Sport › Football

Japon-Cameroun (0-0) : le jeu et les notes des joueurs camerounais

Serge Takouleu en duel au cours du match Cameroun - Japon

L’opposition de style entre la puissance physique des costauds camerounais et la vivacité technique des petits gabarits japonais a donné un résultat logique. Ce match amical, après une longue trêve internationale à cause de la pandémie du Covid-19, a été équilibré avec deux équipes qui ont eu des occasions

 

Les Camerounais, qui restaient sur trois défaites face aux Samouraïs, peuvent s’en vouloir de ne pas avoir été efficaces en attaque ce vendredi à Utrecht (Pays-Bas). Cependant, ils ont fait preuve d’une belle solidité défensive, avec un Harold Moukoudi très inspiré. Globalement, on a eu droit à un match rythmé malgré de nombreuses approximations

Fabrice Ondoa (4/10)

Dans une équipe du Cameroun où André Onana était positif au Covid-19 selon le médecin des Lions (le portier de l’Ajax a démenti via un tweet sur sa page Instagram), c’est tout naturellement que le portier du club de Mouscron en Belgique a pris la place de titulaire. A l’entame du match, il s’est montré fébrile dans ses relances, notamment du pied. Il est vrai qu’il n’a pas été aidé par Ngadeu qui lui a fait une mauvaise passe à la troisième minute. Sur cette action, en taclant le cuir, il s’est fait un peu mal. Par la suite il ne s’est montré inspiré sur ses sorties aériennes, preuve de son statut de remplaçant en club. Il a néanmoins dévié un coup-franc très dangereux à l’ultime minute de jeu.

Ambroise Oyongo Bitolo (5/10)

Le latéral gauche de Montpellier a livré une prestation moyenne. Défensivement, il a été bousculé sur certaines séquences par la rapidité des attaquants japonais. Dans une équipe du Cameroun où il était le seul gaucher à l’entame du match, le jeu des Lions a très souvent basculé vers le côté droit. Du coup, l’ancien sociétaire de Coton sport a peu combiné avec Moumi Ngamaleu. Il est sorti à la 82ème minute, remplacé par Ahmad Ngouyamsa. En très peu de temps, le latéral de Dijon a montré qu’il doit encore faire ses classes avant d’atteindre le haut niveau international. Pris de vitesse dans le temps additionnel, il a commis une faute à l’entrée de la surface de vérité. Heureusement pour les Camerounais, le coup-franc a été dévié par Ondoa sur la barre transversale.

Ngadeu Ngadjui (4/10)

Un match décevant pour le capitaine des Lions. Peu inspiré, il a manqué plusieurs relances. A travers une passe très approximative, il a notamment mis en grande difficulté son portier dès l’entame du match. En seconde période, le défenseur central de la Gantoise s’est montré plus à l’aise en contenant les assauts japonais.

Harold Moukoudi (7,5/10)

Pour une première titularisation, le natif de Bondy en région parisienne a été au rendez-vous. Toujours bien placé pour repousser les attaques japonaises, il a fait preuve de sérénité dans ses relances et sa gestion de l’espace. Le costaud défenseur central de Saint-Etienne s’est montré assez complémentaire de Ngadeu durant toute la rencontre. Dans une équipe du Cameroun où la concurrence est rude en charnière centrale, il a certainement pris des points.

Fai Collins (5 /10)

L’arrière latéral droit du Standard de Liège s’est montré dominant, défensivement, dans son couloir. Mais offensivement il a raté plusieurs relances. L’ancien joueur de l’Union de Douala a également peu combiné avec Serge Tabekou. Sur une action de contre-attaque à la 24ème minute, il a vendangé une occasion en essayant un tir lointain. Il est sorti à la 86ème minute, remplacé par Serge Leuko qui n’a pas eu grand-chose à faire.

Samuel Oum Gouet (5/10)

Pour son premier match avec l’équipe fanion du Cameroun, le milieu de terrain du club autrichien de SCR Altach a bien joué son rôle de sentinelle. Mais en jouant très bas, dans un milieu constitué de joueurs, à tempérament très défensif (Yan Eteki et Zambo Anguissa), il a peu apporté sur le plan offensif. Il s’est contenté de courir (beaucoup) et faire des relances latérales.

Yan Brice Eteki (3/10)

Il a loupé son premier match avec l’équipe A du Cameroun. Il n’a pas apporté sa sérénité qui en a fait un des meilleurs à son poste au FC Grenade, en Espagne. Dans un milieu de terrain en losange, il n’a pas su donner l’impulsion nécessaire, ce qui agacé le technicien portugais. Remplacé à la 46e minute par Jean Junior Onana. Dès l’entame du deuxième acte, sur un tacle très appuyé, le milieu de Mouscron a écopé d’un carton jaune. Une fois averti, le jeune milieu qui découvrait l’équipe A des Lions a perdu en sérénité (4/10).

Zambo Anguissa (6/10)

On pouvait le penser fragilisé suite à la mauvaise entame de championnat avec son club Fulham, en Premier League. En touchant de nombreux ballons, le milieu relayeur camerounais s’est montré plutôt à son aise. En revanche, il a été moins inspiré au retour des vestiaires sur les actions offensives. Rayonnant dans la conservation du ballon, si le Cameroun a terminé la partie avec une possession de 66%, il y est pour beaucoup.

Moumi Ngamaleu (4,5/10)

Malgré quelques percées avec le ballon sur les côtés, il a été un peu trop brouillon dans l’ensemble, avec des passes mal ajustées. Suite à une action collectivement bien orchestrée côté droit par Toko Ekambi, son coup tête est passé au-dessus de la barre à la 13ème minute. Il a beaucoup souffert du jeu très rugueux des japonais. L’attaquant des Yong Boys en Suisse est sorti à la 70ème minute, remplacé par Franck Evina, qui, sur l’une des rares occasions des camerounais lors du deuxième acte, a manqué sa talonnade.

Serge Tabekou (5/10)

Le milieu offensif de couloir droit ou ailier des Lions a beaucoup couru. Pour sa première sélection chez les Lions, l’attaquant de Mouscron a joué avec beaucoup d’envie. Sur l’une de ses frappes, il a vu sa tentative être repoussée par le portier japonais, à la 50ème minute. Il a porté main forte à son latéral Fai Collins dans les moments difficiles. Il est sorti à un quart de la fin, remplacé par Fabrice Olinga, qui n’a rien montré.

Toko Ekambi (6/10)

Privé de certains joueurs pour diverses raisons (Choupo-Moting, Vincent Aboubakar, Pierre Nsamé), le joueur de Lyon était sur papier le leader de l’attaque camerounaise ce 9 octobre à Utrecht. En motivant ses partenaires dès la phase d‘échauffement, il a su assumer ce statut. Il a offert deux caviars, mais Moumi Ngamaleu et Franck Evina n’ont pas pu cadrer leurs tentatives.


L’Info en continu
  • Cameroun
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé