Sport › Football

La Fecafoot obtient les pleins pouvoirs sur les Lions

Un décret signé vendredi dernier du président de la République met fin à la mainmise du ministère des Sports sur les sélections nationales de football

Le rapport de la commission Motazé ne cesse de récolter des fruits. Vendredi 26 septembre 2014, le président de la République du Cameroun, tirant quelques leçons de la débâcle des Lions au Mondial brésilien, a signé un important décret. L’ordonnance de Paul Biya, lu sur les antennes de la CRTV durant tout le week-end, abroge celui du 31 octobre 1972 et rétrocède la gestion administrative et technique des équipes nationales de football à la Fédération camerounaise de football (Fecafoot).

L’épineux problème de primes qui minait la tanière des Lions ces derniers temps peut avoir trouvé un début de solution vendredi dernier. Traitant du problème de la gestion administrative des sélections nationale dans sa globalité, le nouveau décret signé par Paul Biya ne parle plus uniquement de l’équipe nationale fanion comme c’était le cas avec le décret abrogé de 1972. Le décret du 26 septembre 2014 concerne toutes les sélections nationales de football du Cameroun de la catégorie des cadets (équipes masculine et féminine) à la catégorie des seniors (sélections masculine et féminine).

Au chapitre de l’organisation et de la gestion des sélections nationales, Paul Biya dans son décret a décidé que «la gestion administrative, sportive et technique des sélections nationales de football relève de la compétence de la Fédération camerounaise de football (Fécafoot)». C’est donc fini avec le statut hybride de l’équipe nationale fanion qui amenait le ministère en charge des Sports et la Fécafoot à batailler pour le contrôle des Lions indomptables dont les performances ont fait de cette sélection fanion, une véritable vache à lait. Toutefois, «la gestion financière des sélections nationales de football est assurée conjointement par l’Etat et la Fécafoot sur la base des conventions et textes particuliers», précise le décret.

Il faudra donc attendre pour savoir quel rôle exactement va continuer à jouer Alphonse Tchami, le team manager, nommé par la Fecafoot et Pierre Claver Oyono Afane, le nouveau directeur administratif des équipes nationales, nommé par le Minsep, pour remplir une même fonction. L’on se souvient encore des batailles menées pendant le Mondial brésilien entre Laurence Fotso, la directrice du département Communication et marketing de la Fecafoot et Raphael Nkoa, le team press officer des Lions d’alors, pour le contrôle de la communication de l’équipe nationale.

La double tutelle a énormément contribué à installer la cacophonie au sein des Lions indomptables. Avant d’être formellement actée, cette co-gestion est expérimentée depuis une décennie. Depuis le passage d’Ismaël Bidoung Mkpatt au ministère des Sports, le gouvernement et la Fécafoot se partagent les retombées de la participation du Cameroun aux compétitions majeures de football. Mais, les pouvoirs publics ont toujours été les principaux bailleurs de fonds des sélections nationales.

Dans le nouveau décret, il est aussi mentionné à l’article 4 que la Coordination administrative, sportive et technique des activités et des programmes des sélections nationales de football est assurée par un Coordonnateur général nommé par le président de la Fécafoot. Le coordonnateur est assisté par deux adjoints toujours nommés par le président de la Fécafoot.

Dans le chapitre 3 qui concerne la sélection, la publication de la liste et de la convocation des joueurs, il ressort à l’article 2 que l’admission et le maintien d’un joueur dans une sélection nationale de football sont conditionnés par la signature préalable d’une déclaration sur l’honneur par laquelle le joueur s’engage à remplir toutes les obligations prévues par les statuts, code, règlement, décisions et directives de la Fécafoot, de la Caf et de la Fifa.



L’Info en continu
  • Cameroun
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé