› Eco et Business

La Cemac n’absorbe que 5% des exportations camerounaises

D’après les données du ministère du Commerce, les destinations privilégiées par le Cameroun sont l’Union européenne et l’Asie orientale

Le Commerce du Cameroun avec les pays de la sous-région Afrique centrale est très faible, voire minime, d’après les données communiquées jeudi par le ministre du Commerce lors d’un conseil de cabinet présidé par le Premier ministre.

«Les exportations privilégiées des exportations camerounaises demeurent l’Union européenne (59%) et l’Asie orientale (24%). La pénétration des marchés africains reste insuffisante, notamment au sein de la CEMAC qui n’absorbe que 5% des exportations camerounaises. Lesquelles comportent majoritairement les matières premières, dont 50% environ pour le pétrole brut. Il s’ensuit une balance commerciale structurellement déficitaire, particulièrement depuis la dévaluation du Franc CFA en 1994», a expliqué Le ministre du Commerce, Luc Magloire Mbarga Atangana.

Pour redresser la situation, a-t-il poursuivi, le gouvernement s’est engagé dans une campagne de promotion du «made in Cameroon» et l’organisation des Journées économiques camerounaises à l’Etranger. Six pays ont déjà abrité ces Journées: Le Nigéria, le Maroc, le Brésil, les Etats-Unis, l’Algérie et la République démocratique du Congo. La signature d’accords bilatéraux commerciaux comme celui signé avec le Nigéria rentre également dans cette démarche.

«Le Gouvernement accompagne par ailleurs les entreprises intéressées par les marchés sous régionaux à traduire dans les faits le principe de libre circulation des biens consacré par les communautés économiques régionales auxquelles le Cameroun appartient. C’est dans ce sens que des agréments ont été délivrés à 19 et 13 entreprises ainsi que 145 et 81 produits industriels respectivement au sein de la CEMAC et de la CEEAC», a illustré le ministre du Commerce.

Au chapitre des projets, Luc Magloire Mbarga Atangana a relevé que des études sont en cours pour la création d’une bourse des matières premières ainsi que la dématérialisation complète des procédures du commerce extérieur. Il a également mentionné que le département ministériel qu’il dirige étudie la construction d’un laboratoire national des produits alimentaires et les mesures pour la certification des produits à l’exportation.

En dehors de cette présentation du ministre du Commerce qui portait sur «les grandes lignes de la stratégie nationale de dynamisation des exportations des biens et services», le Conseil de cabinet du 25 septembre 2014 a également écouté un exposé du ministre des Transports. Robert Nkili devait entretenir les membres du gouvernement sur «l’état d’exécution des directives reçues le 27 février 2013 relatives à la réhabilitation du système national de météorologie»

«La construction du Centre météorologique national est réalisée à 90% tandis que le réseau synoptique de base est progressivement réhabilité, comme en témoignent la mise en exploitation effective de vingt stations météorologiques automatiques, la réhabilitation en cours d’une dizaine d’autres et l’installation de cent postes pluviométriques», a résumé le ministre des Transports, Robert Nkili, dans son exposé.


Droits réservés)/n



À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Retour en haut
error: Contenu protégé