International › APA

La Covid-19 omniprésente dans la presse sénégalaise

Les journaux sénégalais, reçus vendredi à APA, font la part belle à la réactualisation de la stratégie de lutte contre le nouveau coronavirus déclinée la veille.Le Soleil indique que le Sénégal « réajuste sa stratégie » en abandonnant « les tests systématiques des cas contacts au profit des cas asymptomatiques et des personnes vulnérables. Objectif : réduire la mortalité de ces catégories sociales ».

Dans les colonnes du quotidien national, Docteur Abdoulaye Bousso, le Directeur du Centre des opérations d’urgence sanitaire (Cous) justifie cette décision : « Le nombre de cas grave augmente et il est important que l’on mette l’accent sur ces cibles pour pouvoir maîtriser l’épidémie et ses conséquences négatives ».

Toutefois, ce dernier précise dans EnQuête que « cela ne veut pas dire que les personnes contacts ne seront pas suivies. Elles le seront et même répertoriées ». En outre, rapporte ce quotidien, « il est également prévu la prise en charge à domicile de certains malades ».  

A ce propos, M. Bousso signale dans EnQuête que « ce n’est pas une première pour le Sénégal et d’autres pays l’ont déjà expérimenté avec des résultats. A ce jour, nous avons plus de 200 personnes entre Dakar (ouest) et Diourbel (centre) qui ont été guéries à domicile ».

Poursuivant dans L’AS, le Directeur du Centre des opérations d’urgence sanitaire (Cous) affirme que « les autorités sanitaires ont une meilleure maîtrise et une meilleure connaissance de la transmission de cette maladie et savent qu’une personne peut être (testée) positive et vivre en famille en respectant les mesures barrières ».

De son côté, le Professeur Moussa Seydi, le chef du service des maladies infectieuses du Centre Hospitalier et Universitaire de Fann (Dakar), cité par ce journal, s’est prononcé sur le remède malgache : le Covid Organics.

A en croire M. Seydi, « il n’y a pas de lenteur (dans le processus de validation de ce traitement). La recherche actuelle obéit à des normes. Même pour la recherche concernant les médicaments connus, il n’y a aucun traitement validé (au plan international). Alors que dire d’une étude qui porte sur un produit dont on ne connaissait pas encore tous les constituants ? »

Concluant son argumentaire, Pr Seydi renseigne dans L’AS qu’au Sénégal, « il y a des essais cliniques (sur le Covid Organics) qui ont été menés sous la houlette du Directeur de la Pharmacie et du Médicament. Probablement, dans les jours ou semaines à venir, nous recevrons le rapport ».

Le Professeur Mamadou Diarra Bèye, le Directeur du Samu national fait savoir dans Vox Populi que « sur dix malades admis en réanimation, quatre sont décédés et six sont guéris », non sans mentionner que les patients développant une forme grave de la Covid-19 souffrent d’autres pathologies comme « le diabète (le plus noté), l’hypertension artérielle et souvent des maladies rénales ».

Pour sa part, Le Quotidien sous le titre « Destination inconnue », fait un focus sur les conséquences de la réciprocité que va appliquer le Sénégal après que l’Union Européenne (UE) a décidé de lui fermer ses frontières aériennes. 

Selon ce journal, le ministre du Tourisme et des Transports aériens « pourrait condamner à mort les secteurs dont il a la charge (et) qui ne vivent que de l’arrivée de voyageurs étrangers, en particulier ceux des pays (qui nous interdisent l’entrée) ».  Pour l’heure, en Afrique, seuls l’Algérie, le Maroc, la Tunisie et le Rwanda font partie de la liste des pays dont les ressortissants sont autorisés par l’UE à voyager dans l’espace Schengen. 

Sud Quotidien, quant à lui, exhume le dossier de la distribution de l’aide alimentaire aux couches vulnérables en notant « (des) couacs et (des) impairs ». Pour ce journal, « de l’attribution des marchés au transport des vivres en passant par le recensement des cibles via le Registre National Unique (RNU), un flou artistique a plombé les opérations ».

Pendant ce temps, L’Observateur se fait l’écho des « alarmes de reprise à l’école » après le redémarrage des enseignements pour les élèves en classe d’examen. Ce journal annonce qu’un apprenant du CM2 a été testé « positif au coronavirus à Diourbel (centre) ».

Dans un entretien accordé à L’Observateur, Kalidou Diallo, ancien ministre de l’Education nationale soutient qu’ « une année blanche serait catastrophique pour un pays. C’est 1095 milliards F CFA (qui seront) perdus. Et cela va engendrer un embouteillage au niveau des classes ».

Enfin, Ngalla Sylla, le sélectionneur de l’équipe nationale de beach soccer (football de plage) dit, dans Stades, que « l’organisation d’une Can (Coupe d’Afrique des nations) au Sénégal est une demande nationale ».


L’Info en continu
  • Cameroun
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé