Dossiers › Focus

ISSEA: l’intégration régionale incarnée

l’institut a servi de cadre à la dernière activité institutionnelle des journées CEMAC au Cameroun

L’Institut sous régional de statistiques et d’économie Appliquée (Issea), une des institutions spécialisées de la Commission de la CEMAC, est la dernière institution camerounaise à avoir acceuilli le Commissaire Bakhit, pour la célébration des journées CEMAC le 15 mars 2013 dernier. De nombreux étudiants et autres invités ont assisté à la journée des portes ouvertes dont le thème était : « une formation d’excellence pour une intégration économique et sociale réussie dans la zone Cemac.» Le menu de la journée est constitué d’une exposition, d’un échange avec les étudiants et des divertissements. Dans son discours de circonstance, le directeur général de l’Issea, Thierry Mamadou Asngar, a salué la décision prise par la Commission de la CEMAC d’associer désormais les organes et les Institutions spécialisés dans la célébration de la Journée de la CEMAC. Il a relevé que les effectifs de son institution (étudiant, enseignant, personnel administratif) reflètent la diversité de la sous- région. Ce qui fait de L’ISSEA, «le premier instrument de l’intégration sous-régionale voire régionale puisque les nationalités vont au-delà de la CEMAC. Ce qui renforce la place de L’ISSEA dans la construction communautaire» s’est-il réjouit,

Le directeur général a par la suite donné un aperçu de l’activité principale de l’établissement spécialisé dans la formation des cadres moyens et supérieurs africains en statistiques. De 2009 à 2012, indique – t- il, l’Issea a formé plus de 100 techniciens supérieurs en statistiques (Bac+2) ressortissants de la Cémac; 130 ingénieurs d’application en statistique (Bac+3), dont 30 non ressortissants de la Cémac et 120 ingénieur statisticiens économistes (Bac+6) dont 20 non ressortissants de la Cémac. Thierry Mamadou Asngar termine son propos en rappelant que l’action de son institution se situe en droite ligne de l’objectif stratégique n°6 du Programme économique régionale et plus particulièrement dans le programme n°10: Renforcement su système statistique de la Cemac.

Cette présentation a cédé la place à un échange entre Hassan Adoum Bakhit (émissaire de la commission de la Cémac) et les étudiants. Le jeu de questions – réponses permet à l’émissaire de la Commission de la Cemac de donner moult explications sur les fondements, les mécanismes, les atouts et les enjeux du processus d’intégration en zone Cémac. Hassan Adoum Bakhit en profite pour dire aux étudiants et aux jeunes que le développement humain compte parmi les axes prioritaires de l’intégration. «Le développement du capital humain constitue un des grands défis de la Cémac. L’émergence n’est pas envisageable si les secteurs-piliers de croissance devant la porter (en particulier l’énergie, l’économie verte, les mines et la métallurgie) ne disposent pas des ressources humaines qualifiées dont les entreprises de ces secteurs auront besoin. Or, ceci n’est pas le cas aujourd’hui et l’offre de formation supérieure actuelle disponible dans les Etats membres de la Cemac n’est pas suffisante», a-t-il conclu

Seance de questions réponses avec les étudiants de l’ISSEA à Yaoundé

journalducameroun.com/Photo Philipe Nsoa)/n

À LA UNE
Retour en haut