Culture › Musique

Kelin-Kelin’ Orchestra: « J’ai toujours eu envie d’avoir un grand groupe de musique contemporaine africaine »

Les membres du groupe reviennent sur les fondements de leur groupe et font part de leurs projets, notamment la campagne de recherche de fonds en cours

Brice Wassy, vous êtes batteur, compositeur et vous êtes l’un des fondateurs de l’orchestre de jazz Kelin-Kelin’ Orchestra. Racontez-nous comment a commencé l’aventure?
Brice Wassy C’est une idée qui tourne dans la tête depuis quelques années. J’ai toujours eu cette envie d’avoir un grand groupe de musique contemporaine africaine. C’est pour cela que dans les années 90 j’ai commencé par le Tchokola band ou je commençais à réunir des musiciens et après j’ai réalisé mon premier disque « nga punk » ou il y a d’ailleurs beaucoup de musiciens (Guy N’sangue, Etienne Mbappe, feu Noel Ekwabi, Jean-Jacques, Jack Djeyim, etc.) Mon souhait a toujours été de rassembler les frères et s urs musiciens, pour jouer nos musiques ensemble, les partager et les ressentir ensemble.
Et vous Jean-Jacques Elangué?
Jean-Jacques Elangué L’aventure Kelin-Kelin pour ma part naît de la volonté de faire vivre le patrimoine culturel africain, par le biais de la musique au sens nostalgique, le tout dans une dimension contemporaine. Brice m’a révélé l’idée il y a plusieurs années, mais vu mes occupations du moment, je ne me sentais pas tout à fait prêt! En novembre 2011, il est revenu à la charge et j’ai accepté de travailler en étroite collaboration avec lui sur ce projet. Vous savez, Brice est un musicien pour qui j’ai beaucoup de respect.

On y retrouve des africains, mais aussi d’autres nationalités. Pourquoi avoir voulu ce mélange?
BW C’est pour prendre la communion ensemble, (rires).
JJE Il me semble légitime de faire intervenir des africains et des noirs en général pour amorcer la lecture de notre patrimoine, que cela soit d’un point de vue nostalgique ou sous un angle purement de  » création »… Ne vous fiez pas au fait que nous utilisons les instruments occidentaux pour la plupart.

Pourquoi avoir choisi Kelin-Kelin comme nom de groupe?
BW Vous savez, en Afrique et au Cameroun en particulier, on appelle affectueusement les musiciens les gombistes à cause du gombo qui au sens propre est la plante et le fruit est à la base de la sauce gombo qu’on retrouve partout en Afrique. Nous sommes donc des gombistes d’où Kelin-Kelin.
JJE Oui, KELIN KELIN est un clin d’ il à « Keleng Keleng » …les feuilles à base de cette sauce qui ressemble à la sauce Gombo…le fameux « Keleng Keleng Accro » que l’on connait bien au Cameroun. Comme disait Brice pour la petite histoire, les musiciens interprètes ont hérité du nom « GOMBISTES » depuis toujours au Cameroun… Nous avons voulu ainsi rendre hommage à la musique du pays via nos aînés, tout en restant nous-mêmes.

Vous avez lancé une campagne de collecte des fonds pour la préparation de votre premier album. Comment peut-on vous soutenir?
JJE Nous avons opté pour le financement participatif pour contourner la frilosité ambiante des maisons de disque et des canaux classiques de production. C’est aussi une manière d’impliquer directement le public dans le soutien aux artistes. Nous avons imaginé une grande variété de contreparties en échange des contributions, il y en a pour toutes les bourses ! Vous ne serez pas déçus ! Pour nous soutenir, il est impératif de partir sur la base du bon gré. Ne vous privez pas d’accomplir une action qui contribuera à redorer le blason la musique NOIRE… car nous voulons faire un album qui fera date en invitant nombre de nos talentueux confrères et cons urs, mais aussi des groupes traditionnels d’Afrique ou de la Caraïbe.

Kelin-Kelin’ Orchestra: « J’ai toujours eu envie d’avoir un grand groupe de musique contemporaine africaine »

kelinkelinorchestra)/n

Quel est votre agenda actuel?
JJE Nous sommes actuellement dans une phase qui voudrait que l’on se montre … Il est important d’exister aux yeux du public via la toile, les concerts, festivals. Notre dernier concert était le 18 Mai au Zèbre de Belleville. Prochain concert à ne pas rater sur Paris, le 28 Juin à partir de 20h30 au Studio de l’Ermitage dans le 20e. Ça va chauffer, venez nombreux. Et enfin le 02 Août au Festival « Jazz In Regusse » dans le Var. Toute notre actualité peut être suivie sur notre page Facebook ou notre site web www.kelinkelin.com

Avez-vous prévu des concerts ou spectacles au Cameroun, votre pays d’origine? Etes-vous soutenu par les organismes culturels publics ou privés ? Lesquels?
BW Nous aimerions bien sûr jouer au Cameroun ! Faire des master classes, remettre au goût du jour des cuivres camerounais un peu en voie de disparition, créer et reprendre certaines pièces de musique du terroir en jumelage avec des orchestres sur place. Mais tout ça ne dépend pas que de nous.
JJE L’idée de composer avec les organismes culturels publics est incontournable, car les dits organismes sont dotés de compétences en la matière. Nous y travaillons et sommes ouverts à toutes les propositions. Bien entendu tout apport privé reste le bienvenu, parce qu’efficace par nature (en général)

Un mot pour terminer
BW La musique fait partie de nous. Elle est en nous, c’est celle de nos ainés et de nos aïeux. Nous avons un grand besoin de la partager avec vous. Vous êtes donc chaleureusement conviés à notre assemblée générale !
JJE Pour ma part je tiens à rendre un hommage particulier à tous les musiciens qui nous accompagnent dans ce projet. Sans eux, nous n’aurions pu avancer. Un hommage aussi le public qui nous suit de près ou de loin …. « Une seule main ne peut attacher un paquet ». Nous avons besoin vous ! Découvrez le projet sur http://www.indiegogo.com/projects/kelinkelinorchestra


kelinkelinorchestra)/n

À LIRE AUSSI

À LA UNE
Retour en haut