Linfo en continu

    • jeudi 07 avril
    • Guerre en Ukraine : pour Poutine les massacres de Boutcha sont une « provocation grossière »

      AFP - 11h09

      Des obus et des roquettes s’abattaient mercredi à intervalles réguliers sur la ville industrielle de Severodonetsk, dans l’est de l’Ukraine, ont constaté à la mi-journée des journalistes de l’Agence France-Presse. Un bâtiment était en feu et de très rares civils étaient visibles dans les rues. Les habitants se risquaient à sortir quand les bombardements s’interrompaient quelques minutes, avant de courir se mettre à couvert quand les frappes reprenaient, ont vu des journalistes de l’Agence France-Presse.

      Severodonetsk, plus de 100 000 habitants avant la guerre, est la ville le plus à l’est tenue par l’armée ukrainienne, tout près de la ligne de front avec les territoires séparatistes prorusses. L’armée russe a dit ces derniers jours concentrer ses efforts sur l’est du pays, dont la région de Lougansk, où se trouve Severodonetsk. Un convoi humanitaire de l’ONU, composé de huit camions, a pu atteindre Severodonetsk mardi, apportant des rations alimentaires, de la farine et des couvertures pour quelque 17 000 personnes, ainsi que 4 générateurs électriques pour les hôpitaux de la ville.

    • L’Ukraine poursuit les évacuations de civils dans l’est, réclame « des armes »

      Le Point - 10h51

      Partez « le plus tôt possible ». Sous la menace d’une offensive russe d’envergure la population de l’est de l’Ukraine est appelée à évacuer ou « risquer la mort », alors que Kiev réclame à l’Otan « des armes, des armes et des armes, » pour se défendre.

      La Russie, accusée de crimes de guerre et d’exactions contre les civils dans les zones qu’elle a occupées, a de son côté été frappée par de nouvelles sanctions et fera face jeudi à l’ONU à un vote pour la suspendre du Conseil des droits de l’Homme.

      « Il faut se décider aussi vite que possible. La situation est très dégradée », a plaidé le gouverneur de la région de Lougansk, dans l’est de l’Ukraine, Serguiï Gaïdaï, annonçant sur Facebook la mise en place de « couloirs » pour évacuer jeudi les habitants de sept localités de cette région en partie occupée depuis 2014 par des séparatistes prorusses.

    • mercredi 06 avril
    • Ronald Koeman redeviendra sélectionneur des Pays-Bas après la Coupe du monde

      Lequipe.fr - 16h39

      Sélectionneur des Pays-Bas entre 2018 et 2020, Ronald Koeman est de retour. Sans poste depuis son limogeage du FC Barcelone en octobre 2021, Koeman va prendre les commandes de la sélection néerlandaise à partir de janvier 2023 a confirmé la Fédération dans un communiqué. L’ancien international néerlandais (78 sélections, 14 buts), âgé de 59 ans, va succéder à Louis van Gaal (70 ans), qui a récemment révélé souffrir d’un cancer de la prostate, juste après la Coupe du monde 2022 qui aura lieu en fin d’année au Qatar. Koeman a signé un contrat jusqu’à la Coupe du monde 2026.

    • Israël frappé par une vague d’attentats

      Le Figaro - 16h20

      Avec onze morts en trois attentats, Israël est confronté depuis une semaine à une nébuleuse terroriste aux nouvelles pratiques à l’intérieur de ses frontières. La menace est diffuse, les initiatives paraissent individuelles, les modes opératoires méthodiques. Si les deux premières attaques commises par des Palestiniens de nationalité israélienne sont influencées par l’idéologie de Daech, la troisième a été perpétrée mardi soir dans la banlieue de Tel-Aviv par un activiste palestinien originaire de la région de Jénine en Cisjordanie, fief de la mouvance armée nationaliste des Territoires occupés. Connus des services israéliens de police, tous sont passés sous les radars du renseignement.

    • Access Bank arrive au Cameroun

      Financial Afrik - 14h31

      Le groupe bancaire nigérian a annoncé avoir reçu de l’autorité monétaire nationale, « l’agrément permettant à Access Bank Plc d’exercer en tant que banque universelle sur le territoire camerounais ». Des assurances obtenues au terme d’une séance de travail entre le ministre des Finances Louis Paul Motaze et une délégation de cette banque conduite par la directrice générale d’Access Bank Cameroon, Ibukun Odegbaike. C’est la concrétisation d’un projet initié il y a deux ans lorsque cette institution bancaire a manifesté son intention de s’installer « pour la durée »

    • mardi 05 avril
    • FIFA : Platini a porté plainte contre Gianni Infantino

      www.sport.fr - 17h09

      Dans un communiqué publié ce mardi, l’ancien footballeur et président de l’UEFA Michel Platini a indiqué avoir déposé une plainte le 17 novembre dernier auprès du Procureur de la République de Paris contre le président de la FIFA, Gianni Infantino, pour « trafic d’influence actif ». Il a également ouvert la même procédure à l’encontre de l’ancien directeur des services juridiques de l’instance internationale, Marco Villiger, pour « complicité de trafic d’influence actif ».

      Suspendu en 2015 de toute activité liée au football pendant quatre ans, l’ancienne icône du football français a toujours crié au complot visant à l’écarter de la présidence de la FIFA, attribuée en 2016 à son numéro 2, Gianni Infantino.

    • Angela Merkel assume d’avoir refusé l’adhésion de l’Ukraine à l’Otan

      Le Point - 13h39

      Vivement critiquée par le président ukrainien, l’ancienne chancelière est sortie de son silence pour défendre la décision qu’elle a prise en 2008. En 2008, Angela Merkel avait refusé d’engager le processus d’admission de l’Ukraine au sein de l’Otan. Lundi 4 avril, face aux critiques de l’actuel président Volodymyr Zelensky qui a regretté la « peur absurde » manifestée par certains dirigeants à l’époque, l’ex-chancelière a défendu son refus. L’ancienne responsable allemande, qui a quitté la politique fin 2021, affirme, dans une courte déclaration publiée par sa porte-parole, qu’elle « assume ses décisions du sommet de l’Otan de 2008 à Bucarest ».

      Dans un message vidéo dimanche soir, Volodymyr Zelensky avait critiqué le « refus caché », en 2008, de l’Otan d’accueillir l’Ukraine en son sein à cause de la « peur absurde de certains responsables politiques à l’égard » de Moscou. Ces derniers « pensaient qu’en rejetant l’Ukraine, ils pouvaient apaiser la Russie », a critiqué le président ukrainien. Volodymyr Zelensky a également suggéré à Angela Merkel, aujourd’hui sans fonction officielle, ainsi qu’à l’ancien président français Nicolas Sarkozy de se rendre à Boutcha, ville au nord-ouest de Kiev récemment reprise par les Ukrainiens, où de nombreux civils ont été tués. « J’invite Angela Merkel et Nicolas Sarkozy à visiter Boutcha et à voir à quoi la politique de concessions envers la Russie a abouti », a lancé Volodymyr Zelensky.

    • En Afrique, la lutte contre les «grandes tueuses» freinée par le Covid-19

      Le Monde Afrique - 13h19

      Le sida, la tuberculose, le paludisme et la rougeole montrent des signes inquiétants de reprise depuis l’apparition du premier cas de SARS-CoV-2, il y a deux ans. Les mesures prises pour endiguer la pandémie de Covid-19 en Afrique n’ont pas seulement éprouvé les fragiles services de santé du continent. Elles ont sérieusement freiné la lutte contre le VIH, la tuberculose, le paludisme et la rougeole, dont la prise en compte et les traitements ont marqué le pas depuis l’apparition du premier cas de SARS-CoV-2, il y a deux ans.

      « Un impact dévastateur » pour l’Onusida. La situation est d’autant plus grave que la stratégie décidée par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) de vacciner contre le Covid-19 70 % de la population mondiale d’ici à la fin de 2022 continue de prévaloir, absorbant une grande partie des efforts financiers des Etats africains et des bailleurs de fonds.

      Les répercussions se lisent sur les courbes épidémiologiques. L’Afrique concentre à elle seule 95 % de la charge mondiale de paludisme. Selon l’OMS, les bouleversements de la prévention et de la surveillance engendrés par le Covid-19 ont abouti en 2020 à une augmentation de 14 millions de cas palustres et à la mort de 47 000 personnes de plus qu’en 2019.

    • lundi 04 avril
    • Akinwumi Adesina invite les Émirats arabes unis à devenir membres de la BAD

      Agence Ecofin - 12h20

      Le président du Groupe de la Banque africaine de développement, Akinwumi A. Adesina, a achevé vendredi une visite officielle aux Émirats arabes unis. Cette visite de trois jours comprenait une série d’engagements à Dubaï et à Abu Dhabi.

      Son Altesse Sheikh Maktoum Bin Mohammed Al Maktoum, vice-dirigeant de Dubaï, vice-Premier ministre et ministre des Finances des Émirats arabes unis, et le président de la Banque africaine de développement ont discuté des opportunités stratégiques qui renforceraient les liens économiques entre les Émirats arabes unis, la Banque et l’Afrique.

      La visite, qui s’est déroulée parallèlement au Sommet mondial des gouvernements durant les derniers jours de l’Expo 2020 de Dubaï – a permis d’explorer des partenariats potentiels pour des investissements stratégiques en Afrique entre le Groupe de la Banque africaine de développement et les Émirats arabes unis, dans les domaines des énergies renouvelables, de l’agriculture et de la production alimentaire.

       

    • Sénégal : Macky Sall appelle à la mobilisation générale face à la flambée des prix alimentaires

      Rfi.fr - 09h29

      Le président sénégalais s’est adressé à la nation à la veille du 62e anniversaire de l’indépendance du pays. Alors que les musulmans ont entamé ce dimanche 3 avril le ramadan et que les chrétiens sont en plein carême, le chef de l’État a insisté sur les enjeux du prix des denrées et de l’autosuffisance alimentaire.

      Après deux ans sans célébration pour cause de Covid-19, une cérémonie de prise d’armes suivie d’un défilé militaire « petit format » à la place de l’Indépendance commémorera ce lundi 4 avril le 62e anniversaire du Sénégal. Mais le discours du président Macky Sall était surtout un appel au rassemblement, dans un contexte d’augmentation des prix liée à la guerre en Ukraine.

      « Considérant le risque élevé de pénurie et de flambée des prix en raison de la crise mondiale, j’appelle à une mobilisation générale pour accroitre et valoriser davantage nos produits agricoles, d’élevage et de pêche », a-t-il déclaré.

      Le président sénégalais a également détaillé avoir baissé les prix des denrées de première nécessité et augmenté la subvention du riz local pour aider les ménages. « Mais, pour être à l’abri des aléas de la conjoncture internationale, nous devons faire preuve de résilience en gagnant au plus vite la bataille de la souveraineté alimentaire. Ce sont des investissements massifs que l’état continue de consacrer à la modernisation et à la diversification des secteurs de l’élevage, de la pêche et de l’agriculture. Relever le défi de l’autosuffisance alimentaire, c’est aussi facilité les échanges entre les zones de production et les marchés. »

      Alors que cette fête d’indépendance a pour thème les forces de défense et de sécurité et la résilience nationale, Macky Sall a aussi insisté sur la poursuite du « programme de renforcement des capacités opérationnelles de l’armée » afin qu’elle soit prête à assurer la défense du territoire national « dans un contexte mondial agité et incertain. »

    • Soudan du Sud: Kiir et Machar scellent une « étape importante » vers la paix

      Le Point - 09h17

      Les dirigeants ennemis du Soudan du Sud se sont engagés dimanche sur une disposition militaire clé du fragile accord de paix de 2018, après une médiation du Soudan voisin dans ce pays ravagé par des années de guerre civile.

      Le président Salva Kiir et le vice-président Riek Machar ont accepté de former un commandement unifié des forces armées, l’une des nombreuses questions non résolues qui bloquent la mise en oeuvre du pacte de 2018 visant à mettre fin à cinq ans de guerre meurtrière, a constaté un journaliste de l’AFP.

      « La paix est une question de sécurité et aujourd’hui nous avons (atteint) une étape importante », a déclaré Martin Abucha, qui a signé l’accord au nom du parti d’opposition de M. Machar, le SPLM/A-IO.

      Le ministre des Affaires présidentielles, Barnaba Marial Benjamin, a salué l’accord comme une « étape nécessaire (…) qui ouvre la voie à un gouvernement stable de la République du Soudan du Sud ».

      L’accord prévoit également la cessation des hostilités, l’arrêt de la « propagande » qui attise les tensions, les deux camps s’engageant à cesser d’encourager les défections chez l’autre, selon le porte-parole de M. Machar, Puok Both Baluang.

      Les Sud-Soudanais attendent avec impatience de voir si ces engagements seront mis en oeuvre sur le terrain, car de nombreux accords ont échoué par le passé, entraînant de nouveaux cycles de violences.

    • Tunisie : le ramadan de tous les dangers

      Le Point - 09h12

      Assemblée dissoute, députés accusés de « complot contre l’État », pénuries et inflation en hausse : la crise est multidimensionnelle. Expliquer la complexité de la situation politique en Tunisie exigerait un numéro complet du Point avec un wagon de suppléments à dos carrés adossés à une kyrielle de Que sais-je en petits caractères. Pour faire simple, la situation peut se résumer ainsi ? « Y aura-t-il du pain subventionné pour l’iftar ? » « Y aura-t-il assez de baguettes à 190 millimes pour permettre à chacun de se nourrir ? » Cette question aurait paru choquante il y a peu, elle appartient désormais à la vie de chaque jour. Elle est devenue une question existentielle pour la démocratie mise entre parenthèses depuis le 25 juillet. On ne se pose plus la question du progrès, d’une société meilleure, mais celle du pain. De la bouffe de base pas d’un produit importé de France à dix-huit dinars en vente chez Carrefour.

    • vendredi 01 avril
    • Niger: le chef d’état-major des forces armées françaises en visite à la frontière malienne

      RFI - 15h35

      C’est la troisième fois que le chef d’état-major des armées françaises, le général Thierry Burkhard séjourne au Niger. À quelques jours du vote par l’Assemblée nationale nigérienne d’un document sur la coopération militaire entre Barkhane et les forces armées nigériennes, il était ce jeudi 31 mars 2022 à Ouallam, un camp des forces spéciales nigériennes, non loin de la frontière malienne ou soldats nigériens et français mènent des opérations antiterroristes conjointes.

       

    • Kenya : la Cour suprême invalide le projet de réforme constitutionnelle du président Kenyatta

      Rfi.fr - 10h17

      La Cour suprême du Kenya a, à son tour, jugé illégale ce jeudi 31 mars le processus de révision constitutionnelle porté depuis 2017 par le président kényan Uhuru Kenyatta, qui visait notamment à créer un poste de Premier ministre et à augmenter le nombre de circonscriptions parlementaires.

      La Cour suprême du Kenya a invalidé ce jeudi un processus de révision constitutionnelle initié par le président Uhuru Kenyatta, mettant un coup d’arrêt à ses projets à quatre mois d’élections présidentielle et législatives à forts enjeux.

      Avec cette réforme qu’ils ont portée depuis 2018, Kenyatta et ses alliés ambitionnaient notamment de créer un poste de Premier ministre, de leader de l’opposition, deux de vice-Premiers ministres ainsi que de nouveaux postes au sein de l’exécutif, rapporte notre correspondante à Nairobi, Florence Morice. Un projet qui aurait été la plus importante modification du système politique kényan depuis l’introduction d’une nouvelle Constitution en 2010.

      C’est dans une salle d’audience bondée que les sept juges de la Cour suprême ont rendu leur verdict. Six d’entre eux confirment que le projet de réforme défendu par Uhuru Kenyatta était bien illégal, au motif que la loi kényane n’autorise pas un président en exercice à initier et promouvoir un référendum populaire pour amender la Constitution.

    • jeudi 31 mars
    • Guerre en Ukraine: la Russie interdit son territoire aux dirigeants de l’UE

      Rfi.fr - 18h14

      Le gouvernement ukrainien s’efforce toujours d’organiser des évacuations depuis Marioupol, port stratégique du sud-est de l’Ukraine, sur la mer d’Azov, assiégé et pilonné sans relâche depuis la fin février par les forces russes et où 160 000 civils seraient toujours bloqués.

      Les pourparlers russo-ukrainiens reprendront le 1er avril. Moscou a déclaré mercredi ne rien voir de « prometteur » dans ces négociations, après les avoir pourtant qualifiées la veille de « significatives » et s’être engagé à réduire « radicalement » son activité militaire dans les régions de Kiev et Tchernihiv.

      Les forces russes « ne se retirent pas, mais se repositionnent » en Ukraine et l’Otan s’attend à des « offensives supplémentaires » de la part de Moscou, a déclaré jeudi le secrétaire général de l’Alliance Jens Stoltenberg. Selon lui, la Russie « essaie de renforcer son offensive sur la région du Donbass » et « maintient la pression sur Kiev et d’autres villes ».

      Les autorités ont lancé des poursuites contre un élu de la ville d’Omsk, dans le sud de la Russie, qu’elles accusent d’avoir partagé de « fausses informations » sur l’action de l’armée en Ukraine, ont rapporté les médias. Dmitri Petrenko, élu communiste au sein du conseil municipal d’Omsk, a été assigné à résidence de 22h à 06h et a interdiction d’utiliser internet sans une permission écrite des autorités jusqu’à fin mai, selon les agences de presse russes.

      Les autorités lui reprochent d’avoir partagé sur son compte Telegram de « fausses informations » sur « la destruction d’infrastructures civiles » par l’armée russe en Ukraine, ont rapporté les agences, citant les autorités judiciaires. En vertu d’une récente loi punissant les « fausses informations » discréditant l’armée russe, il risque jusqu’à 10 ans de prison et cinq millions de roubles (environ 50 000 euros) d’amende, selon la même source. Ce texte prévoit des peines pouvant aller jusqu’à 15 ans d’emprisonnement si ces « fausses informations » entraînent des « conséquences graves ».

    • Guerre en Ukraine : les Russes commencent à se retirer du site de Tchernobyl

      Le Point - 18h04

      Le ministère russe de la Défense a annoncé mercredi soir l’instauration d’un cessez-le-feu local, à partir de 10 heures jeudi dans le port assiégé ukrainien de Marioupol afin d’évacuer des civils. Jeudi matin, la vice-Première ministre ukrainienne a annoncé envoyer 45 bus pour tenter d’évacuer les civils de Marioupol.
      Une rencontre entre Poutine et Zelensky prochainement ? « Il pourrait y avoir une réunion à plus haut niveau, au moins entre les ministres », a assuré le ministre turc Mevlüt Cavusoglu, après les pourparlers à Istanbul.

      Les forces russes commencent à se retirer du site nucléaire de Tchernobyl, dont elles avaient pris le contrôle dès le premier jour de l’invasion de l’Ukraine le 24 février, a indiqué un haut responsable du Pentagone. L’armée russe a également commencé à se retirer de l’aéroport de Gostomel, au nord-ouest de Kiev.

      Les autorités ukrainiennes ont accusé les forces russes d’avoir tiré mercredi des obus au phosphore sur la petite ville de Marinka, dans l’est de l’Ukraine.

    • Gianni Infantino candidat à sa succession à la tête de la FIFA l’an prochain

      Lequipe.fr - 14h48

      « Je briguerai ma réélection » l’an prochain, a annoncé jeudi le président de la FIFA Gianni Infantino devant le Congrès réunissant à Doha les Fédérations affiliées à l’instance dirigeante du football mondial, à la veille du tirage au sort de la Coupe du monde 2022 au Qatar.

      L’Italo-Suisse (52 ans), juriste de formation, avait pris les rênes de la FIFA en 2016 alors qu’elle était en plein scandale planétaire de corruption, avant d’être réélu en tant que seul candidat en 2019. Sans opposant majeur déclaré pour l’heure, Infantino postulera à un troisième et dernier mandat de quatre ans lors du Congrès électif prévu début 2023.

    • mardi 29 mars
    • Covid-19: en Afrique, les artistes retrouvent leur public après deux années difficiles

      RFI.fr - 18h01

      Ça fait bien longtemps que des notes de musique n’ont pas raisonné dans une salle de concerts. La faute au Covid. Face aux festivals annulés et aux tournées reportées, les artistes ont dû se réinventer.

      C’est ce qu’a fait Didier Awadi, musicien et rappeur sénégalais. Il a dû trouver des moyens détournés pour exercer son art dans des conditions inédites : « On a créé pour notre part une émission télé, où on jouait de la musique, on créait, mais ce n’est pas facile parce qu’il y a eu beaucoup de dates qu’on a perdues, un peu partout des tournées, on n’a pas gagné autant, mais on a pris du plaisir. »

      Mais l’épidémie recule et l’activité artistique reprend peu à peu. Didier Awadi revient avec un nouvel album prochainement : « Là, on espère que les affaires vont reprendre, que les tournées justement avec un nouvel album, ça va ouvrir des portes et en tout cas on espère que le nouvel album sera disponible d’ici le mois de mai, on y travaille ! C’était tellement dur qu’on a même eu le syndrome de la feuille blanche, c’était compliqué… Aujourd’hui, l’inspiration est revenue et c’est tout ça qui va se retrouver, en tout cas personnellement, dans mon prochain album. »

    • Nigeria: des hommes armés attaquent un train de passagers dans le nord-ouest du pays

      Rfi.fr - 17h57

      Il était environ 21 heures quand des hommes armés   ont attaqué un train de voyageurs avec 970 passagers à bord. Les assaillants ont utilisé des explosifs sur les rails, avant d’ouvrir le feu. Des militaires ont été rapidement envoyés sur place et ont pu repousser l’attaque.

