Société › Société

Jour de fête au Cameroun: Les musulmans fêtent la tabaski

Ce vendredi est journée fériée et chômée dans le pays. Prières et réjouissances seront au menu de la journée, pour de nombreux fidèles musulmans… Et les autres!

En ce jour de fête de la tabaski à Yaoundé, de nombreux fidèles se rendent dans les différents points de prière de la ville. Ils seront un peu plus de 900 000 personnes adeptes de la religion musulmane à célébrer la tabaski, la fête du sacrifice. Pour de nombreux fidèles cependant, le mouton n’aura pas été la chose la plus accessible. Dans certains ménages, on a préparé d’autre protéines, comme le poulet ou encore le traditionnel b uf. Au marché huitième à Yaoundé, jeudi veille de la fête, on ne se bousculait pas pour trouver les mouton. Pourtant, il y avait de nombreuses personnes. « Cette année est compliquée car tout le monde se plaint de ce que les moutons coûtent cher, nous-même on ne s’en sort pas», confie Abdoulaye, un des vendeurs de ce marché. La journée au Cameroun est chômée permettant à tout le monde, musulmans et leurs amis adeptes d’autres religions, de se retrouver pour la célébration. Alors que les musulmans seront aux champs de prières, plusieurs personnes d’autres confessions vont préparer l’agenda de visite à des amis musulmans. Lors de cette fête du mouton ou fête du sacrifice, manifestation religieuse et sociale très importante, un mouton est sacrifié, parfois un autre animal (une chèvre par exemple, notamment en Asie). L’animal est consommé lors d’un grand repas de famille.

Cette fête commémore le sacrifice d’Abraham : celui-ci, s’apprêtant à sacrifier son fils à Dieu sur ordre de ce dernier, vit s’approcher de lui, à l’ultime minute, un mouton « envoyé du ciel ». En souvenir, chaque famille sacrifie son mouton après l’avoir câliné et bichonné pendant plusieurs jours. Une semaine avant la fête, d’immenses marchés s’organisent. Une fois acheté, l’animal est engraissé jusqu’au jour de la grande fête. Le sacrifice suit la grande prière collective. Ceux qui n’ont pas trop de moyens achèteront du mouton en morceaux la veille, pour faire « comme si »… La fête donne lieu à un moment de partage. Elle est prétexte à exprimer l’unité familiale et à réunir tout le monde. Les familles pauvres se voient souvent offrir des moutons, cadeau des plus riches de la communauté.

Le sacrifice du mouton est un rite obligatoire au cours de cette journée
Onuci.org)/n


L’Info en continu
  • Cameroun
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé