Sport › Autres sports

Jean Marc Ndjofang : «Nous nous sommes préparés de manière solitaire»

Avant de s’envoler pour Ufa, en Russie, où il participera aux 22èmes championnat du monde de Jeux de dames, du 1er au 20 juin, il affiche ses ambitions

On lit un peu de l’incertitude sur votre visage quant à ce voyage pour la Russie. Comment ça se passe concrètement ?
Il faut dire les choses telles qu’elles sont. Peut être ce n’est pas moi qui devrais le dire je ne suis pas dirigeant mais toujours est-il vous voyez que je suis aux portes du ministère. Le dossier a été validé. Mais maintenant il y a un problème d’exécution. Mais pour nous les compétiteurs, il faut être parti. Il est donc question de nous mettre dans l’avion et que la suite de la délégation qui se résume au président et aux deux compétiteurs plus un chef de délégation qui est un responsable du ministère. Il est question demain que nous soyons dans l’avions pour partir en Russie parce que nous sommes attendus au plus tard le 1er juin car la compétition démarrera le 02 juin.

Qu’est ce qui va se passer si vous arrivez en retard ?
C’est clair on est forcé. Le règlement est clair et je crois qu’il a été transmis à qui de droit à temps. Donc ce n’est pas une question de retard dans les documents tout a été transmis en temps utile.

Le Cameroun a-t-il des chances dans cette compétition ?
J’étais au dernier championnat du monde en 2011 au Pays-Bas, où j’ai été classé troisième. Une médaille de bronze qui est connue. J’ai d’ailleurs été reçu en ce temps par le ministre Michel Zoa pour la circonstance. Il est clair que dans cette nouvelle compétition, il est question de rééditer tout au moins cet exploit. Mais pour rester objectif, il faut expérimenter. Car les compétitions de haut niveau se suivent mais ne se ressemblent pas. On sera en terre russe, c’est les favoris. Ils sont les meilleurs. Mais, il sera question de se battre déjà pour passer le premier tour parce que c’est un système de tour. Il y a quatre groupes de dix et il faudra être parmi les trois premiers dans son groupe pour passer en phase finale. Donc, il est clair que nous allons avec de réelles ambitions. Il y a une détermination de ma part d’au moins passer en phase finale et après on verra. Mais l’objectif premier, c’est de passer en phase finale.

Si on vous demandait d’évaluer, qu’est ce qu’il faut pour que la délégation du Cameroun se déplace sereinement ?
Evaluer ! C’est des titres de transport, des frais de route. Je ne vous apprends rien et puis ce qui va avec. Pour un compétiteur, il faut être serein au moins être certain qu’il voyage et qu’il arrive à temps. Maintenant ce qui va avec, que le minimum requis soit là parce que le dossier a été validé, signé par le ministre mais il y a un problème d’exécution et il y a un retard par rapport à ça et on vous dit que ça prendra au moins une semaine mais entretemps les joueurs devront être partis. Pour nous je reste objectif. Il faut que nous, on part, qu’on soit en route et que le reste de la délégation suive. Il y a d’ailleurs un chef de délégation qui est du ministère des sports. Donc il devra venir avec la valise comme on dit. Mais nous on est compétiteurs et l’importance c’est d’être au lieu de la compétition à temps.

Au cas où le Cameroun est absent, les sanctions sont prévues ?
Tout à fait. Déjà on est éliminé si on est absent. Si on est même en retard c’est claire que c’est le forfait on ne pourra plus prendre part et après les sanctions. Vous savez au niveau des fédérations qui subissent toujours avec des suspensions ou bien des sommes à payer. On n’est pas encore là mais vraiment pour un compétiteur comme moi, je pense à la compétition, être dans l’avion.

Comment avez-vous préparé la compétition ?
Vous savez l’idéal, parce qu’on n’a pas été mis en stage on a du se référer au plan B. ça été quelques peu une préparation en solo. Chacun a pu se débrouiller comme il peut et nous sommes là aujourd’hui. Toujours est-il qu’il faut qu’on aille défendre les couleurs du Cameroun. On est médaillé de bronze et pour ma part, personnellement j’ai des ambitions. Je reste déterminé et je ne veux pas être ébranlé par cela. C’est des détails, mais il faut le souligner.

Jean Marc Ndjofang
Journalducameroun.com)/n
À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut