› Eco et Business

Interview de Lee Soo Won, secrétaire chargé des affaires économiques à l’ambassade de Corée au Cameroun

« Au Cameroun, nous allons construire des centres de formation notamment dans le secteur minier »

L’ambassade de Corée du Sud au Cameroun vient de faire parler d’elle à travers un somptueux spectacle donné au palais des Congrès de Yaoundé. Quelle signification vous donnez à cette dernière sortie?
Je suis ému. Cet événement a été un énorme succès pour l’ambassade de Corée qui vient juste de rouvrir ses portes au Cameroun. Vous savez, notre défi était de réussir l’organisation de ce concert, d’autant plus que nous venions de perdre un responsable quelques jours avant l’arrivée. Il s’agissait avant tout de relever un défi et surtout de rendre hommage à ce compatriote.

Cette sortie vient à la suite d’autres actions conduites par votre représentation diplomatique, en l’occurrence le parrainage de l’association des anciens boursiers camerounais de Corée ou le lancement à la Crtv d’une série télévisée coréenne. Qu’est-ce qui explique cette offensive coréenne en terre camerounaise?
Vous savez, les relations entre le Cameroun et la Corée ont été établies depuis les années 60. Jusqu’au début des années 90, nous gardé les relations cordiales et pacifiques. Or, la crise économique des années 90 a frappé de plein fouet la Corée. Elle s’est vue obligée de fermer certaines de ses représentations diplomatiques à travers le monde. Par conséquent, l’ambassade a fermé ses portes au Cameroun. Il ne s’agit pas là d’une décision anodine. Nous savons tous que le Cameroun regorge de nombreuses ressources naturelles. Au regard de l’importance que revêt le pays sur la scène internationale, nous avons décidé d’installer à nouveau nos bureaux à Yaoundé et renforcer nos rapports bilatéraux.

Depuis 1998, l’ambassade de Corée est restée fermée. Aujourd’hui vous êtes officiellement réouvert. Comment comprendre un tel revirement de situation?
En réalité, la Corée n’a jamais gelé ses rapports avec le Cameroun. La Corée était représentée ici grâce à un consulat qui travaillait durant cette longue période où l’ambassade était fermée. Si nous revenons cette fois ci, c’est parce que nous avons à faire. Nous sommes venus travailler. Bien sûr, nous allons au-delà du simple travail d’un consulat.

Lee Soo Won
Journalducameroun.com)/n

Pour la cérémonie de réouverture solennelle de votre ambassade, la Compagnie de danse est venue de la ville métropolitaine d’Incheon (Corée). Pourquoi la danse et pas autre choses pour redémarrer?
Il s’agissait pour nous de partager avec les citoyens Camerounais la beauté de la culture coréenne. Le public a répondu massivement et la satisfaction se lisait sur de nombreux visages à la fin du concert. Nous avons compris que l’idée de faire venir le « Inchean metropolitan city dance theatre » était la meilleure. Nous allons davantage inviter d’autres groupes culturels coréens.

Quels sont les principaux axes qui pourraient animer la coopération culturelle entre la Corée et le Cameroun?
Des danseurs camerounais sont allés faire leurs preuves en Corée. Très bientôt, des touristes coréens seront au Cameroun. Bien évidemment, ils auront à faire beaucoup de découvertes.

La Corée du Sud attend certainement beaucoup du Cameroun. Dans quels domaines par exemple? Les Camerounais sont également flattés par une meilleure connaissance de la Corée. Qu’entendez – vous faire pour satisfaire les attentes?
Le Cameroun regorge de nombreuses ressources naturelles qui peuvent être exploitées par la Corée à plusieurs titres. Par exemple, la Corée est à la pointe de la technologie, mais elle est très pauvre en ressources naturelles. A coup sûr, il y aura à coup sûr des échanges. Le Cameroun peut également bénéficier de plusieurs méthodes de développement.

Parlant des projets déjà réalisés par la Corée au Cameroun, on peut citer en passant la construction de la route reliant Bafoussam à Foumban. Quels sont les projets prévus à court, moyen et long terme prévus pouvant davantage consolider ce partenariat?
A court terme, nous allons construire des centres de formation notamment dans le secteur minier. Il y a quelques temps le gouvernement coréen essayait d’identifier les domaines dans lesquels il pouvait apporter son soutien et son assistance au Cameroun. Le travail est en cours. Nous voulons savoir à quel niveau les camerounais ont besoin de notre soutien et expertise. Une les besoins identifiés, des fonds seront alloués via le programme Koica (Agence coréenne de coopération internationale). Elle aura pour buts de renforcer les capacités professionnelles des fonctionnaires et formes des futurs dirigeants. A long terme, nous travaillerons selon les calendriers à établir, puisque nous venons de commencer.

S’il vous est demandé de conter brièvement l’histoire de la relation entre la Corée et le Cameroun, que diriez- vous?
Nous avons toujours entretenu d’excellents rapports avec le Cameroun.


Journalducameroun.com)/n
À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut