Société › Kiosque

Journée de la liberté de la presse: Sit-in pacifique des journalistes à Douala

C’était en mémoire du journaliste disparu à Yaoundé.

Ils sont venus des différents médias écrits et audiovisuels de la cité économique pour observer un mouvement pacifique devant les services du gouverneur du littoral ce lundi, 03 mai 2010, jour de la célébration de la journée internationale de la liberté de la presse. Journée qui s’est célébrée au Cameroun, dans un contexte trouble, marqué notamment par le décès dans les geôles de la prison de Nkondengui à Yaoundé, du journaliste Bibi Ngota il y’a quelques jours. C’est pour dire non à de telles repressions que les hommes et femmes et médias se sont mobilisés à Douala. Mobilisation qui a attiré des curieux et notamment les fervents défenseurs de la liberté d’expression, à l’instar de Me Alice Nkom, venue soutenir les journalistes et adresser ses condoléances en cette période de deuil de la presse camerounaise. Même son de cloche pour le prêtre, le Père Tchonang, ainsi que Anicet Ekané, homme politique.

Curieux de voir des Hommes vêtus de noir devant les services du gouverneur, le préfet du Wouri, Bernard Okalia Bilaï a fait venir quelques journalistes du groupe pour un entretien dans ses services. Entretien au cours duquel, le syndicaliste Alex Gustave Azébazé a rappelé que le but de ce sit-in, est de dire non à la repression des journalistes au Cameroun. Cette année, le 03 mai se célèbre dans un contexte marqué par le décès en prison d’un confrère à Yaoundé, a précisé M. Azébazé.

Après les services du gouverneur, les journalistes se sont rendus à la délégation régionale de la communication qui organisait également une cérémonie à l’occasion de cette journée de la liberté de la presse.

Manifestation des journalistes à Douala en mémoire de Bibi Ngota
Journalducameroun.com)/n


L’Info en continu
  • Cameroun
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé