Opinions › Tribune

La lettre de la semaine: Aux esclavagistes français impunis qui épousent des africaines

Par François Zoomevele Effa

C’est bientôt le 8 mars, et il va être commémoré la journée internationale des droits des femmes. A cet effet, je m’adresse particulièrement aux bourreaux des femmes africaines, ces métropolitains qui vont chercher leur négresse exotique en Afrique, puis viennent les transformer en esclaves soumises à leurs fantasmes sexuels, en objets de moqueries, les rabaissant et les humiliant afin d’assouvir le plus souvent une vengeance : ils sont en général frustrés rejetés, méprisés laids et complexés.

Il s’agit de vous Messieurs, vous qui répondez aux petites annonces des mariages exotiques dans certaines revues de chasseurs, dans les sites spécialisés et qui allez prendre pour épouses des Africaines pour qui le rêve est d’épouser un «Vieux Blanc » afin de sortir de la misère. C’est vrai qu’en général vous n’êtes pas souvent très beau, et que c’est parce qu’aucune fille de chez vous ne veut pas ou plus de vous.

Une fois votre épouse, que dis-je, votre esclave négresse à la maison, c’est la catastrophe. Vous lui réinventez un code noir revu et corrigé. C’est dans les petits villages que le calvaire est souvent terrible. La famille, les autorités, et parfois la gendarmerie se mettent d’accord pour en faire voir de toutes les couleurs à ces filles de la mauvaise couleur.

Le drame est qu’elles sont souvent belles, élégantes et sexy! Dans l’ignorance du droit des étrangers qui régit toutes ces procédures, et souvent dans le déni, il est souvent ordonné des expulsions du territoire français complètement illégales. Ceci n’est pas une exagération, mais une toute petite partie de la réalité des horreurs que vivent ces femmes. Il suffit de s’adresser aux associations qui s’occupent du droit des étrangers comme la CIMADE et les autres… .

Il y a aussi vous, les autorités des services des étrangers des préfectures, les bêtes noires des migrants. Pourquoi êtes-vous convaincus que tout mariage mixte est une escroquerie sentimentale, et que les étrangers épousant des Français sont suspects ? Après les humiliations subies dans vos ambassades et consulats pour la transcription du mariage et le visa d’entrée en France, c’est encore des difficultés à n’en plus finir que vous inventez souvent pour décourager ces couples. L’homme, ne connaissant pas souvent la législation de son pays, et les femmes africaines, ne se vouant qu’à ce mari pas très lettré, c’est souvent une torture morale et psychologique.

Quant à vous, législateurs de ces lois vraiment faites pour soumettre ces femmes étrangères à leur époux français, ne pensez-vous pas qu’il est temps de corriger ces mesures qui relèvent de l’indigénat, de ces lois coloniales d’un autre temps ? Comment pouvez-vous soumettre les épouses à leurs maris, en fixant à trois ans de vie commune pendant lesquels le chantage du titre de séjour est brandi ? Il est parfois difficile pour ces épouses de prouver qu’elles subissent des violences physiques et morales. Il arrive souvent qu’une gendarmerie ou un commissariat de police refuse de prendre une plainte. Et, dans la majorité des cas, les conjoints disent à leurs épouses africaines qu’elles n’ont aucun droit en France… .

Et vous, épouses africaines qui n’êtes pas toutes des anges non plus, vous êtes certes victimes des préjugés selon lesquels vous seriez des femmes soumises et obéissantes, dévouées à vos maris. Le pire des esclavage est celui dans lequel se complaire dans la peur et lâcheté deviennent une seconde nature. Ne serait-il pas temps Mesdames que vous dénonciez ces horreurs et que vous mettiez en garde vos s urs qui, faute de connaissances, se casseront la figure sur ce miroir aux alouettes.

Tous les « Vieux Blancs » ne sont pas des esclavagistes vicieux, certes. Quant à ceux qui se reconnaissent dans ces comportements racistes esclavagistes impérialistes et avilissants, je ne vous salue point.

François Zoomevele Effa
Droits réservés)/n


A SAVOIR

- Les opinions et analyses présentées dans cette rubrique n'engagent que leurs auteurs et nullement la rédaction de Journalducameroun.com.

- JournalduCameroun.com n'est pas responsable des affirmations qui y sont présentées et se réserve le droit de modifier ou de retirer un article qui diffamerait, insulterait ou contreviendrait au respect des libertés publiques.

L’Info en continu
  • Cameroun
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé