Société › Kiosque

Insécurité, gouvernance et économie à la Une de la presse camerounaise

Les journaux camerounais parus vendredi abordent des sujets liés à l’insécurité dans l’Extrême-Nord, à la gouvernance, mais également à l’économie

Selon le quotidien à capitaux privés Emergence, une attaque de la secte islamiste Boko Haram a fait 15 morts la veille dans la localité de Doulo.

Cette énième agression terroriste, constate la publication, intervient alors que les Etats-Unis viennent de déployer 300 de leurs soldats dans la zone, une opération dont le gouvernement « se tue à démontrer le bon côté » alors que la méfiance s’est installée au sein de l’opinion.

Interrogé par le bihebdomadaire La Météo, le sociologue Claude Abé croit savoir que le déploiement américain est à la fois d’ordre stratégique, économique et en termes de facilitation de circulation.

« L’histoire récente des interventions des États-Unis, sur un certain nombre de pays, nous indique que partout où ils ont mis pied, très souvent l’ordre sécuritaire n’a pas été rétabli. Il y a donc lieu d’avoir un certain nombre de réserves par rapport à cela et espérer que leur présence au Cameroun ne soit pas une situation qui va, au lieu d’un médicament, nous apporter plutôt une situation qui aggrave la situation sécuritaire non seulement du Cameroun, mais de l’ensemble du Golfe de Guinée. Et surtout que les Américains ont pas mal d’intérêts dans cette partie du continent aujourd’hui, particulièrement en matière d’exploitation des ressources pétrolières. »

Les mêmes Américains, constate pourtant The Guardian Post, sont aujourd’hui sollicités pour aider à obtenir la libération de l’ancien directeur général du Chantier Naval et industriel du Cameroun (CNIC), Zaccheus Forjindam, condamné à 12 années de prison ferme depuis novembre 2010 pour détournement de deniers publics de la somme de 978 millions FCFA.

Dans le même domaine de la gouvernance, le trihebdomadaire Le Soir prévient que 48 détourneurs de deniers publics, dont il publie la liste, s’apprêtent à prendre d’assaut la tête des organes de base du Rassemblement démocratique du peuple camerounais (RDPC, au pouvoir).

Ces prévaricateurs, explique ce journal, se recrutent parmi les anciens directeurs généraux de sociétés d’Etat et autres ex-membres du gouvernement et croient pouvoir s’acheter une immunité en mouillant le maillot en faveur du chef de l’Etat et président de cette formation, Paul Biya.

Sur le front de l’économie, le quotidien à capitaux publics Cameroon Tribune se satisfait du lancement, la veille dans la métropole économique, du Plan d’urgence triennal pour l’accélération de la croissance décidé depuis le 9 décembre 2014, avec comme principaux enjeux la qualité, la rapidité et le respect des normes dans l’exécution des marchés publics.

Les choses, pourtant, vont mal au plan de la lutte contre la vie chère décrétée par le gouvernement, constate Mutations dans un dossier de deux pages. Selon le journal, l’inflation a atteint 3,4% au premier semestre de l’année en cours, et ce malgré les 2,42 milliards FCFA de budget alloué à la Mission de régulation des approvisionnements des produits de grande consommation (MIRAP).

Les pouvoirs publics, insiste le journal à capitaux privés, sont totalement débordés par la surchauffe des prix et leur incapacité « à contenir tend bien à faire croire qu’ils sont dos au mur ».


Droits réservés)/n

À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut
error: Contenu protégé