Opinions › Tribune

Jeunesse et professionnalisme étatique (2): nous devons proposer

Il est inconcevable d’attendre tout d’un gouvernement alors que nous avons la possibilité de mettre nos actes et nos pratiques juteuses en exergue

Chers frères et s urs, voici venu le moment d’entrer en action, voici venu le moment de mettre un terme aux observations et critiques des réalisations venues des autres. Il est temps sans aucune autre forme de supplication et de prétexte d’agir et de critiquer nos propres réalisations afin d’inscrire notre pays dans le concert des nations développées. À l’heure de la mondialisation, il est inconcevable d’attendre tout d’un gouvernement alors que nous avons la possibilité de mettre nos actes et nos pratiques juteuses en exergue pour amener ledit gouvernement à nous soutenir à travers les moyens qu’il dispose. Dans mon récent message au président de la République faisant état de la professionnalisation de la jeunesse camerounaise, il était question pour le gouvernement de revoir les techniques d’une transition générationnelle favorisant l’accès des jeunes à la gestion de notre pays. Aujourd’hui, je tiens à signifier que nous pouvons aussi nous faire entendre, que nous pouvons dans une certaine mesure, à travers nos connaissances apporter un plus ou faire tourner la balance de notre côté.

Chers frères et s urs, en m’en tenant à la dernière déclaration du président de République Son Excellence Paul Biya devant le parlement lors de sa prestation du serment, on est en droit de dire sans aucune crainte que le septennat actuel est celui de « l’Action». Une «Action» qui selon moi devrait porter notre conception de la chose. Car qui dit «Action» dit Jeunesse. Une véritable construction ne peut se faire qu’avec la jeunesse, une jeunesse courageuse et véridique. Il est alors l’heure de nous constituer en groupe selon nos différentes connaissances et formations afin de déterminer des projets rentables pour notre nation et de les soumettre au gouvernement camerounais. Nous devons pousser le gouvernement de «l’Action» à s’ouvrir à tout projet de réalisation. Mais nous n’ignorons pas que tout ceci n’est réalisable qu’avec l’appui dudit gouvernement.

Le gouvernement doit créer dans tous les ambassades des salons d’études de projet afin de permettre á la Diaspora de contribuer favorablement au développement de la nation.
Richard Gatchoko Youaleu

En s’ouvrant à la réalisation commune des défis de la nation, il est impératif, voire catégorique pour le gouvernement d’encourager des milliers d’ingénieurs camerounais et ouvriers qui roulent de nos jours leurs valeurs pour leur pays d’adoption en ouvrant un salon d’étude et de réalisation des projets qui permettra à ceux-ci de mettre leurs services et leurs connaissances au profit de notre nation. Un gouvernement dit d’ «Action» est celui qui est ouvert à toutes idées constructives, il est celui qui implique tous ces fils dans la réalisation de son édifice. De nos jours, les véritables valeurs de notre nation ne viendront que de ce que nous, fils du Cameroun apporterons à la construction de ladite nation. Il temps que le gouvernement comprenne sans ambages que l’heure de la transition technologie est en marche, que le moment de l’implication de tous dans le schéma tactique de la victoire a sonné. Il n’incombe plus de nos jours seulement aux vieux de porter les résolutions qui doivent conduire la nation mais aussi la jeunesse d’apporter son savoir-faire découlant du nouveau dynamisme mondial. En tout cas, seul le caractère transcendantal des idées tribales, de l’égoïsme, de la corruption, de la médiocrité, de l’irresponsabilité, de l’injustice et de la rancune sera la clé qui acceptera sans aucun doute la proposition et l’action de la jeunesse.
Que L’Etat nous écoute.

Nous devons cesser d’attendre les actions des autres et de critiquer par la suite: Nous devons agir
Journalducameroun.com)/n



A SAVOIR

- Les opinions et analyses présentées dans cette rubrique n'engagent que leurs auteurs et nullement la rédaction de Journalducameroun.com.

- JournalduCameroun.com n'est pas responsable des affirmations qui y sont présentées et se réserve le droit de modifier ou de retirer un article qui diffamerait, insulterait ou contreviendrait au respect des libertés publiques.

À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Retour en haut
error: Contenu protégé