› International

Kenya: Elections sous haute tension

Les autorités craignent toujours que des violences n’éclatent en marge des élections qui ont débuté ce matin au Kenya. Hier, dimanche, où six policiers ont été tués dans la ville portuaire de Mombasa.

C’est en masse que les Kényans se rendent dans les bureaux de vote. D’impressionnantes files s’étirent devant les bureaux de vote, qui ont pour la plupart ouvert à 06H00 (03H00 GMT), malgré quelques retards ça et là. Environ 14,3 millions de Kényans doivent élire leur président, députés, sénateurs, gouverneurs (exécutif départemental), membres de l’Assemblée départementale et un quota de femmes à l’Assemblée nationale. Au total ils doivent déposer six bulletins dans six urnes. La présidentielle s’annonce extrêmement serrée, les deux favoris, Raila Odinga et Uhuru Kenyatta, étant au coude à coude dans les sondages. La clôture du scrutin est prévue à 17H00 mais tous les retards seront compensés, a assuré le président de la Commission électorale, Isaack Hassan. M. Odinga a voté dans la matinée dans sa circonscription de Kibera, tentaculaire bidonville de Nairobi qui fut l’un des principaux foyers des violences ayant éclaté après la précédente présidentielle, fin 2007. M. Kenyatta, fils du premier président du pays, a lui voté peu avant la mi-journée dans sa circonscription de Gatundu-sud, à une cinquantaine de km au nord de la capitale.

Inquiétudes sécuritaires
Après une campagne plutôt tranquille, sans incident majeur, tout est fait pour éviter que ne se reproduisent les terribles violences de 2007-2008. Samedi soir, les derniers meetings ont été tenus par les deux principaux candidats, le Premier ministre sortant, Raila Odinga, et le vice-Premier ministre, Uhuru Kenyatta, à Nairobi. Tous deux sont au coude à coude dans les sondages. Mais Raila Odinga affirme que son adversaire ne pourra pas exercer le pouvoir s’il est élu étant donné qu’il est poursuivi, tout comme son colistier William Ruto, par la Cour pénale internationale (CPI) pour crimes contre l’humanité. La CPI estime, en effet, que les deux hommes ont attisé les violences de 2007-2008. La police, quant à elle, a affirmé avoir déployé 99.000 policiers sur l’ensemble du territoire pour assurer la sécurité du scrutin. Dimanche nuit, 400 policiers ont été déployés à Mombasa, deuxième ville du pays, où « six policiers et six assaillants ont été tués », lors de deux affrontements armés quelques heures plus tôt, l’un dans le quartier de Changamwe, l’autre à Kilifi, localité côtière située à une cinquantaine de kilomètres plus au nord. « Les policiers sont tombés dans une embuscade » tendue par un groupe d’environ 200 assaillants « armés de fusils, d’arcs et de flèches », a-t-il expliqué, attribuant implicitement les attaques au Conseil républicain de Mombasa (MRC), groupe séparatiste local qui a appelé au boycott du scrutin.

Par ailleurs, un bureau de vote de Mandera, localité frontalière de la Somalie, été visé par une bombe artisanale qui n’a pas fait de victime et n’a que temporairement interrompu le vote, a poursuivi M. Kimaiyo.

Les Kényans se rendent aux urnes ce lundi pour des élections générales où la principale préoccupation demeure la crainte de violences.
© wordpress.com )/n
À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut