Opinions › Tribune

Irrégularités: Le Dr Shanda Tomne écrit à l’ambassadeur de France au Cameroun

Il dénonce les irrégularités ayant eu lieu lors des élections des conseillers de l’assemblée des Français de l’étranger au consulat de France à Douala

Monsieur l’ambassadeur de France à Yaoundé. La Commission indépendante contre la corruption et la discrimination est heureuse de vous présenter ses respectueux compliments et de vous assurer de sa sincère collaboration pour la promotion et la défense des droits de l’Homme et des libertés fondamentales si ancrés dans l’histoire de votre pays ainsi que des proclamations de son actuel président. La Commission saisit cette occasion pour vous informer qu’elle a reçu plusieurs plaintes dénonçant les conditions dans lesquelles se sont déroulées les opérations de renouvèlement le 07 juin 2009, des conseillers de l’assemblée des français de l’étranger au consulat général de France à Douala. Non seulement de nombreuses irrégularités ont été enregistrées, faisant apparaître cette consultation comme un banal exercice de duperie digne des républiques bananières, mais plus grave et choquant, quelques français trop bien établis au Cameroun, ont tenu des propos d’un caractère xénophobe extrême.
La commission relève entre autre, parmi les faits et déclarations qui lui ont été rapportés

– La participation à cette compétition électorale de français ne résidant plus au Cameroun, venus spécialement pour alimenter la fraude à l’exemple de la pratique des charters électoraux bien connus sous les cieux de la mauvaise gouvernance. Il s’agit en plus d’individus qui continuent de détenir des documents de résidence sans droit ni titre, et en toute illégalité.

– Les propos pour le moins surprenants de quelques français connus pour leur adhésion aux idées de monsieur Jean Marie Le Pen, patron affreux d’une extrême droite française que l’on ne présente plus, négationniste de tous les génocides, et partisan d’une France toute blanche.

– La discrimination ouverte contre les français d’origine camerounaise, et des couples mixtes franco-camerounais en général. Cette logique digne des thèses rétrogrades nazies veut que des citoyens français ayant contracté des unions avec des camerounais soient traités comme des français entièrement à part.

– Les injonctions venues de la métropole pour faire valider des irrégularités criardes dont l’influence sur l’issue du scrutin et par conséquent sur la coloration du nouveau bureau ne faisait aucun doute. Nous retrouvons ici le même genre de fraude organisée au sommet, décrié dans les Etats autocratiques où l’administration publique à travers les préfets et sous préfets dictent les résultats des consultations électorales.

Dr Shanda Tomne
Journalducameroun.com)/n

– Le comportement particulièrement répréhensible, humiliant et injurieux de certains français trop bien établis à l’instar d’une certaine madame Zipfel, qui ne craindrait pas de déclarer ouvertement qu’elle tient le Cameroun, les médias camerounais et les centres d’influence, et qu’elle sait s’en servir pour contrôler et éteindre ses rivaux binationaux d’origine camerounaise ou française.
Monsieur l’Ambassadeur, ce qui est en cause, c’est la réalisation ou le blocage d’une nouvelle idée de la relation France-Afrique telle que souhaitée et péniblement engagée par le président Nicolas Sarkozy. Sous réserve que les faits, les déclarations et les comportements dénoncés soient vérifiés après nos enquêtes en cours, nous tenons à insister sur la gravité de la situation et sur la très grande gêne qu’elle cause dans les esprits. En effet il est inadmissible que des français établis depuis longtemps au Cameroun ou en Afrique en général, s’érigent en agents contre le changement positif des relations de partenariat et le respect mutuel des peuples et des races.
La commission se prononce concrètement et avec force, pour des structures représentatives françaises qui soient ouvertes à des idées nouvelles, à une vision nouvelle, et à une coopération nouvelle débarrassée des avatars, des magouilles, des tricheries, de l’exploitation et des humiliations d’une certaine époque et d’une certaine secte appelée Francafrique. Ce faisant, la Commission ne ménagera aucun effort pour préserver, raffermir et promouvoir en tant que de besoin, les liens historiques et culturels inaltérables qui unissent nos peuples.

La Commission rappelle fort à propos que tous les français de même que tous les étrangers résidant au Cameroun à un titre ou à un autre, ne sauraient utiliser de l’argent acquis facilement et malicieusement dans le pays, pour écraser les nationaux sans susciter des réactions fâcheuses à brève échéance. Sans avaliser formellement les dénonciations sur lesquelles elle continue d’enquêter, la Commission exhorte vivement l’ambassade à conduire ses propres investigations et à faire connaître la vérité au plus vite, sous peine de laisser prospérer le sentiment de soutenir des caciques nuisibles et des militants de l’extrême droite. Il s’agit au-delà, de rassurer la frange de vos nationaux terrorisés et fragilisés par cet épisode regrettable, et qui par ailleurs ne comptent que sur votre autorité pour ramener la sérénité dans les rangs de tous les français résidant au Cameroun.
Dans l’attente, la Commission saisit l’occasion pour renouveler à monsieur l’ambassadeur, les assurances de sa très haute considération.


Journalducameroun.com)/n
A SAVOIR

- Les opinions et analyses présentées dans cette rubrique n'engagent que leurs auteurs et nullement la rédaction de Journalducameroun.com.

- JournalduCameroun.com n'est pas responsable des affirmations qui y sont présentées et se réserve le droit de modifier ou de retirer un article qui diffamerait, insulterait ou contreviendrait au respect des libertés publiques.

À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut