Sport › Autres sports

Jean-Jacques Doudoumou: «il nous faut des structures sur l’ensemble du territoire national»

Le président du comité national paralympique du Cameroun parle des chantiers qui l’interpellent ainsi que des rapports entre le comité national et les fédérations sportives paralympiques

Vous venez d’assister à la présentation du bilan des activités de la Fédération Camerounaise des sports pour déficients physiques. Quel est l’apport du comité national paralympique pour les fédérations sportives nationales comme la Fecasdep ?

Nous avons des bons rapports. Nous avons organisé beaucoup de réunions avec des fédérations sportives nationales, pour renforcer la capacité et comprendre quels sont les rôles des uns et des autres. La Fédération Camerounaise des Sports pour déficients physiques (Fecasdep) profite-il du fait d’avoir participé aux jeux paralympiques où elle a pris un certain nombre de contacts. Beaucoup de contacts ont été pris et d’ici peu vous verrez que les autres fédérations seront aussi bien conservées par des partenariats. Nous sommes en train de chercher à nous établir quelque part parce que l’absence d’un siège ne nous permet pas d’être visibles. D’ici peu nous aurons un siège et nous allons nous implanter au plan national. Par la suite, nous allons organiser un travail de formation et de prospection même certaines compétitions au niveau de l’handisport seront organisées.

Quels sont les chantiers qui interpellent le comité paralympique du Cameroun ?

Après la mise en place d’un siège qui est prioritaire, il nous faut des structures sur l’ensemble du territoire national pour pouvoir suivre les différents athlètes sur place. Après la mise en place, il y a ce conseil d’administration qui est un très grand chantier. Nous allons faire le point de tout ce qui a été fait jusque là et les quatre années à venir, nous allons dire ce que nous comptons faire. Nous avons déjà tout un plan stratégique qui a été élaboré et en même temps, les fédérations vont organiser les compétitions au niveau régional et au niveau national. Vous avez dû observer que lorsque le président de la république clôturait les activités sportives l’année dernière, il a remis quelques trophées à nos athlètes. Ce qui montre bien cette volonté politique de promouvoir également le sport pour personne handicapée. Vous aurez beaucoup plus de détails dans quelques semaines lorsque nous aurons tenu notre conseil d’administration.

Bientôt un partenariat avec le comité national olympique ?

Oui. Parce que j’ai rencontré le président de comité national olympique qui a garantie sa main d’association en disant qu’au lieu d’organiser les jeux paralympiques en 2013 comme nous comptons le faire, il vaudrait mieux qu’on le fasse ensemble. Cela est avantageux parce que nous bénéficions de leur structure et d’un certain nombre de charges. Il attend que je lui remette notre programme d’action pour nous mettre en relation avec les autres fédérations olympiques. Ce partenariat sera déterminant parce que nous avons un problème de structures et d’équipements qu’il faut résoudre. Nous avons des athlètes qui peuvent vraiment s’améliorer. Le nôtre n’a pas fait piètre figure. Il était troisième africain et neuvième mondial. Ce qui veut dire qu’on a des athlètes qui une fois formés, pourront défendre les couleurs nationales et nous prendre des médailles d’abord au niveau africain. Nous lançons un appel à notre tutelle pour qu’elle puisse nous permettre à chaque fois de participer car le Cameroun tient vraiment à être présent aux jeux paralympiques de Rio.

Jean-Jacques Doudoumou, président du comité national paralympique du Cameroun

journalducameroun.com/Photo Sylvestre Kamga)/n

À LA UNE
Retour en haut