CultureCulture › Arts visuels

La camerounaise Joséphine Ndagnou invitée à New York

le film  »Paris à tout prix » a été diffusé dans le cadre du New York African Film Festival

Paris à tout prix est l’histoire de Suzy, une jeune camerounaise vivant dans la pauvreté. Elle rêve d’aller à Paris pour pouvoir sortir sa famille de la misère. Entre tentatives veines d’achat de visa et passage manqué par la frontière maritime qui sépare le Cameroun de la Guinée Equatoriale, elle va se prostituer. Elle finit par avoir le visa grâce à Armand, un ami et s’envole pour la France. Mais, la réalité va s’avérer triste. Elle est livrée à la police par son amie après une situation irrégulière de huit mois, et retourne dans son « enfer », d’où elle était venue. Sorti en 2007, le film est tournée au Cameroun et en France. C’est donc dans la sélection des films du festival africain de New York que le film a été diffusé le 13 avril dernier.

New York African Film Festival est une manifestation autrefois biennale et devenue annuelle qui célèbre le cinéma africain en présentant les dernières réalisations et surtout en rendant hommage aux réalisateurs, acteurs et professionnels du secteur. La première édition date de 1993 et cette année, l’african film festival s’est déplacé du Lincoln Center au Brooklyn Museum of Art.

Joséphine Ndagnou

journalducameroun.com)/n

La programmation a offert cette année un large panel de films – une trentaine en tout -, oscillant entre courts, moyens et longs métrages, déclinés en trois grands volets. Then and now a proposé une intéressante mise en perspective entre le cinéma des origines et le cinéma d’aujourd’hui des deux têtes d’affiche du festival : ont ainsi été projetés  » Borrom Sarett  » (1963),  » La noire de.  » (1966) et  » Faat Kiné  » (2000) d’Ousmane Sembène ;  » L’Homme sur les quais  » (1993) et  » Lumumba  » (2000) de Raoul Peck. L’Emerging Market Series a mis quant à lui en avant la production africaine contemporaine, juxtaposant des grandes productions comme  » Bàttu  » (2000), le dernier long métrage du sénégalais Cheik Oumar Sissoko, et des court-métrages comme  » Article 15A/Article 15 bis  » (2000), du congolais Balufu Bakupa-Kanyinda. Enfin, Video Awudjo a donné au public un aperçu du foisonnant marché de la vidéo en provenance du Nigeria et du Ghana.

La deuxième phase du festival aura lieu du 22 au 25 Mai 2009

Affiche du film

journalducameroun.com)/n

À LA UNE
Retour en haut