Politique › Institutionnel

La dépouille d’Ahidjo bientôt de retour au Cameroun

Des émissaires du président de la république seraient en train d’ uvrer sur la question

D’après une information que rapporte le journal Mutations, le conseiller spécial du chef de l’Etat, Martin Belinga Eboutou, s’est rendu à Dakar au cours de la semaine du 08 au 14 juin dernier. il aurait eu pour mission de discuter avec les autorités sénégalaises, des modalités du rapatriement de la dépouille d’Ahmadou Ahidjo, le premier président camerounais, mort et enterré dans ce pays le 30 novembre 1989. Selon des sources que rapportent le même organe de presse, en plus d’avoir reçu les assurances du chef de l’Etat sénégalais sur la perspective du retour au Cameroun de la dépouille d’Ahmadou Ahidjo, l’émissaire de Paul Biya a été rassuré quant à l’intervention de la famille Ahidjo par Abdoulaye Wade. Germaine Ahidjo la veuve du défunt président aurait aussi été approchée. Elle ne serait pas défavorable à ce rapatriement dont la date de principe de mars 2010 a été retenue.

L’idée que cette intention annoncée se matérialise effectivement en mars prochain ne ravit pourtant pas tout le monde. Il en est ainsi de Shanda Tonme, intellectuel camerounais et promoteur du Comicodi qui, le 30 mai dernier à Genève, à la faveur d’une cérémonie organisée par la Fondation Félix Moumié, et dans une communication spéciale portée sur le thème: L’exigence de vérité et de justice comme conditionnalité dans la validation du processus de réconciliation nationale, déclarait qu’un rapatriement du corps d’Ahidjo devrait se faire dans une démarche globale de réhabilitation de la mémoire de tous les ancien leaders politiques camerounais. Vu sous cet angle, le retour des restes d’Ahidjo avec les honneurs dus serait compromis
Une autre analyse veut qu’il faille nuancer une pareille position. Parce que, malgré ce que certains ont décrit comme des dérives totalitaires de l’ancien président, malgré une tentative malheureuse et peu inspirée de retour aux affaires après sa démission du 04 novembre 1982, Ahmadou Ahidjo aura été pendant un quart de siècle le principal responsable politique du pays, d’abord comme Premier ministre, puis comme président de la République. Bien plus nombreuses sont les personnes qui admettent volontiers qu’avec lui le Cameroun a vécu son âge d’or. L’idée de rapatrier sa dépouille mortelle et de lui consacrer des obsèques nationales serait un juste retour des choses pour un hommage qu’il mérite bien.

Ahmadou Ahidjo
www.universalis.fr)/n

Le président Paul Biya quant à lui a toujours déclaré ne pas être défavorable à cette initiative. Lors d’une interview accordée à la chaine de télévision France 24, le 30 octobre 2007. Paul Biya avait notamment indiqué que le rapatriement de la dépouille de son prédécesseur « est une affaire familiale ». En guise de réaction à cette sortie, Germaine Ahidjo avait indiqué que le retour au Cameroun des restes de son époux est « une affaire d’Etat » et qu’il appartenait aux autorités camerounaises de l’organiser. Sur la même lancée, Mme Ahidjo soutenait que la famille pouvait « en tant que de besoin, être associée ». De son côté, Badjika Mouhamadou Ahidjo (fils aîné et parlementaire), faisait savoir que pour « les services rendus au Cameroun, le pays doit un hommage au président Ahidjo ».

Reste que tout n’a pas encore été dit sur les motivations qui animent les uns et les autres. En particulier le chef de l’Etat en fonction, Paul Biya, à qui on prête un calendrier politique passablement chargé et stratégique en 2010. Nombreuses sont déjà les personnes qui associent cette nouvelle dynamique du président Biya à des man uvres de calculs politiques. Lui qui volontiers se représenterait en 2011 pourrait à la veille de cette échéance mener des actions d’éclats, qui ferait oublier au camerounais leurs soucis économiques pour un temps.

Ahmadou Ahidjo
atlaswords.com)/n
À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut