Société › Société

Journées de l’enseignement technique à Ngaoundéré

Elles se sont tenues dans l’enceinte du Lycée technique et du CETIC de la ville, et ont accueilli le passage le gouverneur de la région Enow Abram’s Egbe

Les mauvaises langues avaient longtemps relégué l’enseignement technique à une certaine catégorie d’élèves. C’est la raison pour laquelle ce volet de l’enseignement avait souvent été négligé dans notre pays. Il est temps de faire tomber les préjugés, l’enseignement technique et la formation professionnelle sont des piliers qui peuvent permettre à l’Adamaoua de gagner les défis du millénaire. Il est donc temps de donner à l’enseignement technique et à la formation professionnelle une nouvelle dynamique dans l’Adamaoua. Voilà les termes employés par le gouverneur de la région Enow Abram’s Egbe dans son allocution de circonstance. Aujourd’hui plus qu’hier, le choix des pouvoirs publics pour la promotion de l’enseignement technique est tout simplement irréversible.

C’est un secret de polichinelle, l’enseignement technique et la formation professionnelle dans l’Adamaoua sont en net progrès depuis quelques années. Les chiffres donnés à l’assistance par le proviseur du lycée technique pour ce qui est de son établissement et du CETIC de Ngaoundéré sont évocateurs de cet intérêt sans cesse grandissant chez les apprenants et même chez les parents. C’est ce qui explique sans doute la forte mobilisation observée ce jeudi 18 mars 2010 à l’occasion des journées portes ouvertes de ces deux établissements.

Les élèves, surtout ceux de l’enseignement général, parents, enseignants et autorités administratives avec à leur tête le gouverneur de la région de l’Adamaoua Enow Abram’s Egbe ont massivement honoré le rendez-vous de ces journées. Lesquelles ont donné l’occasion aux apprenants de présenter au public leur savoir, leur savoir faire et leur génie créateur au cours de la visite des différents ateliers. Une visite au terme de laquelle Enow Abram’s Egbe a saisi l’occasion pour vanter le choix judicieux des pouvoirs publics à travers le PARETFOP (Projet d’appui à la réforme de l’enseignement technique et la formation professionnelle) qui apparaît ainsi comme un cadre idoine à la valorisation de la professionnalisation des enseignements, instrument efficace de lutte contre la pauvreté.


farm4.static.flickr.com)/n


À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
Advertisement
error: Contenu protégé