Société › Télécoms

La Fedipresse s’insurge contre la suspension des médias au Cameroun

(c) Droits réservés

La Fédération des éditeurs de presse du Cameroun a dénoncé la suspension provisoire de cinq médias locaux décidée le 19 décembre par le CNC. Une sanction assimilée à la restriction des libertés.

La Fédipresse juge « disproportionnées » et «  mal ciblées » les suspensions temporaires infligées à Vision 4 (un mois), Ouest Littoral, Première heure, Ades-infos jeunesse en action et Watchdog tribune (deux mois). Selon cette organisation, cette sanction ne vise ni plus ni moins qu’à « réduire au silence les médias ».

«  Il n’y a en effet derrière ces sanctions du CNC [Conseil national de la communication], aucun projet de correction des manquements soulignés, mais une volonté manifeste de sévir. Prompt à condamner et à punir, le CNC est étrangement absent des chantiers d’une viabilisation des entreprises de presse, qui constitue pourtant la voie royale vers un secteur des médias forts, crédibles et indépendants », a souligné la Fédération des éditeurs de presse du Cameroun (Fedipresse) dans un communiqué rendu publique jeudi.

 

À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut