› International

Italie: Silvio Berlusconi écope de 7 ans de prison

Même si Berlusconi n’a été condamné qu’en première instance, avant le jugement en appel et en cassation, il est innocent au regard de la loi

L’ex-président du conseil d’Italie, Silvio Berlusconi a été condamné à sept ans de prison dans le scandale sexuel du « Rubygate ». En prononçant lundi 24 juin 2013 une sentence de sept ans de réclusion et l’interdiction à vie d’exercer un mandat public, la cour de Milan a déclaré Silvio Berlusconi coupable sur toute la ligne. Les magistrats sont même allés au-delà du réquisitoire du ministère public qui avait demandé une peine de six ans. Le Cavaliere était accusé d’avoir eu des relations sexuelles tarifées avec Karima Al Mahroug, alias « Ruby » alors que cette dernière n’avait pas encore 18 ans. Durant le procès, Berlusconi a démenti avoir eu des relations sexuelles avec la jeune femme et affirmé ignorer qu’elle était mineure quand elle a commencé à fréquenter les soirées organisées à son domicile. Mais l’accusation a démontré que Ruby, dont la prostitution était notoire à Milan, était restée dormir plusieurs fois chez Berlusconi et que ce dernier lui a donné plusieurs dizaines de milliers d’euros. Enfin, si Ruby a nié avoir couché avec le Cavaliere, le ministère public a fait valoir des écoutes téléphoniques au cours desquelles la jeune Marocaine et les autres femmes invitées à participer aux « bunga-bunga » décrivaient avec force détails les orgies du président du Conseil.

L’autre versant du procès concernait la fameuse nuit durant laquelle Ruby a été arrêtée pour vol par la police de Milan. Prévenu par une prostituée brésilienne – dont on ignore encore comment elle avait le numéro du portable de Berlusconi -, le président du Conseil avait téléphoné sept fois dans la nuit au commissariat. Affirmant que la jeune femme était la nièce du président Moubarak, il avait demandé qu’elle soit libérée pour éviter un incident diplomatique entre Rome et Le Caire. En condamnant Berlusconi pour « concussion avec constriction », les magistrats ont estimé qu’il avait abusé de sa position de président du Conseil pour exiger la libération de Ruby contre l’avis du juge pour mineurs en fonction ce soir-là. Appelé à se prononcer sur l’épisode, le Parlement italien avait cautionné la version du Cavaliere. Dans sa première réaction après l’annonce de la sentence, Silvio Berlusconi a fustigé « un verdict violent » et déclaré qu’il « résisterait à la persécution ». « Je suis absolument innocent », a affirmé le Cavaliere, annonçant qu’il faisait appel de sa condamnation.

Silvio Berlusconi écope de 7 ans de prison

tv5.org)/n

À LA UNE
Retour en haut