Sport › Autres sports

Jeux Olympiques: Londres sans Françoise Mbango?

L’ancienne championne camerounaise du triple saut aujourd’hui française, n’a plus qu’une seule chance pour pouvoir défendre son titre en Angleterre

L’athlète qui représentait récemment la France lors des championnats européens d’Helsinki en Finlande, a réalisé en phase de qualification, une performance de 14,38 mètres, mais cette performance n’a pas été homologuée, en raison d’un vent jugée « trop favorable ». Sa performance à 14,19 mètre lors du meeting européen et qui a été homologué, ne lui permet pas de participer aux JO de Londres, où les minimas homologués sont fixés à 14,30 m. L’athlète qui a confirmé sa présence à Reims, reste très prudente dans ses déclarations. « Je reste assez confiante bien qu’ayant obtenu trois jours de repos pour un problème au dos contracté lors du 2e essai de la finale (des championnats d’Europe). Après tout, c’est le corps humain, des choses qu’on ne peut pas commander. A l’impossible nul n’est tenu », a précisé Françoise Mbango selon des propos rapportés par l’agence France presse. Sur sa performance à Helsinki, elle semble garder le moral. « Je ne suis pas déçue, contrairement à ce qu’on pourrait imaginer. J’accepte les résultats sportivement. C’est constructif pour la suite. J’aurais souhaité faire mieux mais je n’ai pas pu. Gérer les qualifications et la finale, ce sont des choses qui se réapprennent. Il m’a manqué du punch. Je n’avais pas bien récupéré», a-t-elle fait savoir, selon des propos rapportés par le site internet starafrica.com.

A 38 ans la camerounaise d’origine a le droit de concourir pour la France depuis quelques mois seulement. L’annonce de son changement de nationalité avait été un choc pour l’opinion publique camerounaise. De nombreuses personnes passionnées de sport continuent de la suivre et la soutenir au Cameroun. « Elle a changé juste de papier, elle reste camerounaise malgré tout », affirme Monique K, une habitante de Yaoundé la capitale camerounaise, qui regardait la rencontre d’Helsinki. Après avoir dans un premier temps pratiqué le saut en hauteur, discipline où elle est devenue championne du Cameroun, elle se consacre ensuite au triple saut avec une première médaille lors des jeux du Commonwealth 1998 à Kuala Lumpur. Puis lors de ses premiers Jeux olympiques à Sydney, elle se qualifie pour la finale où elle ne finit qu’à la 10e place. Dès l’année suivante, elle obtient sa première médaille en grand championnat lors des mondiaux 2001 d’Edmonton, terminant 2e derrière la russe Tatyana Lebedeva. Puis en 2002, elle gagne une nouvelle médaille d’argent aux jeux du Commonwealth qui se déroulent à Manchester. Elle est de nouveau devancée par sa rivale russe lors des mondiaux 2003 de Paris Saint-Denis avant enfin de prendre sa revanche lors des Jeux olympiques d’Athènes. Elle remporte le titre dans un concours où elle commence par franchir le cap des 15m30 au 2e essai, son record personnel. Lors des jeux de Pékin, elle sautera15,39 mètres ce qui lui permet de remporter un deuxième titre olympique. Pourra-t-elle aller à Londres ? La question reste sans réponse.

L’ancienne championne camerounaise du triple saut n’a plus qu’une seule chance pour pouvoir défendre son titre en Angleterre
courrier-picard.fr)/n



À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Retour en haut
error: Contenu protégé