Personnalités › Success Story

La dépouille de Jean Marc Ela est arrivée au Cameroun samedi

Décédé au Canada, le sociologue et prêtre camerounais sera inhumé le 27 janvier 2009.

Les camerounais vont pouvoir rendre un dernier hommage à Jean Marc Ela. La dépouille mortuaire du prêtre diocésain arrive ce samedi dès 18h à l’aéroport de Nsimalen à Yaoundé au Cameroun. D’où elle sera transportée directement à la paroisse de Melen à Yaoundé. Paroisse dans laquelle le sociologue camerounais officiait avant son départ pour l’exil à Montréal au Canada. Une messe d’action de grâce est prévue à cet effet à 21 heures ce même jour dans la chapelle de Melen. Egalement au programme, un hommage académique à titre posthume sera rendu au sociologue à l’amphi 700 de l’université de Yaoundé 1, lundi à 10h. Avec au menu des interventions des enseignants et des autorités académiques. Mardi 27 janvier 2009, sa dépouille sera transférée à Ebolowa, son village natal où il sera inhumé le même jour.

L’Abbé Jean Marc Ela est décédé le 25 décembre 2008 des suites du Cancer, à l’âge de 72 ans. Il est décédé dans son exil à Montréal au Canada, pays qui l’hébergeait depuis son départ du Cameroun en 1995, au lendemain de l’assassinat du Père Engelbert Mveng.

C’est un sociologue et théologien. Il fait ses études de théologie à Paris à Strasbourg. Pour lui, la théologie est un exercice de recherche de libération et d’affranchissement des peuples opprimés. De son vivant, Jean Marc Ela s’est illustré comme chantre de la dénonciation de divers maux qui détériorent l’Afrique. D’où son acharnement à défendre un continent plongé dans les affres de la pauvreté et de la misère. L’Afrique va donc bientôt ensevelir une de ses têtes bien faite et couronnée ; une voix qui résonnera toujours dans le combat pour la libération de l’Afrique; une lumière qui éclairait jusque-là, la pensée africaine. D’après des informations recueillies dans le site centreafrika, Ses livres sont très connus en Afrique et apportent en Europe la parole d’un homme de foi et d’un homme de vérité. Homme de vérité, il le paye cher puisque en 1994, menacé de mort, il a été obligé de prendre le chemin de l’exil comme malheureusement trop d’hommes de sa trempe. Parlant d’un hypothétique pape noir.

Il laisse des ouvrages et des enseignements. Entre autres ouvrages, l’on peut citer Cheikh Anta Diop ou l’honneur de Penser, Restituer l’histoire aux sociétés africaines, Promouvoir les sciences sociales en Afrique Noire, Le Cri de l’homme africain, L’Afrique à l’ère du savoir : science, société et pouvoir, Recherche scientifique et crise de la rationalité, Les cultures africaines dans le champ de la rationalité scientifique, La recherche africaine face au défi de l’excellence scientifique, Travail et entreprise en Afrique.
Jean Marc Ela a professé à l’Université de Yaoundé I dans des disciplines comme la sociologie, l’anthropologie et la théologie, des domaines dans lesquels il était nanti de trois doctorats. Également, il a enseigné dans plusieurs Universités canadiennes, entre autres, l’Université Laval de Québec et à L’université du Québec à Montréal (Uqam). Il a aussi exercé un ministère paroissial notamment dans le Grand-nord auprès des Kirdis aux côtés de Baba Simon et à la paroisse de Melen à Yaoundé.
Jean Marc Ela est un être que les africains et en particuliers les Camerounais ne sont pas prêts d’oublier.

Jean Marc Ela
Journalducameroun.com)/n
À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut