› Eco et Business

Insécurité alimentaire: le Cameroun hors de la zone rouge

Le diplomate onusien, José Grasiano Da Silva, a fait cette annonce face à la presse samedi à Yaoundé, au terme d’une visite officielle de trois jours dans le pays, sur invitation du chef de l’Etat

Le Cameroun est sorti de la zone des pays où règne l’insécurité alimentaire, selon le directeur général de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), José Grasiano Da Silva.

Le diplomate onusien a fait cette annonce face à la presse samedi à Yaoundé, la capitale du pays, au terme d’une visite officielle de trois jours dans le pays. Il a ainsi félicité le gouvernement camerounais pour avoir atteint la cible de l’Objectif du millénaire pour le développement (OMD) consistant à réduire, de moitié, la prévalence de la sous-alimentation d’ici à 2015 ainsi que celle, plus rigoureuse, énoncée au Sommet mondial de l’alimentation en 1996 qui consiste à diviser par deux le nombre absolu de personnes souffrant de la faim d’ici à la fin de l’année en cours.

José Grasiano Da Silva a en outre signé, avec le gouvernement camerounais, un accord de coopération portant sur une enveloppe de 20 millions de dollars, dédiée au développement du secteur agricole au Cameroun ainsi qu’à la mise sur pied d’un bureau de liaison de son organisme dans le pays.

Les domaines techniques prioritaires arrêtés couvrent la mise en uvre des stratégies nationales susceptibles de contribuer à la croissance dans le secteur rural, la promotion d’emplois agricoles pour les jeunes et les femmes, l’élaboration et la mise en uvre des politiques et stratégies visant au renforcement de la résilience des ruraux aux catastrophes et aux crises.

Les parties se sont engagées à se tenir mutuellement informées de leurs politiques et programmes respectifs dans les domaines de la sécurité alimentaire, de la nutrition, du développement agricole et rural. Un programme de partenariat de 5 ans, arrêté à cet effet, prévoit par ailleurs la possibilité d’un soutien aux activités de coopération Sud-Sud dans d’autres pays africains que le Cameroun s’est engagé à financer.

Quant au nouveau Bureau de liaison créé, objet du second accord, il assurera la coordination d’ensemble du programme de partenariat entre la FAO et le Cameroun (PPFC) et portera sur les activités prioritaires nationales relatives à la programmation-pays.
Le Cameroun est membre de la FAO depuis 1960, une institution qui a ouvert un bureau dans le pays 18 ans plus tard.


Droits réservés)/n


L’Info en continu
  • Cameroun
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé