› Eco et Business

Internet: Le nom de domaine camerounais une fois de plus indexé

Un récent rapport classe le nom de Domaine .cm en tête des domaines les plus à risques

Le nom de domaine camerounais est le plus dangereux
Dans sa nouvelle édition du rapport sur le web malveillant, la société éditrice de logiciel de Sécurité internet et informatique McAfee classe le nom de domaine camerounais au premier rang des domaines les plus dangereux. Depuis 2007, McAfee a analysé ses données afin de créer une Cartographie revue du Web malveillant, un portrait des domaines les plus à risques dans le monde. C’est le troisième rapport annuel qui analyse le risque relatif des domaines de niveau supérieur(TLD). Au terme de ces analyses, il apparait que le nom de domaine .cm (Cameroun) avec un risque calculé de 36,7% est le plus dangereux. Viennent ensuite le .com (Commercial) avec un risque calculé de 32,2%, le .cn (République Populaire de Chine) avec un risque calculé de 23,4%, le .ws (Samoa) avec un risque calculé de 17,8%, et enfin le .info (Information) avec un risque calculé de 15,8%. Le Cameroun fait figure de mauvais acteur dans le domaine. Cette première place du nom de domaine camerounais n’est pas une première fois. La fragilité sécuritaire du .cm avait été mise à l’épreuve une fois déjà, au moi d’Août 2006.

La situation n’est pas une première
Dans les milieux du réseau et de la gouvernance Internet, il était reproché au Cameroun de pratiquer le  » typosquatting de masse  » sur des noms de domaine non déclarés officiellement. Le Typosquatting est une pratique par laquelle les Hackers (trafiquants de l`internet), profitent des erreurs de frappe des internautes pour se loger dans des domaines qui ne sont pas les leurs. La technique repose sur la probabilité qu’un certain nombre d`utilisateurs feront un jour une faute de frappe en utilisant par mégarde une touche proche de celle correspondant à la lettre correcte, en oubliant une lettre, ou en se trompant de nom de domaine (par exemple  » .com  » à la place de  » .fr « , ou encore gookle.com à la place de google.com). En l’espèce, le nom de domaine  » .cm  » (celui du Cameroun) avait été piraté par des internautes canadiens. Il suffisait de taper une adresse du genre www.airfrance.cm, ou encore www.ibm.cm pour ce retrouver directement sur un site d’annonce publicitaires qui, curieusement, n`avaient aucun lien avec le Cameroun.

L’inefficacité de l’ANTIC indexée
La menace définie ici par McAfee est plus inquiétante puisque les sites incriminés hébergent pour la plupart des logiciels malveillants et susceptibles d’endommager l’ordinateur de l’internaute. Sur la question, les autorités camerounaises en charge de la gestion du nom de domaine notamment l’ANTIC, sont restées silencieuses. Netcom.com, qui est le partenaire à l’échelle internationale, a réussi à déployer un réseau de près de 140 bureaux d’enregistrement dans le monde et qui vendent, parmi leurs extensions, le .cm. selon une source proche de l’agence camerounaise, lesdits bureaux répartis sur la planète collectent les demandes d’enregistrement qu’ils déposent à Netcom. Et c’est cette dernière structure qui se charge de les acheminer à l’ANTIC. On se rassure à l’avance que celui qui vient demander un nom de domaine en est le détenteur légal grâce notamment au formulaire disponible sur notre site et qui nous permet d’avoir toutes les informations sur le demandeur, nous apprend-on. Une mesure qui apparemment ne suffit pas.

Des conséquences importantes
Une telle indexation est lourde de conséquences. Le Cameroun subit un revers sur ses capacités en matière de gestion des nouvelles technologies et de la communication. Bien plus, le pays court le risque d’un manque d`attrait pour le nom de domaine  » .cm « , qui éprouve déjà des difficultés à s’imposer dans l’univers des Top Level Domain (TLD) à caractère géographique ; le risque pour les détenteurs de nom de domaine  » .cm  » de se voir indexés sur la liste noire des moteurs de recherche. Et de quelque manière que ce soit, cette pratique, par ailleurs très lucrative, est loin de profiter au Cameroun puisqu’elle déporte les internautes vers d`autres horizons, le Canada en l’occurrence. La vraie question qui se pose aujourd’hui, est celle de savoir quelle est la capacité du Cameroun (notamment à travers son gestionnaire de nom de domaine) à réagir face à pareille attaque

Différents noms de domaines

www.pme-multimedia.com)/n

À LA UNE
Retour en haut