Politique › Institutionnel

Inscription sur les listes électorales: Opération de charme d’Elecam à Ngaoundéré

L’agence départementale pour la vina a réuni ce 4 mai 2012 les composantes de la société civile pour jeter les jalons de l’opération de refonte biométrique

C’est une rencontre d’échange qui intervient juste après l’adoption de la loi portant code électoral, promulgué par Paul Biya, président de la République du Cameroun, le 19 avril dernier. L’objectif étant comme l’a souligné un membre d’Elecam pour l’Adamaoua, de chercher ensemble les voies et moyens pour la réussite de l’opération de refonte biométrique du fichier électoral. Mme Sadou née Lady Bawa a donc réuni autour de la table les composantes de la société civile, les chefs traditionnels, les chefs religieux et les autorités administratives, qui se sont retrouvés dans la salle de délibération de la communauté urbaine de Ngaoundéré. Très vite, quelques uns des 299 articles contenus dans ce texte sont passés en revue et expliqués à l’assistance comme pour ressortir les améliorations apportées, compte tenu des nombreuses insuffisances relevées aux dernières échéances électives.

Ainsi des faits tels que la non représentativité entière des partis politiques de l’opposition dans les circonscriptions électorales ont été fustigés, tout en relevant que la nouvelle loi portant code électoral y apporte des réponses claires. Bien aussi, l’on apprend des explications données que la solution pour les électeurs déplacés est trouvée. La biométrie vient alors à ce niveau régler la démesure qui a marqué les dernières échéances électorales, en faisant référence aux chiffres obtenus lors de l’élection présidentielle. Soit 440 079 inscrits sur un potentiel de 457 029 attendus. La séance d’échange qui a laissé libre cours à une opération de question – réponse a permis de comprendre que les acteurs politiques de la Vina ne partagent pas le même avis en ce qui concerne le code électoral. Le maire de la commune d’arrondissement de Ngaoundéré 1er, bastion de l’Union Nationale Démocratique du Peuple Camerounais (Undp), s’en est ouvertement opposé. Bobbo Salihou prend pour exemple le fait que son parti ait délibérément refusé d’adopter ce code pendant la session extraordinaire y référent, à l’assemblée nationale. Malgré le débat houleux qui s’en est poursuivi, cela n’a pour autant pas empêché les maitres de cérémonie du jour d’effectuer leur opération de sensibilisation. « On attend surtout des autorités administratives, des représentants des différents partis politiques, des chefs religieux, des représentants de la société civile, les responsables des associations et des hommes de média qu’ils aillent mobiliser qui, leurs administrés, qui, leurs ouailles, qui, leurs adhérents et leurs militants pour que le moment venu ils aillent s’inscrire massivement sur les listes électorales », insistait sur ces propos, Mme Sadou.

Cet appel à participation connaitra de nombreux problèmes exprimés pendant les discussions. Des questions récurrentes qui revenaient, l’on retrouve le souci de l’assistance à avoir des dates précises sur le début de l’opération d’inscription sur les listes électorales et la date du début de distribution des cartes biométriques. Malheureusement toutes ces inquiétudes n’ont instantanément été résolues. Il faudra dans cette même lancée résoudre le hic que causerait le déplacement physique des personnes pour la prise des paramètres biométriques qui, selon l’entendement de certains dignitaires traditionnels présents pendant les débats, rentreraient en contradiction avec la culture locale qui interdit aux femmes la fréquentation des milieux publics. Tout compte fait, l’agence départementale Elecam Vina croit avoir atteint son objectif, qui était celui d’entamer cette vaste campagne de sensibilisation des populations sur la loi portant code électoral et la biométrie au Cameroun; et recueillir les réactions des acteurs politiques et de la société civile pour une élection sans anicroches.


Journalducameroun.com)/n


À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé