Sport › Football

Joseph Antoine Bell analyse la défaite du Cameroun

L’ex gardien de but est le consultant de Radio France Internationale, RFI, dans le cadre de cette 27ème coupe d’Afrique des nations de football en Angola

Sur la prestation des camerounais
Ils ont fait leur meilleur match, et je crois que c’est au tour des Camerounais qui doivent réfléchir un peu. S’ils ne font leur meilleur match qu’au bout de quatre rencontres, il faut peut-être se poser des questions, mais dans tous les cas, ils ont fait leur meilleur match. Ils ont perdu, même s’il est difficile de dire bravo à une équipe qui perd. Ils ont été courageux, mais ce n’est pas tout. Passé les premiers moments de difficultés où, compte tenu de tous les changements permanents dans l’équipe, les joueurs se cherchent un peu, ils ont trouvé une stabilité.

Sur ce qui a manqué au Cameroun
Je pense que les Camerounais ont été évidemment moins bons, ils ont été maladroits peut-être autant que les Egyptiens, sauf que les Egyptiens ont marqué deux buts de plus. Donc, les égyptiens vont se contenter de cette situation, mais les Camerounais peuvent s’en vouloir parce que eux, ont manqué quelques occasions qui leur auraient permis une nouvelle fois, de prendre l’avantage sur l’Egypte. Tant qu’ils menaient, ils étaient à l’abri. Les Egyptiens jouent beaucoup mieux, meilleure circulation de balle, donc ils sont prédestinés à avoir plus d’occasions de but. A un moment, quand la fatigue est arrivée, il y avait moins de mouvement devant, moins de mouvements d’avant en arrière. Il ya aussi les déplacements du foot, il faut que quand le ballon est derrière, des mouvements d’avant en arrière pour venir le chercher. Ensuite, quand on a touché le ballon, il faut des mouvements latéraux pour pouvoir élargir et donner plus d’armes au passeur. Et ça à un moment dans le jeu, ça a manqué à l’équipe camerounaise.

Sur l’Egypte qui jouait son 17è match sans défaite en phase finale d’une Can
Lors du 0-0 entre le Cameroun et l’Egypte de la Can de 2004, ce jour là, les Egyptiens ont jeté leur complexe. Le Cameroun double tenant du titre, 2000 et 2002, vient en 2004 dans la même situation que l’Egypte. Tout le monde le redoute, et sur ce dernier match, le Cameroun n’est pas suffisamment concentré, et ce jour là, les égyptiens ont découvert qu’ils auraient mieux fait que le 0-0, et j’avais dis à la fin du match, que les Camerounais sachent qu’ils vont devoir compter sur ces gars là qui ne viendront plus avec la peur au ventre. Et en préambule de ce match, je disais que le Cameroun a préparé le match à moitié. Ils ont préparé la partie où ils défendraient, où ils empêcheraient les Egyptiens de jouer, ils n’ont pas préparé le moment de l’opportunité à saisir. On a vu des Egyptiens qui étaient un peu comme un boxeur qui tangue un peu, qui est au bord de la rupture. A ce moment là, les Camerounais n’avaient pas de stratégie pour appuyer sur l’accélérateur, pas de consignes particulières. Au début, les Egyptiens ont sauté avec Idrissou, ils sont allés à la bagarre, ils ont vu qu’il s’épuisait et que souvent l’arbitre n’était pas très gentil avec eux, ils ne sautaient plus, et ils ont réglé le problème Idrissou.

Jojo consultant RFI
rfi.fr)/n


L’Info en continu
  • Cameroun
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé