Sport › Football

Jacques Songo’o commente le stage du Cameroun à Monaco, qui marque son retour dans le staff des Lions Indomptables…

« J’ai été littéralement impressionné par le jeune Matip qui pourtant n’avait passé qu’une journée au sein du groupe »

Jacques Songo’o, la rencontre Italie-Cameroun a marqué votre grand retour sur le banc des Lions indomptables, une réaction par rapport à cela?
Je pense que cette rencontre était importante après la CAN, car ce fut une rencontre de référence qui aura permis de rassurer le peuple Camerounais, même s’il reste encore beaucoup de chemin à parcourir. L’horizon proche c’est la Coupe du Monde dans trois mois, alors nous allons faire profil bas et travailler d’arrache pied pour démontrer au Cameroun et à toute l’Afrique que la CAN ne fut rien d’autre qu’un accident.

La « squadra azzura » vous la connaissez bien pour l’avoir affronté en 1998 à Montpellier, alors ce souvenir vous a-t-il aidé à préparer cette rencontre lors de l’entrainement des gardiens?
Non je ne leur ai pas rappelé ce souvenir. Je leur ai juste demandé de faire un trait sur ce qui s’était passé en Angola, d’être sereins et de se projeter sur la préparation du Mondial en Afrique du Sud. Ils jouaient contre les champions du monde en titre, et en tant que grande nation du Football, nous nous devions de les respecter.

Paul Le Guen a déclaré lors de la CAN en Angola que Kameni occupait le poste de N°1 dans la hiérarchie des gardiens de but, alors comment expliquer la titularisation de Souleymanou Hamidou face à l’Italie?
Je crois que c’était l’occasion de voir Souleymanou à l’ uvre puisque depuis sa prise de fonction, il ne l’avait pratiquement jamais vu à l’ uvre (ce gardien a joué le Cameroun-Angola du 14 Octobre 2009 au Portugal, NDLR) ; nous allons en Coupe du Monde et nous devrons y amener trois grands gardiens alors il voulait sûrement se faire une idée de chacun.

Jacques Songo’o, nouvel entraineur des gardiens (lions indomptables)
Jean Pierre Esso/Okabol.com)/n

Concernant le choix d’un 3ème gardien pour la Coupe du Monde, mis à part Roland N’dy Assembé, avez-vous une idée d’un éventuel gardien que l’on pourrait appeler?
Bien sûr qu’il est de mon devoir de travailler à proposer des noms au sélectionneur, et j’ai d’ailleurs déjà des noms dans mon agenda, et le sélectionneur en sera le premier averti au moment venu.

Qu’avez-vous pensé de la prestation des nouveaux joueurs convoqués, face à l’Italie?
Je crois qu’il y a eu beaucoup de bonnes choses globalement : au vu de son âge et du fait que ce soit sa première convocation, j’ai été littéralement impressionné par le jeune Matip qui pourtant n’avait passé qu’une journée au sein du groupe. C’est un joueur d’avenir qui a démontré en peu de temps les qualités qui sont les siennes.

Avez-vous eu des mots d’encouragement à l’attention de Abouna Ndzana, le joueur des Astres de Douala?
Oui je l’ai encouragé, et ce soir là il a démontré qu’on pouvait compter sur lui. Il a fait un match normal, mais il y a tout de même un décalage entre le football pratiqué en Afrique et le professionnalisme affiché dans ce type de rencontre. Il doit continuer à travailler, mais l’on gardera sûrement un il sur lui.

Jacques Songo’o et les gardiens de but Idriss Kameni et Souleymanou Hamidou
Jean Pierre Esso/Okabol.com)/n



À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Retour en haut
error: Contenu protégé