      Yahaya Sarkin Fawa se trouvait à bord : « Je m’étais endormi quand il y a eu un bruit d’explosion très fort. Avant qu’on ait le temps de comprendre ce qui se passait, on a entendu des coups de feu dans tous les sens. On s’est tout de suite allongés par terre. Dans l’heure, l’armée est venue et a chassé les bandits, mais ils ont kidnappé beaucoup de gens, dont un de mes amis avec sa femme, un homme politique très populaire à Kaduna. »

      Ce mardi matin 29 mars, les autorités locales affirment que cette attaque a fait des blessés et des morts, sans en préciser le nombre. C’est aussi ce que raconte cet autre témoin, Faruk Isa Abubakar Argungu : « Des personnes ont été blessées, d’autres tuées et d’autres encore enlevées. Ils ont emmené presque toutes les personnes du wagon 17. Ils ont aussi emmené mon ami et sa femme enceinte. Je dirais que sept personnes sont mortes. Puis, l’armée nous a secourus, et je suis rentré chez moi vers quatre heures du matin. »

    • lundi 28 mars
    • Centrafrique : que retenir du dialogue républicain?

      RFI - 17h14

      Le dialogue républicain en Centrafrique s’est terminé ce dimanche 27 mars 2022. Une semaine de discussions, 450 participants, mais pas l’opposition ni les groupes armés, et au final, 600 propositions. Près de 600 propositions ont donc été retenues à l’issue de cette semaine de discussion. La seule mesure à avoir véritablement déchainer les passions a finalement été retirée.

      Elle prévoyait une révision de la Constitution. Certains proches de pouvoir y voyaient déjà la possibilité d’un troisième mandat pour le président Touadéra. La société civile s’y est aussi fermement opposée. Le dialogue s’est déclaré incompétent et a renvoyé la question vers la présidence et l’Assemblée nationale. Les recommandations retenues sont assez générales.

      Il s’agit de réviser les accords bilatéraux et multilatéraux, renforcer l’armée, réformer les institutions électorales, trouver de nouvelles recettes pour les finances publiques. Pour vérifier l’application de ces mesures, le dialogue propose la création d’un organe de suivi rattaché à la présidence, mais sans préciser de calendrier.

    • Guinée: la maison de l’opposant Cellou Dalein Diallo à Conakry détruite

      rfi - 17h13

      En Guinée, les autorités ont détruit des résidences de la cité ministérielle, à Conakry. Elles inscrivent ces démolitions dans leur opération de récupération des domaines de l’État lancée en 2021. Selon le pouvoir, ces bâtiments n’étaient plus aux normes. L’opposant Cellou Dalein Diallo indique que sa maison a été démolie. Ce sont des images de gravats, de ruines, de murs effondrés qui proviennent de la Cité ministérielle, à Conakry, où plusieurs résidences cossues ont été démolies.

      Un témoin affirme même avoir vu des gens quittant les lieus avec leurs objets personnels. L’opposant Cellou Dalein Diallo déclare que sa résidence fait partie des logements visés. L’homme politique avait contesté le projet d’expropriation des autorités et précise que ces démolitions ont lieu alors que « le dossier est encore en cours d’instruction ».

    • La Cédéao maintient ses sanctions contre le Mali et donne un ultimatum à la Guinée et au Burkina

      VOA et AFP - 15h49

      Lors de sa session du 25 mars, la Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest (Cédéao) a décidé de maintenir la pression sur la junte au pouvoir au Mali, où les sanctions restent en place. La Guinée et le Burkina Faso sont menacés de nouvelles sanctions. La Cédéao « engage les autorités de la transition à s’inscrire dans une période complémentaire de 12 à 16 mois » avant l’organisation d’élections et le retour des civils au pouvoir à Bamako, écrit l’organisation dans son communiqué final reçu samedi matin par l’AFP. …
      Le Mali, le Burkina Faso et la Guinée, pays en proie à des crises politiques mais aussi sécuritaires pour les deux premiers, ont été le théâtre de coups d’Etat militaires depuis août 2020. Le Mali a même vécu deux putschs. La Cédéao fait pression sur les juntes au pouvoir pour qu’elles rendent rapidement le pouvoir aux civils. Elle a suspendu les trois pays de ses instances.

    • vendredi 25 mars
    • L’ONU lance un cri d’alarme sur les enrôlements d’enfants soldats en RDC

      RFI - 18h01

      Que ce soient dans les rangs des rebelles ADF, des Codeco ou encore chez les miliciens Maï-Maï, dans l’est de la République démocratique du Congo (RDC), les enfants sont encore nombreux au sein des groupes armés. Le fonds des Nations unies pour l’enfance lance ce 25 mars un cri de détresse :  » libérez les enfants « . Plus de 17 500 enfants ont été sortis des groupes armés depuis 2021, des milliers y sont encore, en majorité dans des zones des combats dans les provinces du Nord-Kivu et de l’Ituri.

    • Près de 600 civils ont été tués au Mali en 2021 selon la Minusma

      France 24 et AFP - 17h59

      Selon une estimation de la mission de l’ONU au Mali, près de 600 civils ont été tués au Mali en 2021 – avec notamment une forte hausse en fin d’année – dans des violences imputées essentiellement à des groupes islamistes radicaux, ainsi qu’à des milices et des groupes proclamés d’autodéfense communautaire.

    • Soudan du Sud: inquiétudes face à la reprise des hostilités

      RFI - 17h58

      Le 22 mars, le vice-président Riek Machar, principal opposant au président Salva Kiir, annonçait le retrait de ses militaires des mécanismes de mise en œuvre des aspects sécuritaires de l’accord de paix de 2018 qui tente de mettre fin à la guerre civile démarrée en 2013. Mais depuis la formation d’un gouvernement d’unité nationale en février 2020, les progrès ne sont pas à la hauteur de l’enjeu. Des combats ont été rapportés le 24 mars dans l’État du Haut-Nil et font craindre une reprise des hostilités entre les deux principaux camps ayant signé la paix.

    • Éthiopie : les rebelles du Tigré s’engagent dans un cessez-le-feu

      France 24 et AFP - 17h56

      Un cessez-le-feu après une année et demie de guerre en Éthiopie. Les forces de la région du Tigré, en conflit depuis 17 mois avec le gouvernement, ont annoncé « une cessation des hostilités, effective immédiatement », dans un communiqué publié vendredi 25 mars, appelant le gouvernement éthiopien à « prendre des mesures concrètes pour faciliter l’accès sans restrictions au Tigré », région du nord de l’Éthiopie où la faim menace.
      Le gouvernement éthiopien du Premier ministre Abiy Ahmed a décrété jeudi une « trêve humanitaire unilatérale », afin de permettre « la libre circulation de l’aide humanitaire, vers ceux ayant besoin d’assistance » au Tigré, où aucun convoi d’aide humanitaire n’est arrivé par la route depuis le 15 décembre. Les rebelles se disent déterminés à la réussite du cessez-le-feu tout en estimant que « lier des questions politiques et humanitaires est inacceptable », mais assurent qu’ils « feront de leur mieux pour donner une chance à la paix ». France24 avec AFP

    • mardi 22 mars
    • Covid-19 : confrontée à une flambée de cas, la Chine confine 9 millions d’habitants

      Le Figaro - 17h21

      Les Français approuvent la fin de l’obligation du port du masque, l’OMS critique plusieurs pays européens pour avoir levé «brutalement» leurs mesures, la Chine confine une ville de 9 millions d’habitants… Le Figaro fait le point ce mardi 22 mars sur les dernières informations liées à la pandémie de Covid-19.

      Plusieurs pays européens, dont l’Allemagne, la France, l’Italie et le Royaume-Uni, ont levé trop «brutalement» leurs mesures anti-Covid et se retrouvent confrontés à une nette remontée des cas sous l’effet du sous-variant BA.2, a déploré mardi l’Organisation mondiale de la santé. Lors d’une conférence de presse délocalisée en Moldavie, le directeur de l’OMS en Europe, Hans Kluge, s’est dit «vigilant» sur la situation épidémique actuelle sur le continent, tout en affirmant rester «optimiste».

      Actuellement, le nombre de cas de Covid est à la hausse dans 18 des 53 pays de la zone de l’OMS Europe, selon l’organisation sanitaire. «Les pays où nous observons une hausse particulière sont le Royaume-Uni, l’Irlande, la Grèce, Chypre, la France, l’Italie et l’Allemagne», a souligné Hans Kluge. «Ces pays ont levé les restrictions brutalement (…)», a estimé le responsable onusien.

    • Violences en RDC : Médecins sans frontières se retire de deux villages de l’Ituri

      TV5 - 17h17

      L’organisation Médecins sans frontières (MSF) a mis fin ce 21 mars à ses opérations humanitaires en faveur des populations de deux villages d’Ituri, dans le nord-est de la République démocratique du Congo. La décision de MSF intervient quatre mois après une attaque ayant ciblé ses membres.

      « L’insécurité et l’impunité obligent MSF à fermer des projets humanitaires vitaux à Nizi et Bambu » déclare Olivier Maizoué, responsable des programmes de MSF en RDC lors d’une conférence de presse.

      « Cette décision intervient face à l’absence prolongée de garanties de sécurité de la part des différents acteurs qui s’affrontent dans la région », dit le communiqué remis aux journalistes

      Ces deux localités sont actuellement contrôlées par l’armée congolaise. Mais les attaques ciblant des positions militaires et des véhicules des voyageurs sont quasi quotidiennes.

      Il y a une semaine, des attaques des présumés rebelles des Forces démocratiques alliées (ADF) contre plusieurs villages de l’Ituri ont fait au moins 52 morts. Dimanche 13 mars, en territoire Irumu, quatre villages ont été attaqués et 19 personnes tuées. Lundi 14 mars les villages d’Apende et de Ndimo ont été la cible d’attaques des ADF qui y ont tué respectivement 18 et 15 civils.

       »Au total, on comptabilise au moins 52 civils tués entre dimanche et ce lundi », déclare Christophe Munyanderu, coordonnateur de la Convention pour le respect des droits de l’homme, une ONG congolaise, indiquant qu’il s’agissait d’un bilan encore provisoire.

      « Les risques sont tout simplement trop élevés pour MSF de retourner dans ces zones en confiance (…). Notre mission est de sauver des vies, mais pas au prix des nôtres », explique Olivier Maizoué, chef de mission de MSF.

    • Accident d’avion en Chine: pas de trace de survivants, ni de boîtes noires

      TV5 - 17h11

      Aucun survivant n’a été retrouvé en Chine plus de 30 heures après l’accident d’un Boeing-737 qui s’est écrasé dans une zone montagneuse du sud du pays avec 132 personnes à bord, a indiqué mardi soir l’aviation civile.

      Les boîtes noires n’ayant pas encore été localisées, les autorités ont par ailleurs estimé prématuré de se prononcer sur les causes de la brutale chute de l’avion du vol MU5735 de la China Eastern Airlines.

      L’appareil assurait la liaison entre les grandes villes chinoises de Kunming (sud-ouest) et Canton (sud). Selon le ministère chinois des Affaires étrangères, les passagers sont a priori tous chinois.

      « Jusqu’à présent, les opérations de sauvetage n’ont pas permis de découvrir de survivant », a indiqué mardi soir devant la presse Zhu Tao, le directeur de la sécurité aérienne à l’Administration chinoise de l’avion civile (CAAC).

      « Etant donné que l’enquête vient de commencer, nous sommes incapables de nous faire une opinion claire sur les causes de l’accident sur la base des informations que nous avons », a-t-il souligné.

      Lundi soir, la compagnie aérienne avait présenté ses hommages aux « morts » de la catastrophe, sans s’avancer à donner un bilan humain.

      Les médias chinois ont diffusé des images montrant une sorte de clairière formée par l’appareil dans une zone boisée, avec des débris peu reconnaissables, à part un morceau d’aile avec le logo bleu et rouge de la compagnie.

       

    • Burkina Faso: repris du procès Sankara pour les plaidoiries de la défense

      Rfi.fr - 16h37

      Les audiences avaient été suspendues début mars après une requête des avocats de la défense. Le procès des assassins présumés de Thomas Sankara a repris ce matin 22 mars 2022 à Ouagadougou. Les avocats des accusés ont la parole pour leurs plaidoiries, après trois semaines de silence.

      Une longue pause qui aura au moins permis de répondre à une question aussi étonnante que fondamentale : un coup d’État peut-il être légal ? C’est en tout cas ce qu’ont voulu supposer les avocats de la défense suite au putsch le 24 janvier dernier du lieutenant-colonel Paul-Henri Sandaogo Damiba et investi président par le Conseil constitutionnel. Les sages de la haute institution ont tranché la semaine dernière : ils ne légalisent pas le coup d’État. Les accusations d’attentat à la sûreté de l’État resteront donc valables durant le procès.

      Un procès qui a repris ce matin à la salle des Banquets de Ouaga 2000, qui accueille la chambre d’instruction de première instance du tribunal militaire. Une salle presque vide, mais marquée par la présence de Mariam Sankara, la veuve de l’ancien président burkinabè.

      Les 12 inculpés étaient également présents, dont le principal accusé le général Gilbert Diendéré, qui s’est installé devant les juges d’un pas sûr et décidé, aux côtés de ses co-accusés. C’est justement l’avocat des hauts gradés qui a ouvert le bal par une longue introduction, insistant sur la prescription des faits reprochés à son client, à savoir l’attentat à la sûreté de l’État, complicité d’assassinat et recel de cadavre. Le procureur avait requis d’ailleurs 20 ans de prison contre le général.

      Les plaidoiries ont commencé avec les avocats des médecins accusés d’avoir donné un faux certificat de décès sur les causes de la mort de Thomas Sankara et se poursuivront toute la semaine jusqu’à vendredi.

Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal du Cameroun et recevez gratuitement toute l’actualité

SondageSorry, there are no polls available at the moment.