International â€ș AFP

La France va accueillir les premiers réfugiés évacués de Libye par le HCR

La France va accueillir les premiers rĂ©fugiĂ©s Ă©vacuĂ©s de Libye par le HCR au Niger, a annoncĂ© lundi Ă  l’AFP Pascal Brice, le directeur gĂ©nĂ©ral de l’Ofpra (Office français de protection de rĂ©fugiĂ©s et apatrides) Ă  l’issue d’une mission Ă  Niamey.

Ces rĂ©fugiĂ©s, arrivĂ©s Ă  Niamey le 11 novembre, devraient gagner la France « au plus tard en janvier », a-t-on indiquĂ© au ministĂšre de l’IntĂ©rieur. Ils avaient bĂ©nĂ©ficiĂ© de la premiĂšre Ă©vacuation de Libye, oĂč rĂšgne le chaos, menĂ©e par le Haut comissariat aux rĂ©fugiĂ©s (HCR) des Nations unies.

Il s’agit d’un groupe de 25 personnes, ErythrĂ©ens, Ethiopiens et Soudanais, et comprenant « 15 femmes et quatre enfants », a prĂ©cisĂ© Ă  l’AFP Pascal Brice, au terme de cette mission qui a Ă©galement permis d’entendre 47 rĂ©fugiĂ©s vivant actuellement au Niger.

« Une mission Ofpra/HCR vient de se rendre au Niger aprĂšs le Tchad pour protĂ©ger les rĂ©fugiĂ©s, y compris ceux Ă©vacuĂ©s de Libye. J’appelle nos partenaires Ă  rejoindre la France dans cette mobilisation pour Ă©viter les horribles exactions subies sur les routes migratoires », a tweetĂ© le chef de l’Etat Emmanuel Macron lundi matin.

Le HCR avait prĂ©sentĂ© Ă  l’Ofpra une liste de personnes repĂ©rĂ©es pour leur besoin de protection et celles qui seront retenues, aprĂšs une Ă©valuation sĂ©curitaire, obtiendront le statut de rĂ©fugiĂ© « trĂšs rapidement » aprĂšs leur arrivĂ©e en France, a prĂ©cisĂ© M. Brice.

Ils seront d’abord hĂ©bergĂ©s en structures collectives, « le temps de leur donner un certain nombre de clĂ©s sur la vie en France », a-t-on prĂ©cisĂ© Ă  la DGEF (Direction gĂ©nĂ©rale des Ă©trangers en France) qui coordonne l’opĂ©ration de rĂ©installation. AprĂšs ce sas de quelques mois, une nouveautĂ© dans les processus de rĂ©installation, ils seront orientĂ©s vers des logements classiques.

« C’est d’abord une maniĂšre de sauver des personnes qui sortaient d’un vĂ©ritable enfer, avec des tortures, des viols, des enlĂšvements d’enfants », explique M. Brice.

Cette semaine encore, un reportage de CNN montrant des migrants vendus aux enchĂšres a provoquĂ© une forte Ă©motion, suscitant des rĂ©actions indignĂ©es en Afrique et Ă  l’ONU.

Les rĂ©fugiĂ©s entendus de jeudi Ă  samedi pouvaient tĂ©moigner d’un parcours traumatique, notamment les femmes, « presque toutes victimes de violences sexuelles » selon M. Brice.

Fanous, ErythrĂ©enne de 20 ans, (les prĂ©noms ont Ă©tĂ© changĂ©s), a connu les centres de rĂ©tention en Libye oĂč « on vous frappe et on ne vous donne pas Ă  manger ». Mais « le pire, c’Ă©tait ce que j’ai vĂ©cu au Soudan », oĂč elle a dĂ» se mettre entre les mains des passeurs. Leur simple Ă©vocation la fait fondre en larmes.


– « Miracle » –

Aujourd’hui logĂ©s dans un quartier rĂ©sidentiel de Niamey, les rĂ©fugiĂ©s attendent avec impatience la rĂ©ponse de l’Ofpra.

« Les enfants ont hĂąte d’aller Ă  l’Ă©cole », explique Samia, trois garçons et une petite fille de 40 jours dans les bras, dont le mari a Ă©tĂ© enlevĂ© dans la rue en Libye.

Avec cette Ă©vacuation, « on a fait des miracles », assure Alessandra Morelli, responsable du HCR Ă  Niamey. L’incertitude a pesĂ© jusqu’au dernier moment: « L’aĂ©roport pouvait fermer pour des raisons de sĂ©curité ». Mais il a aussi fallu mettre Ă  contribution les autoritĂ©s nigĂ©riennes, la Croix-rouge, l’OIM (Organisation internationale pour les migrations)…

Ainsi que les autoritĂ©s françaises, qui mettaient alors sur pied leurs propres dispositifs pour aller chercher des rĂ©fugiĂ©s au Niger et au Tchad, conformĂ©ment Ă  l’engagement d’Emmanuel Macron qui a fixĂ© un objectf de 3.000 personnes d’ici 2019.

« La mission française a tout de suite intĂ©grĂ© qu’il y ait des Ă©vacuĂ©s de Libye » dans les opĂ©rations au Niger, assure Pascal Brice.

Le chiffre de 25 personnes peut sembler dĂ©risoire, par rapport aux 44.000 rĂ©fugiĂ©s enregistrĂ©s par le HCR en Libye. Mais « on est convaincu qu’il y aura d’autres opĂ©rations », assure Mme Morelli.

« L’enjeu maintenant est que d’autres pays, EuropĂ©ens, AmĂ©ricains, Canadiens, se joignent Ă  cette dĂ©marche », avance M. Brice.

La France aussi va continuer ses missions, aprĂšs les premiĂšres menĂ©es au Niger la semaine derniĂšre et au Tchad fin octobre. Avec une nouveautĂ©, dans la dĂ©termination des critĂšres: Ă  cĂŽtĂ© du besoin de recevoir l’asile, la France a pour la premiĂšre fois essayĂ© de repĂ©rer les rĂ©fugiĂ©s dĂ©terminĂ©s Ă  gagner l’Europe quel qu’en soit le prix.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut