Société › Kiosque

Kiosque: Les sujets à la Une cette semaine au Cameroun

Finale de la coupe du Cameroun, visite de Ali Bongo, détournement à la Beac…

Dimanche au cours de la 50 ème édition de la finale de la coupe du Cameroun, Panthère de Bagangté arrache la victoire 3 buts à 2 face aux astres de Douala. Par cette victoire, cette équipe décroche sa deuxième distinction 21 ans après son premier sacre. A ce propos, le quotidien Mutations du 14 Septembre 2009 titre le deuxième sacre de Zui manto. Bien que panthère de Bagangté ait gagné, la victoire n’a cependant pas été aisée selon le quotidien, puisque le score est serré jusqu’à la 88 minutes où sur une passe de son coéquipier Raymond Woukoue Mefire, seul face au gardien des buts, Rostand Kako envoie la balle au fond des filets. Le but permet au Nzuimanto de mener par 3 buts à 2. Pour le quotidien le jour, L’explosion de joie dans les gradins intervient quand Thierry Tchuenté marque le but de la victoire pour Panthère, sur une passe de Raymond Woukoué. Si les deux quotidiens ne s’accordent pas sur l’auteur du but de la victoire, le quotidien le jour dénote tout de même une seconde satisfaction pour la formation Panthère: le sacre « homme du match Mtn » de son numéro 10 Mefiré Raymond Woukoué. A Cameroon-Tribune on évoque une belle symphonie. D’après le quotidien national, ces derniers mois, les beaux jours ont été rares avec le sport camerounais. Le match panthère de Bagangté Vs Astres de Douala était une cérémonie de renaissance qui a clôturé une semaine faste pour le football camerounais.

Déroulage de tapis rouge pour Ali Bongo
Tapis rouge à Yaoundé pour Ali Bongo Ondimba titre le quotidien national Cameroon-tribune à propos de la visite d’amitié effectuée au Cameroun vendredi dernier par le président Gabonais nouvellement élu. Le quotidien national insiste sur le fait que ce voyage en terre camerounaise de Ali Bongo considéré comme un signe d’estime, ne se fait plus en tant que ministre gabonais de la défense, comme il y a huit mois où il était au Cameroun en tant qu’envoyé spécial de El Hadj Omar Bongo alors président gabonais. Il a désormais le statut de chef d’État et c’est fort de celui-ci qu’il s’est entretenu à huit clos selon le quotidien avec son homologue camerounais Paul Biya. Du point de vue du quotidien Mutations cette visite s’est faite sur un air de renouveau. L’accueil chaleureux réservé à Ali Bongo par le président camerounais dont le quotidien insiste sur la bonne humeur, de l’arrivée du président gabonais à son départ, marque selon le journal la fin de la traditionnelle rivalité entre les deux pays et consacre le chef de l’État camerounais dans son nouveau rôle de patron de la sous région. Ali bongo d’après le jour devrait se rendre à Brazzaville au Congo où il est également prévu un entretien avec Denis Sassou Nguesso qui vient d’être réélu à la tête de son pays.

Situation ambiguë à la Beac
Trente millions d’euros, soit environ dix-neuf milliards de francs Cfa, des fonds injectés depuis la Beac de Yaoundé, au sein du bureau de la Banque des États de l’Afrique centrale (Béac) à Paris ont été détournés entre 2004 et 2008. L’information a été donnée par l’hebdomadaire Jeune Afrique qui cite des sources ayant eu accès au rapport d’enquête menée au sein de la Béac, suite à une demande des chefs d’Etats. D’après Mutations, en plus des conséquences sur la sous région, il y a un risque d’impact de ce détournement sur le système monétaire français. D’où l’appel du ministère français de l’économie et des Finances à l’établissement de toutes responsabilités dans cette affaires.

Un an de prison plus 100.000Fcfa d’amende pour Luc Emane
Luc Emane condamné à un an de prison ferme et à 100.000 Fcfa d’amende à payer à l’Etat du Cameroun. Tel est le verdict prononcé à l’encontre du garçon de course du chef de l’Etat camerounais pour le vol de sa mallette affaire qui remonte au 21 Septembre 2008. d’après le journal mutations, c’est ayant de la peine à se tenir debout et amaigri par son incarcération à la prison centrale de Yaoundé, que Luc Emane est apparu au procès. Si le quotidien le jour s’interroge encore sur les raisons de cet acte après 22 ans de services auprès du président, il révèle cependant que l’accusé a bénéficié de circonstances atténuantes au regard de ses aveux spontanés, de sa qualité de délinquant primaire et de sa bonne tenue au tribunal.

Kiosque à journaux, au Cameroun

Journalducameroun.com)/n

À LA UNE
Retour en haut