Politique › Institutionnel

Journée de deuil national au Cameroun: le chef de l’Etat absent des cérémonies

Sur l’étendue du territoire, les Camerounais se sont recueillis lundi en mémoire des victimes de l’accident d’Eseka. Seul absent à ces cérémonies, Paul Biya, pourtant revenu au pays dimanche

Le peuple camerounais porte le deuil. Lundi, 24 octobre 2016, des milliers de personnes se sont réunies dans divers lieux de recueillements pour honorer la mémoire des victimes du déraillement du train survenu vendredi à Eseka, dans le département du Nyong-Ekelle région du Centre. Des prières, des chants et un silence ont été organisés pour la circonstance.

Les rassemblements tenus, entre autres, dans les capitales Yaoundé et Douala, dans la ville de Bafoussam et dans certaines localités du Grand-Nord, rentrent dans le cadre d’une journée de deuil nationaldécrétée par le chef de l’Etat camerounais.

Lundi, la gare de la localité d’Eseka a abrité le plus important rassemblement.

Aux manifestations qu’il a initiées, Paul Biya a, lui-même, répondu par son absence. Le chef de l’Etat, pourtant de retour au pays depuis le 23 octobre 2016, était représenté à la cathédrale Notre Dame de Victoire de Yaoundé par le ministre de l’Administration territoriale et de la Décentralisation, René Emmanuel Sadi.

Absence de membres de gouvernement à Eseka
«Moi je croyais quand même que le président Paul Biya arriverait aujourd’hui, car c’est un drame qui ne dit pas son nom. On l’attendait sûrement à Eseka mais il n’est pas là, ça me déçoit. Si le président ne vient pas là, le Premier ministre n’est pas là, aucun membre du gouvernement n’est là, cela nous isole quand même beaucoup.», a confié lundi une habitante à la Radio France internationale (RFI).

Depuis l’accident qui a fait près de 80 morts et 600 blessés environs, et deux jours après son arrivée au Cameroun, le président Paul Biya ne s’est toujours pas rendue sur les lieux du sinistre. Les ministres de l’Administration territoriale, René Emmanuel Sadi, de la Santé publique, André Mama Fouda, et celui des Transports, Edgard Alain Mebe Ngo’o, s’ysont rendus vendredi. Ils y ont tenu une réunion de crise dans les locaux de la sous-prefecture d’Eseka, afin d’évaluer la situation et d’organiser l’évacuation sanitaire des blessés, le transfert des corps dans les morgues des deux principales métropoles et de rétablir la circulation sur le réseau ferroviaire affecté.

Le soutien aux victimes se poursuit dans les capitales où une collecte de sang a lieu, afin de renforcer les stocks nécessaires pour les soins des blessés.


Droits réservés)/n
À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut