la pandémie de Covid-19 sur le portefeuille et le niveau de vie dans la botte.
      L’augmentation de la précarité est plus sensible parmi les familles dont la personne de référence a un emploi. Elles représentent 227 des 335 000 foyers supplémentaires en situation de pauvreté absolue. Pour plus de la moitié, le chef de famille est ouvrier ou assimilé, 20% sont des travailleurs indépendants.
      La partie méridionale de l’Italie reste plus touchée par la pauvreté absolue. Mais, c’est dans le Nord qu’elle a le plus augmenté avec la pandémie de Covid-19, le taux passant de 5,8% des familles en 2019 à 7,6% en 2020.
      Les caractéristiques du foyer ont également une incidence. Le taux reste stable pour les personnes seules, alors qu’il a augmenté de presque trois points de pourcentage pour les familles monoparentales.

    • Congo : coup d’envoi de la campagne électorale pour la présidentielle du 21 mars

      Rfi.fr - 12h54

      Le Congo, qui a commémoré, jeudi 4 mars, le neuvième anniversaire des explosions meurtrières d’un camp militaire en 2012, démarre ce samedi 5 mars la campagne électorale en vue du scrutin présidentiel du 21 mars, qui opposera sept candidats dont le président sortant, Denis Sassou-Nguesso. La Commission nationale électorale indépendante (CNEI) a indiqué jeudi qu’elle prenait toutes les dispositions pour tenir une élection apaisée
      Au cours de la conférence de presse qui a duré plus d’une heure, Henri Bouka, président de la CNEI, a indiqué que la Commission prenait toutes les dispositions pour distribuer, par exemple, les cartes d’électeurs dans les délais. Il a affirmé qu’au terme de la toute récente révision des listes électorales, le prochain scrutin devra concerner plus de 2,5 millions d’électeurs, qui voteront dans plus de 5 700 bureaux répartis sur l’ensemble du pays.
      La force publique est convoquée aux urnes un peu avant le reste de la population, c’est-à-dire le 17 mars. Elle votera dans les bureaux ordinaires et non dans les casernes, a assuré Henri Bouka. Le président de la CNEI a rejeté les accusations selon lesquelles il serait juge et parti, parce qu’il est également premier président de la Cour suprême.

    • France : un des fils d’Oussama Ben Laden a trouvé refuge dans la peinture

      Le Point - 10h31

      Depuis la Normandie, où il vit avec sa femme, Omar ben Laden, le quatrième fils de l’ancien chef d’Al-Qaida Oussama Ben Laden s’est reconstruit grâce à sa passion pour la peinture. Dans un entretien accordé au magazine Vice, l’homme de 39 ans explique être captivé par l’art depuis sa tendre enfance. « Certains membres de la famille de ma mère sont très artistiques. Ma mère adore peindre, tout comme l’une de mes sœurs. Mon oncle était aussi un très bon artiste. Alors le besoin de dessiner et de peindre coule dans mon sang », détaille-t-il.
      Peignant essentiellement des paysages, du désert du Nil jusqu’au Far West américain en passant par les montagnes de Tora Bora, où son père est allé se cacher après, les attentats du 11 septembre 2001, Omar ben Laden a réalisé une douzaine d’œuvres lors de l’année écoulée. Auprès de Vice, il raconte qu’à l’âge de 7 ans, il dessinait de « belles images » des chevaux de son père et se souvient du moment où sa maîtresse a décidé d’accrocher un de ses dessins au mur de la classe. Un souvenir indélébile qu’il décrit comme « le seul moment heureux » de son enfance.

    • Sénégal : après l’arrestation d’Ousmane Sonko, un manifestant décédé en Casamance

      Rfi.fr - 10h00

      Au Sénégal, de nouvelles tensions ont eu lieu ce jeudi, suite à l’arrestation d’Ousmane Sonko mercredi. Il a été arrêté alors qu’il se rendait au tribunal. Il est accusé de viols par l’employée d’un salon de massage. Accusations qu’il rejette. Des jeunes ont manifesté contre les forces de l’ordre. Des scènes d’émeute ont éclaté dans plusieurs quartiers de Dakar et l’opposant a été placé en garde à vue. Après un retour au calme ce jeudi matin, de nouveaux affrontements ont éclaté entre manifestants et forces de l’ordre, à Dakar mais aussi dans le sud du pays.
      Des affrontements ont notamment eu lieu à l’université Cheikh Anta Diop de Dakar entre étudiants et forces de l’ordre, la BIP, la brigade d’intervention polyvalente de la police, est arrivée en renfort. Des tirs de grenades lacrymogènes se sont produits tout l’après-midi, et des tirs de balles à blanc. En face, les jeunes – certains postés sur un toit – ripostaient avec des jets de pierre, de briques, des bâtons, on a même vu l’un d’eux jeter un évier. À un moment, la grille devant l’université est tombée. Un face-à-face donc, de part et d’autre de la statue de Cheikh Anta Diop érigée tout récemment.

    • Visite du pape en Irak: un voyage sous haute tension dans un pays instable

      Rfi.fr - 09h42

      Le pape François entame une visite historique en Irak ce vendredi. C’est la première fois qu’un pape se rend dans ce pays, où les défis restent immenses et la situation sécuritaire particulièrement instable. Ce voyage durera trois jours, au cours desquels le souverain pontife se rendra à Bagdad, Najaf et Ur dans le sud du pays, puis à Erbil, Qaraqosh et Mossoul dans le nord.
      Pour l’occasion, les autorités ont remis à neuf tous les sites que le pape visitera. Une première depuis des décennies, ironisent certains habitants : « Aujourd’hui, il y a même l’électricité dans la cité antique d’Ur, que le pape visitera à Nassiriya, lance l’un d’eux. Cela n’était pas arrivé depuis 4 000 ans ! C’est bien, ils se soucient soudainement des monuments historiques et des liens entre les religions. »
      D’autres appréhendent cette visite, ils estiment que la situation sécuritaire n’est pas assez bonne. Comme Fatima, une Irakienne qui vit aujourd’hui aux États-Unis : « C’est dingue, ce n’est pas vraiment rassurant… Moi j’avais peur de venir. Je suis Irakienne et j’avais peur de revenir ici ! Même quelques minutes avant mon vol… j’ai failli annuler. »

    • jeudi 04 mars
    • Bénin: l’opposante Reckya Madougou, candidate des Démocrates, arrêtée

      Rfi.fr - 16h50

      La police républicaine a arrêté, en début de soirée ce mercredi 3 mars à Porto Novo, Reckya Madougou, candidate recalée pour la présidentielle du 11 avril du parti d’opposition Les Démocrates, selon son avocat. Reckya Madougou venait d’achever une conférence publique avec d’autres candidats de l’opposition dont les dossiers ont été également rejetés, parmi lesquels Joël Aivo, qui a pu raconter la scène de son arrestation. Ils rentraient à Cotonou à bord du même véhicule quand la police les a bloqués sur le pont de Porto-Novo et a débarqué de force les autres passagers sauf Madame Madougou.
      La police a alors pris le volant et l’a conduit à Cotonou, en exécution d’un mandat d’amener de la Cour de répression des infractions économiques et du terrorisme (Criet). Une source affirme que son arrestation est « en lien avec les deux militants de son parti placés sous mandat de dépôt lundi pour association de malfaiteurs et terrorisme ». Ils sont soupçonnés de vouloir organiser, contre de l’argent, des troubles pendant l’élection présidentielle.

    • Côte d’ivoire : dernière ligne droite pour les législatives

      Le Point - 15h51

      Les Ivoiriens sont appelés à voter ce samedi pour des élections où, contrairement à la présidentielle qu’elle avait boycottée, l’opposition sera présente. Une page politique importante est peut-être en train de se tourner en Côte d’Ivoire, qui a connu une crise électorale en octobre 2020 à la suite de la candidature du président Ouattara que d’aucuns, dans le camp de l’opposition et de certains observateurs, ont considérée comme illégale car conduisant à un troisième mandat. En tout cas, pour la première fois depuis une décennie, la quasi-totalité des partis d’opposition participe au scrutin, en particulier le Front populaire ivoirien (FPI) de l’ex-président Laurent Gbagbo, noyau d’une coalition appelée Ensemble pour la démocratie et la souveraineté (EDS). Le FPI boycottait tous les scrutins depuis l’arrestation de M. Gbagbo, en avril 2011, à Abidjan et son transfèrement à la Cour pénale internationale (CPI) à La Haye, après des violences postélectorales ayant fait quelque 3 000 morts.

