Sport › Football

Issa Hayatou : « Ce verdict est un mépris flagrant des faits »

(c) Droits réservés

Ainsi s’est exprimé l’ancien président de la Confédération africaine de football (Caf) condamné jeudi au paiement d’une amende de 16 milliards de Francs CFA pour une affaire de concurrence déloyale.

Le Camerounais Issa Hayatou a qualifié le verdict rendu par la Cour économique du Caire de « passablement grotesque » et de « mépris flagrant des faits ». Dans une mise au point publiée mercredi, l’ancien président de la Caf indique qu’il s’agit d’une cabale dirigée contre lui avec un agenda politique. « Il ne fait aucun doute que, depuis le début, cette affaire est orchestrée pour le bénéfice de certains individus. Ce, en ternissant ma réputation et celle de l’ancien secrétaire général. Je ferai tout naturellement appel de cette décision, tout en me réservant le droit de porter l’affaire devant tout autre tribunal international compétent, afin de mettre un terme définitif à cette diffamation intolérable et aux atteintes répétées à mon honneur », a-t-il déclaré dans une mise au point rendue publique ce mercredi.

Lire aussi : En Egypte, Issa Hayatou écope d’une amende de 16 milliards de F CFA

Issa Hayatou était jugé pour avoir vendu à Lagardère sport l’exclusivité les droits marketings et médias du football africain pour la période 2017-2028. La procédure avait été ouverte conséquemment  à une plainte de l’entreprise égyptienne Présentation qui avait été écartée de l’appel d’offres pour laquelle elle voulait soumissionner  en 2016.

« La Caf et son comité exécutif ont renouvelé le partenariat avec Lagardère Sports en juin 2015, à travers un mémorandum d’entente. Cet accord approuvé à l’unanimité des membres du comité , dans le respect total des procédures contractuelles et légales, a été obtenu à la suite de négociations entamées en septembre 2014. En septembre 2016, un jour seulement avant la signature de l’accord long forme avec Lagardère Sports, une société  égyptienne dénommée Présentation a soumis à la Caf une feuille de papier d’une page – qualifiée d’offres – proposant 1,2 milliard de dollars américains pour l’achat des droits commerciaux. Il n’est pas inutile de rappeler que les droits commerciaux n’ont jamais été mis en vente, seuls les contrats de licences étaient envisagés« , souligne Issa Hayatou.


L’Info en continu
  • Cameroun
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé