Sport › Football

Jean-Paul Akono garde le sourire

Le technicien camerounais s’est réjoui de la victoire du Cameroun sur le Togo (2-1), ce samedi à Yaoundé. Une victoire obtenue difficilement sur deux buts de Samuel Eto’o

Ce soir est ce qu’on a un entraineur sélectionneur qui est satisfait de son équipe ?
Je vais dire tout d’un coup oui parce que non seulement ça n’a pas été facile, mais ça été très difficile et on le savait parce que les togolais comme vous les avez bien vu à la Can 2013 sont en nette progression et je pense aujourd’hui que ce n’est pas une équipe facilement man uvrable comme cela a été le cas souvent il y a de cela quatre à cinq années. Je le savais parce que nous les avons bien vus par rapport aux vidéos qui ont été mises à notre disposition. Donc mes joueurs connaissaient bien cette équipe et ils l’ont constaté sur le terrain que ce n’est pas une équipe facile, mais une équipe techniquement et tactiquement bonne. La victoire des lions est tout à fait mérité et même méritoire. Je dis tout simplement bravo aux lions, bravo au public qui a soutenu les lions.

Etes-vous satisfait des remplacements que vous avez opérés sur le terrain ?
Je suis satisfait. Si non je ne les aurai pas faits. Ce n’est pas au pif que je les faisais, je les faisais en connaissance de cause et selon les situations. C’était des remplacements fait à dessein et puis quand on fait des remplacements on ne les faits pas au hasard.

Pourquoi avoir détournée le regard quand Samuel Eto’o fils tirait le penalty ?
Je vais vous dire la vérité. D’abord j’ai été moi-même un grand tireur de pénalty quand je jouais au football (sourire) mais j’avoue maintenant que quand je vois les autres tirer, et surtout quand ça me concerne directement parfois je n’ai pas suffisamment de force pour voir par ce que je ménage aussi mon c ur (…) Je crois que ce penalty là s’est tiré dans les buts où nous avons déjà eu à rater des penalties très importants pour une qualification soit à la coupe du monde soit à la Can. Quand j’ai vu encore ces buts et celui qui partait tirer je me suis dis que quand même ça ne va pas se répéter. On dit souvent jamais un sans deux mais cette fois il y a eu un sans deux. C’est pour cela que je préfère souvent tourner le dos comme je vous l’ai dis pour préserver mon c ur.

Jean-Paul Akono sélectionneur des Lions INdomptables

journalducameroun.com/photo Sylvestre Kamga)/n

Quand vous faites la comparaison des performances entre le match contre le Cap-Vert et celui d’aujourd’hui, l’équipe a-t-elle avancée où on a fait du surplace ?
Je crois que faire la comparaison ce serait dire que les matches se suivent et se ressemblent. Je pense que de nos jours, les matches se suivent et ne se ressemblent. Comme vous l’avez constaté, autant contre le Cap-Vert c’était dur, très très dur et nous l’avons gagné à la sueur de notre front, autant aujourd’hui ça été dur mais avec une autre façon de jouer qui ne m’a pas semblé être pareille par rapport au Cap-Vert puisque s’était en fonction de l’adversaire. Mais je pense que les lions malgré quelques petites périodes de flottement ont su tirer leur épingle du jeu quant à la qualité de leur performance qu’à la victoire finale. Donc je ne peux pas faire la comparaison entre la prestation des lions lors du match contre le Cap-Vert ou lors du match contre le Togo tout à l’heure. Je sais tout simplement qu’il fallait bien qu’on gagne et pour le gagner ça n’a pas été du tout facile c’est pour cela que cette victoire comme je l’ai dit tout à l’heure est méritoire.

On a eu une équipe expérimentée contre le Cap-Vert. Aujourd’hui on une équipe passablement rajeunie. Finalement quel est le Cap que l’entraineur se fixe pour l’avenir de l’équipe nationale du Cameroun ?
Je vous répondrai que mon objectif c’est tout d’abord d’avoir une équipe compétitive. Vous savez quand on m’a donné cette équipe on m’a dit une chose : c’est la qualification à la Can, ensuite faire tout pour que le Cameroun soit présent au Brésil en 2014. Maintenant nous savons que l’équipe est en plein renouvellement. Renouvellement certes, mais aussi joueurs compétitifs dans leurs championnats respectifs peu importe l’âge. Que vous ayez 50 ans et si vous êtes compétitif dans votre championnat, je ne vois pas pourquoi une sélection doit se priver de vos compétences sous prétexte que vous avez de l’âge.

Akono remobilise ses troupes après l’égalisation togolaise

journalducameroun.com/photo Sylvestre Kamga)/n

À LA UNE
Retour en haut