    • France-Affaire Karachi : Édouard Balladur relaxé, François Léotard condamné

      Le Point - 15h46

      La Cour de justice de la République a rendu son délibéré dans l’affaire du financement occulte de la campagne présidentielle d’Édouard Balladur en 1995 : l’ancien Premier ministre, 91 ans, alors rival de Jacques Chirac, est relaxé. Il était poursuivi pour complicité et recel d’abus de biens sociaux. L’accusation avait requis un an de prison avec sursis et 50 000 euros d’amende.
      De son côté, François Léotard, 78 ans, a, lui, été condamné à une peine de prison de deux ans avec sursis et à 100 000 euros d’amende, conformément aux réquisitions de l’accusation. Il est reproché à l’ancien ministre de la Défense du gouvernement Balladur d’avoir introduit l’intermédiaire Ziad Takieddine dans des négociations pour vendre des armements à l’Arabie saoudite et au Pakistan alors qu’elles avaient déjà abouti. Selon la justice, ce stratagème avait pour but de dégager des rétro commissions [plus de 100 millions d’euros, dont 1,5 aurait servi à la campagne électorale, NDLR] pour financer en partie la campagne présidentielle d’Édouard Balladur.

    • Tchad: la liste des candidats à la présidentielle publiée, des opposants se désistent

      Rfi.fr - 10h30

      La Cour suprême a publié ce mercredi 3 mars la liste des candidats retenus pour la présidentielle du 11 avril prochain. Sur dix-sept candidatures déposées dix ont été retenues. Les candidats d’opposition Yaya Dillo et Masra Succès, qui ont fait l’actualité ces dernières semaines, ne seront pas de la course. Bien que retenus dans la liste, trois candidats ont déjà annoncé leur retrait.
      C’est aussi le cas de Ngarlejy Yorongar, qui a écrit mercredi soir sur sa page Facebook que son parti avait décidé de retirer sa candidature. Même démarche du côté des 13 partis de l’Alliance Victoire, la coalition de l’opposition qui avait choisi Me Théophile Bongoro comme candidat. Lui aussi se retire.
      Idriss Déby n’a plus, à ce stade, que 6 challengers au lieu de 9, parmi lesquels le chef de file de l’opposition, Romadoungar Nialbé Félix, le fédéraliste Brice Mbaimon, l’ancien Premier ministre Pahimi Padacket Albert et la première femme candidate à une élection présidentielle, l’ancienne ministre, Lydie Beassemda. Les autres candidats retenus sont l’ingénieur Yombombé Théophile et l’entrepreneur Alladoum Baltazar, pour lesquels ce sera une première expérience électorale.

    • La CPI ouvre une enquête sur des faits commis dans les Territoires palestiniens

      Rfi.fr - 10h22

      La procureure générale de la Cour pénale internationale (CPI), Fatou Bensouda, a déclaré ce mercredi 3 mars avoir ouvert une enquête sur des crimes présumés en Cisjordanie occupée et dans la bande de Gaza. Washington a fait part de son opposition.
      « Aujourd’hui, je confirme l’ouverture par le bureau du procureur de la Cour pénale internationale d’une enquête sur la situation en Palestine », a déclaré Fatou Bensouda dans un communiqué. « L’enquête portera sur les crimes relevant de la compétence de la Cour qui auraient été commis dans la situation depuis le 13 juin 2014 », date du début de la guerre de Gaza.
      L’une de ses lignes d’enquête porte sur la guerre en elle-même. Fatou Bensouda estime que des crimes auraient été commis par les forces israéliennes. Mais le Hamas, qui contrôle l’enclave palestinienne, n’est pas en reste et sera aussi dans le viseur des enquêteurs pour des faits de torture, d’homicides et d’utilisation de boucliers humains.

    • Sénégal : Ousmane Sonko, le principal opposant au pouvoir, arrêté sur le chemin du tribunal

      Le Monde - 10h17

      Le bras de fer entre le pouvoir sénégalais et Ousmane Sonko, principale figure de l’opposition, s’est durci, mercredi 3 mars, avec son arrestation à Dakar à la suite de heurts sur le trajet du tribunal, où il devait être entendu au sujet d’accusations de viols contre lui.
      L’arrestation de M. Sonko, annoncée par ses avocats au terme d’une matinée tumultueuse dans la capitale sous haute surveillance policière, est le dernier épisode d’une affaire qui agite depuis un mois le monde politique, avec la présidentielle de 2024 en toile de fond.
      M. Sonko, chef du parti Pastef-Les Patriotes (Les Patriotes du Sénégal pour le travail, l’éthique et la fraternité) et arrivé troisième de la présidentielle de 2019, est au cœur d’une affaire de viols présumés, montée selon lui de toutes pièces par le président Macky Sall afin de l’écarter de la course à la présidentielle de 2024. Il se rendait au tribunal pour être interrogé par le juge quand il a été arrêté.

Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal du Cameroun et recevez gratuitement toute l’actualité

SondageSorry, there are no polls available at the moment.