Sport › Football

Jordan Siebatcheu : entre le Cameroun, la France et les Etats-Unis, mon cœur balance !

Jordan Siebatcheu (Yong Boys de Berne), l'indécis! (c) Droits réservés

Le Franco-Américano-Camerounais approché par le staff de l’équipe nationale du Cameroun en 2018, alors qu’il évoluait à Rennes, avait exprimé son envie de jouer pour la France, où il a grandi. Né de parents camerounais à Washington DC (26 avril 1996), il lorgnerait cependant du côté de la sélection américaine, en entendant un discours convainquant des Camerounais.

L’attaquant de Yong Boys de Berne Jordan Siebatcheu, qui possède une bonne marge de progression, doit se décider entre la sélection américaine, française et camerounaise. Un choix cornélien qu’ont dû faire tous les joueurs possédant plusieurs nationalités. Quoi qu’il décide, le jeune homme de 24 ans est pris au piège. Né aux Etats-Unis de parents camerounais, ayant grandi en France, il doit aujourd’hui faire parler son cœur ou la raison : Jouer pour le pays où il est né, où il a grandi ou encore pour celui de ses racines ! Une chose est sûre, sa future « nationalité sportive » fera obligatoirement des déçus.

Theoson-Jordan Siebatcheu, de son nom complet, est aussi vif dans ses dribbles que hésitant dans ses décisions. S’il a joué en équipe de France Espoirs (deux sélections dont une en match amical contre… le Cameroun le 8 mai 2017), il rêve désormais de la sélection américaine. Un désir que la Team USA semble avoir saisi au bond : «Ils sont venus, surtout pendant le confinement, pour savoir comment ça allait pour moi, si j’allais jouer plus avec Rennes ou partir pour un prêt ou un transfert pour pouvoir me suivre pour la suite»,  a raconté la semaine dernière Siebatcheu à RMC.

Le Franco-Américano-Camerounais privilégierait donc de plus en plus les États-Unis, comme sélection définitive. «Il y a aussi eu des contacts [avec le Cameroun, NDLR], mais je suis plus attiré par les États-Unis. J’ai beaucoup de famille et de proches qui sont là-bas [au Cameroun, NDLR]. On verra comment ça va se passer, ça dépendra des discours.» La prochaine trêve internationale du mois de mars devrait offrir une réponse.

Naïveté ou vantardise ?

Jordan Siebatcheu est le prototype du joueur peu connu du grand public, au talent moyen, mais qui se surestime. Il ne s’en cache d’ailleurs pas. Le 10 mai 2018 par exemple, alors qu’il finissait une bonne saison avec Reims en Ligue 2, il avait expliqué, sur le plateau de l’émission J+1 diffusée sur Canal+, avoir fait un choix définitif : «Mon choix est fait, je veux jouer pour l’équipe de France».

Deux ans et demi plus tard, il s’est rendu à l’évidence qu’il n’avait pas choisi la voie de la facilité. La concurrence étant très féroce chez les Bleus, il n’apparaît même pas au dixième rang de la hiérarchie des attaquants français, lui qui, au Yong Boys de Berne, est le remplaçant de Jean Pierre Nsamé. Ce dernier, faut-il le rappeler, malgré son statut de meilleur buteur en titre du championnat d’élite Suisse, fait banquette chez les Lions indomptables.

Mais le plus étrange chez ce joueur qui est prêté par Rennes au Yong Boys de Berne  (12 matchs et quatre buts cette saison) est qu’il est, du fait de l’influence de ses parents,  profondément  camerounais, même s’il connaît peu le pays. Et il sait bien que la possibilité d’accéder à une équipe compétitive comme celle du Cameroun est forcément valorisante pour la carrière d’un footballeur. Au staff technique des Lions indomptables de se montrer persuasif à son égard.


L’Info en continu
  • Cameroun
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé