› International

La Côte d’Ivoire envisage d’envoyer des troupes contre Boko Haram

L’annonce a été faite jeudi à Abidjan par le ministre ivoirien de la Défense Paul Koffi Koffi

La participation au combat que mènent le Bénin, le Cameroun, le Niger, le Nigéria et le Tchad contre Boko Haram relève, selon le ministre de la Défense ivoirien, Paul Koffi Koffi, d’une « obligation incombant à Abidjan ».

«Un seul pays ne peut pas traiter la question terroriste et en avoir raison. C’est un travail d’ensemble, un travail entre les Etats. C’est pourquoi la Côte d’Ivoire y participera et nous en avons l’obligation vis-à-vis de nous-mêmes. C’est également une obligation découlant de la solidarité sous-régionale, régionale, voire internationale», a déclaré le ministre ivoirien de la Défense, Paul Koffi Koffi, dans une conférence de presse, jeudi à Abidjan. Cette obligation s’explique également pour Koffi Koffi par la nécessité de « se prémunir contre le terrorisme, dans un contexte où aucun pays n’est épargné », a-t-il ajouté.

Koffi Koffi a, ainsi, confirmé l’envoi « prochain » par la Côte d’Ivoire de troupes pour combattre la secte armée, aux côtés de la coalition régionale formée depuis quelques semaines, sans plus de détails, toutefois, quant au nombre des soldats engagés, la date et le lieu de leur déploiement, justifiant cette discrétion par la nécessité de ne pas accorder à « l’ennemi des informations qui pourraient lui être utiles ».

Recevant une délégation diplomatique occidentale à Abidjan, le chef de l’Etat ivoirien, Alassane Ouattara, avait révélé, dès lundi, que son pays envisageait l’envoi de troupes au Nigéria pour combattre Boko Haram, auteur de plusieurs exactions contre les civils du Nord-Ouest du Nigéria et l’Extrême-Nord du Cameroun, ses champs d’activités privilégiés depuis quelques années. Par ailleurs, le ministre de la Défense a révélé que la Côte d’Ivoire a installé une base militaire permanente à moins de 10 km de la frontière libérienne pour faire face aux attaques de milices sur son territoire depuis quatre ans.

«Nous venons de bâtir une caserne moderne à Grabo (localité ivoirienne sur les frontières du Liberia) qui sera remise aux militaires au mois d’avril», a annoncé Koffi Koffi.

Selon le ministre, sont responsables de ces attaques, des miliciens venant des camps de réfugiés d’Ivoiriens, installés au Liberia après avoir fui la crise politico-électorale de 2010-2011. «Ce sont pour la plupart des jeunes qui se trouvent dans les camps de réfugiés de l’autre côté de la frontière notamment dans le Maryland (Liberia) et qui viennent de façon épisodique mener des attaques pour prendre de quoi manger ou en rapport avec des conflits fonciers et quelques fois pour des règlements de compte», a-t-il expliqué.

Paul Koffi Koffi, ministre de la Défense de Côte d’Ivoire
abidjan.net)/n



À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Retour en haut
error: Contenu protégé