› Politique

Jean Foumane Akame : le très discret proche du président

Jean Foumane Akame. ©Droits réservés

Le conseiller aux affaires juridiques du chef de l’Etat est décrit comme l’une des personnalités les plus influentes de la magistrature au Cameroun.

Le diplômé de l’Enam est un homme discret. Mais, son nom est très souvent cité comme l’un des plus proches collaborateurs du chef de l’Etat, Paul Biya. En 2013, le conseiller aux affaires juridiques du président de la République a été décrit par le site français Mediapart comme l’homme qui fait et défait les carrières des magistrats au Cameroun, notamment en sa qualité de secrétaire permanent du Conseil supérieur de la magistrature.

Né le 31 août 1937 à Ndonkol dans la région du Sud du Cameroun, il est titulaire d’une licence en droit public, diplôme grâce auquel il accède à l’Enam. Le 03 août 1966, il est intégré dans la magistrature et nommé vice-président de la Cour d’appel de Dschang (1969 – 1970), ensuite conseiller et président de la chambre administrative de la Cour fédérale de justice (1970 – 1971), président de la Cour d’appel de Garoua (août 1971 – mars 1973) et président de la Cour d’appel de Yaoundé (mars 1973– janvier 1974).

Du 09 janvier 1974 au 17 juillet 1980, il occupe les fonctions de secrétaire général du ministère de la Justice. Le 18 juin 1983, il est nommé ministre de l’Administration territoriale. Il restera environ un an à la tête de ce département ministériel. Depuis le 22 novembre 1986, il est conseiller technique à la présidence de la République. Il est, en outre, président du tribunal de Première instance de l’Organisation internationale de la Francophonie.  Il a été nommé à cette fonction par le président de la République le 16 avril 2010. Cette juridiction a été créée en application du nouveau statut du personnel de l’Oif, dont les litiges dépendaient, jusqu’à sa mise en place, des tribunaux français.

Le magistrat hors échelle, ancien chancelier de l’université de Yaoundé, a été fait membre, mercredi 7 février 2018, du Conseil constitutionnel du Cameroun.

 

Ă€ LA UNE
Retour en haut