› International

Kenya: Deuil national de deux jours, suite à l’explosion d’un oléoduc à Nairobi

Après un décompte de près d’une centaine de morts, le gouvernement kényan a déclaré mercredi 13 et jeudi 14 journées de deuil national

Dans un communiqué publié après une réunion, le conseil des ministres a indiqué que pendant les deux jours, le drapeau national sera mis en berne et aucune fête ne sera organisée. Le cabinet qui s’est réuni sous la présidence du président Mwai Kibaki a également présenté ses sincères condoléances aux familles des victimes, a souhaité un prompt rétablissement aux personnes qui ont été blessées et a envoyé un message d’espoir aux nouveaux sans-abris, indique le communiqué. Le bilan exact était toujours difficile à établir parce que l’identification des corps, le plus souvent calcinés, est impossible. En début de journée, la police avait indiqué que 92 corps avaient été retrouvés. Mais à la mi-journée, la Croix Rouge kényane en décomptait de son côté 86. Il s’agit des corps retrouvés à 13h00 locales (10h00 GMT), mais la recherche d’autres cadavres va continuer, a déclaré Pamela Indiaka, une responsable de l’organisation. Cinq des 117 personnes hospitalisées à la suite du drame ont également succombé à leurs blessures mardi, a indiqué le ministre de la Santé, Peter Anyang Nyongo. Nous ne savons pas quel est le nombre exact de personnes qui sont décédées parce que certaines ont été très sévèrement brûlées, ce qui empêche le recoupage avec la liste des personnes portées disparues, a ajouté le ministre.Nous allons largement nous reposer sur les tests d’ADN pour identifier les gens, et cela nous aidera sans doute pour donner le nombre de victimes a-t-il poursuivi. L’explosion, suivie de l’incendie, s’est produite alors que l’oléoduc perdait beaucoup d’essence et attirait de nombreuses personnes qui venaient récupérer le carburant dans des jerricanes pour le revendre ensuite. L’oléoduc a explosé en envoyant une fumée épaisse au-dessus du bidonville et a fait de nombreuses victimes. Le cabinet a promis le soutien du gouvernement aux personnes touchées par cette tragédie.

D’après la Kenya Pipeline Company, l’explosion de lundi a été provoquée par une fuite. L’essence a fui dans un égout et dans la rivière traversant le bidonville et a ensuite explosé. Mme Indiaka a précisé que la Croix-Rouge avait mis fin à sa mission de recherche sur les lieux de l’explosion. Nous n’avons plus aucun espoir de retrouver d’autres corps et nous avons demandé au gouvernement d’appeler les responsables de la marine pour voir s’ils pourraient envoyer des plongeurs spécialisés pour rechercher les corps qui pourraient encore se trouver dans le cours d’eau, a-t-elle dit. Les autorités collectent tous les corps avant que leurs proches ne puissent les voir, afin d’éviter aux familles le traumatisme de devoir tenter d’identifier des corps gravement calcinés. Seuls 10 des 22 corps qui se trouvent dans les services funéraires sont identifiables, a indiqué un responsable, Sammy Nyongesa. Certains sinistrés commencent déjà à reconstruire leur maison, malgré la menace d’une autre explosion. D’autres résidants ont affirmé qu’ils n’avaient nulle part d’autre où aller et ont estimé que la tragédie ne se serait pas produite si la conduite d’essence avait été entretenue correctement.

Par ailleurs, d’après le communiqué, la réunion a également approuvé un projet de loi 2011 sur l’amendement de la constitution qui propose de reporter l’élection générale à décembre 2011. La date suggérée est le troisième lundi de décembre, tous les cinq ans. La constitution prévoit actuellement l’organisation d’une élection le deuxième mardi d’août, tous les cinq ans.

La détresse est sur les visages dans le bidonville de Nairobi
telegraph.co.uk)/n


L’Info en continu
  • Cameroun
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé