Personnalités › Jeunes talents

Justine Grâce Ada Mbangue, une femme à l’école de la chaudronnerie

Ada Mbangue Justine Grâce en formation au métier de la chaudronnerie (c) journalducameroun.com

Cette jeune camerounaise âgée de 27 ans a choisi de se former dans un secteur industriel considéré comme réservé aux hommes.

Il était difficile de visiter les différents stands dressés à l’esplanade du Gicam, à l’occasion du récent Salon de l’initiative féminin, sans s’arrêter devant celui de Multi service maintenance industrielle (Msmi). Ce n’est assurément pas les pièces métalliques qui y étaient exposées qui captivaient tant l’attention, mais plutôt la prestation de Justine Grâce Ada Mbangue. La jeune fille de 27 ans arbore un casque à la tête et est munie de tous les Equipements de protection individuelle (Epi) nécessaires en atelier.
Elle tient une torche de soudage entre les mains. Elle se penche devant des pièces métalliques à assembler et se met à l’œuvre. Des étincelles crépitent. Lorsque Justine Grâce relève la tête au bout de quelques minutes, une couche de soudure est visible. La jeune dame vient de finaliser la fabrication d’un gousset, une pièce utilisée sur les plateformes pétrolières. L’auteure de cette œuvre reçoit des ovations.
Justine Grâce Ada Mbangue a donc pour ambition de faire carrière en chaudronnerie, un secteur d’activité jusqu’ici considéré comme réservé aux hommes. Elle n’est encore qu’en phase de formation, mais déjà dans sa tête, elle se voit en pleine activité dans une prestigieuse entreprise de la place. Elle s’emploie au quotidien à réaliser ce rêve. Mais l’apprentissage entamé il y a neuf mois ne se passe pas sans difficultés. La jeune élève ne s’est pas encore véritablement accommodée à la chaleur et aux odeurs des gaz présents dans les bonbonnes. «Les débuts étaient un peu difficiles. Je n’avais pas la technique industrielle. Les mots techniques étaient aussi difficiles à capter. J’ai encore quelques lacunes aujourd’hui, mais ca va mieux», confie –t-elle.
Justine Grâce Ada Mbangue dit pouvoir compter sur ses formateurs. Elle bénéficie en outre du soutien de ses parents et de plusieurs proches. «Je reçois beaucoup d’encouragements. Lorsque les gens apprennent que je suis une femme et que je me forme en chaudronnerie, ils me demandent d’aller de l’avant », se réjouit notre apprenti. Après cette formation qui dure deux ans, Justine Grâce entend acquérir d’autres compétences en s’inscrivant à une autre formation en Bureau d’étude.
Titulaire d’un baccalauréat en Economie sociale et familiale (Esf) obtenu à lycée technique de Ngoumou à Yaoundé, Justine Grâce Ada Mbangue se fascine pour la chaudronnerie lors d’une visite d’entreprise en 2017, au centre Msmi situé dans la zone industrielle de Bassa à Douala. Elle demande aussitôt les modalités d’inscription et rejoint l’équipe. Depuis, elle ne s’est plus jamais éloignée des baguettes et des pièces métalliques.
Ada Mbangue Justine Grâce en pleine activité
 
À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut