Opinions › Tribune

Issa Tchiroma Bakari: «Les touristes n’ont rien à craindre au Cameroun».

Déclaration du ministre de la communication, porte-parole du gouvernement, face à la presse au sujet de la libération des otages

Mesdames et messieurs, chers amis journalistes, le plaisir est immense de vous réunir cet après-midi pour que nous parlions du dénouement heureux de cette prise d’otages. Tout est bien, qui finit bien. Rappelez-vous que c’était le 19 février dernier qu’indépendamment de sa volonté, notre nation s’est retrouvée au-devant de la scène où les projecteurs de l’actualité présentait le Cameroun, pas sous les auspices favorables. Le Président de la République Son Excellence Monsieur Paul Biya, s’est senti tellement blessé qu’il s’est fait un point d’honneur, celui de ne ménager aucun effort pour ces otages soient retrouvés et libérés sains et saufs. Evidemment, il l’a fait grâce à sa sagacité, à la sagesse mais également au doigté que nous lui connaissons. Il l’a fait sans tambours ni trompettes. Il l’a fait sous le sceau du secret, de la confidentialité. En cela, comme il le dit lui-même dans ce communiqué, il a été assisté par les gouvernements pour lesquels il a exprimé gratitude et reconnaissance. Mais le Président Biya était seul aux commandes. Il a mené de bout en bout cette opération. Je pense que nous devons être fiers de l’avoir comme Chef de cette nation. Je ne voudrais pas évoquer les prises d’otages de par le monde où ils passent des années. Grâce à Dieu, grâce à la sagesse du Chef de l’Etat, les otages français ont été libérés. Vous savez le plus grand Général de tous les temps est celui qui gagne une bataille sans tirer de coup de feu. Dans le secret et la discrétion, c’est ce que le Président Biya vient de faire, ces otages ont été libérés. Je crois que la presse nationale dans son ensemble ne fera pas la fine bouche. Je suis persuadé que l’heure n’est pas aux interrogations, l’heure est à la fête. Le Cameroun vient de marquer un point important sur le plan international. La mystique de l’unité nationale nous prescrit plutôt de célébrer. C’est donc pour cette raison que j’invite les uns et les autres à célébrer.

Je voudrais que l’ensemble de la presse focalise l’attention sur l’essentiel et non l’accessoire. Les otages ont été libérés. Nous savons qu’ils ont été fait otages sur notre territoire, nous savons aujourd’hui grâce à l’engagement personnel du Président de la République et de tous ceux qui l’ont aidé. Ces personnes sont libres. Le Président Biya a exprimé sa gratitude aux gouvernements nigérian et français. En son nom, je réitère l’excellence des relations qui existent entre ces trois nations, en particulier entre le Cameroun et le Nigeria. Mais qu’est-ce qui s’est passé? Vous savez, c’est sans roulement de tambour que le Chef de l’Etat est arrivé à ce niveau, ce résultat. Toutes les nations ont mis leurs moyens pour obtenir cette libération. Aujourd’hui, les otages sont libérés. Avec le temps, lorsqu’il sera loisible au gouvernement de vous réunir, pour peut-être donner une information de quelque nature que ce soit. Rassurez-vous que je me ferai le plaisir de vous réunir pour en parler. Je profite de l’occasion pour dire à tous les touristes que le Cameroun est une terre où règne la paix, la concorde et qu’il ne leur arrivera rien. Le gouvernement a pris toutes les mesures pour qu’un tel incident ne se reproduise plus.

Tout s’est passé sous le sceau du secret et de la confidentialité pour ne pas mettre la vie des otages en danger. Les otages ont été libérés, c’est la chose fondamentale. Qu’est-ce qui s’est passé? Les Etats ont mutualisé leurs efforts. Les Camerounais ont apporté leur concours à leur Chef. Le Président Biya a exploité tout filon, toute source d’information à sa disposition et c’est la somme de tout ceci qui a abouti à ce résultat.

Issa Tchiroma, ministre de la communication du Cameroun
leseptentrion.net)/n
A SAVOIR

- Les opinions et analyses présentées dans cette rubrique n'engagent que leurs auteurs et nullement la rédaction de Journalducameroun.com.

- JournalduCameroun.com n'est pas responsable des affirmations qui y sont présentées et se réserve le droit de modifier ou de retirer un article qui diffamerait, insulterait ou contreviendrait au respect des libertés publiques.

À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut