Opinions › Tribune

La lettre de la semaine: Aux ONG qui volent pillent au nom de l’Afrique

Par François Zoomevele Effa

Vous êtes nombreux, vous les requins, les voleurs, les menteurs, Européens et Africains qui vous enrichissez sur le dos de l’Afrique. Beaucoup d’entre vous prétendent apporter de l’aide culturelle, des soins médicaux, du secours aux handicapés des puits au sahel, mais c’est souvent la face cachée d’un impérialisme honteux, qui se traduit par des résultats comme la fameuse et fumeuse «Arche de Zoé», cette honte !

Il y a certes des ONG qui travaillent pour des causes valables. Mais, à bien regarder, il est difficile de penser que ce n’est que pour le bien de l’Afrique. Il s’agit souvent d’aller assouvir des fantasmes d’explorateur de civilisateur, de bienfaiteur, de protecteur, mais surtout mettre en dénominateur commun, une Afrique qui se devrait d’être déclinée à l’occidentale.

Comment pouvez-vous aller passer des vies entières à vivre dans les brousses africaines avec des gorilles des singes et d’autres animaux sauvages, pour soi-disant les soigner, les comprendre. Vous devenez des spécialistes des forêts et des bêtes qui sont contemporaines aux Africains. Vous en faites des expériences qui conduisent sans doute à créer des EBOLA et des SIDA, car vous jouez aux apprentis sorciers dans vos expérimentations, et nul ne vous surveille. On sait aussi que vous cherchez et exploitez des gisements de matières premières pour vos pays.

Qui peut imaginer une seule seconde un Africain, installé dans une forêt ou un bois en Europe, en train d’étudier les arbres, les lapins et les sangliers ! Voyez déjà comme sont traités ceux qui s’installent dans les forêts au Pas de Calais juste pour aller en Angleterre.

Je m’adresse particulièrement à un certain Monsieur Afrique de Besançon, qui a créé une association pour les Cultures africaines.

Vous avez dans votre fonds de commerce au nom de l’Afrique, aucun Africain représentatif valable de ce que vous appelez souvent la grande Afrique. Vous dirigez comme un dictateur africain cette association, et comme ces dictateurs, vous venez de passer en force en modifiant les statuts afin d’être réélu à la présidence. Mais comme si ça ne suffisait pas, vous exploitez les associations africaines que vous utilisez pour vos différentes activités. Vous ne les payez pas, et vous refusez de payer le juste prix des services que vous demandez, un peu comme dans la Françafrique, vous décidez vous même du prix que vous décidez pour les musiciens, les fournisseurs de gâteaux, de beignets et de repas.

Vous vous érigez aussi comme fédérateur des chrétiens africains du coin. Votre Lumière d’Afrique, ce festival de cinéma, est pour les Africains un festival des Ténèbres. Combien d’Africains y viennent ? Vous vous êtes associés à de ténébreux amis qui allaient, au nord du Cameroun y construire des écoles, et venaient raconter qu’un instituteur camerounais était payé trente euros le mois. Vous organisez ensemble des réveillons de la St. Sylvestre africains à des prix qui chassent les Africains, les réduisant pour la circonstance à des cuisiniers et troubadours exotiques de service, une espèce de sauce «solenka», quelque chose de honteusement colonial dans ce style.

Mais il y aussi des Africaines sans scrupule qui, à Besançon et ailleurs, montent des associations dans le genre «Cameroun Handicap» se sucrant largement sur le dos des infirmes de leur pays au nom desquels des âmes de bonne volonté font des dons. Alors, Mesdames qui trichez, volez, et vous faites des noms de bienfaitrices alors que vous n’êtes que des menteuses sans foi ni loi, arrêtez votre honteuse entreprises.

Quant à vous, autorités qui financez ces associations, Je vous prie de regarder de plus près ces aides qui alimentent les poches de ces escrocs aux cols blancs. Pour ces projets soi-disant culturels, sociaux et humanitaires africains, demandez-vous, avant de les financer si vous ne vous faites pas berner par des bandits, cultivés parfois certes, mais plus escrocs que jamais! Je voudrai vous informer que les subventions que vous octroyez au festival Lumières d’Afrique par exemple servent à son président chaque année à aller parader dans les hôtels de luxe de Cannes et de Ouagadougou, au nom de la culture africaine, alors que vous regardez à peine les projets faits par des Africains, citoyens de vos cités.

Vous comprendrez, Mesdames et Messieurs les voleurs et les menteurs, qu’il ne peut être question, même pas en rêve que je puisse vous saluer.

François Zoomevele Effa
Journalducameroun.com)/n



A SAVOIR

- Les opinions et analyses présentées dans cette rubrique n'engagent que leurs auteurs et nullement la rédaction de Journalducameroun.com.

- JournalduCameroun.com n'est pas responsable des affirmations qui y sont présentées et se réserve le droit de modifier ou de retirer un article qui diffamerait, insulterait ou contreviendrait au respect des libertés publiques.

À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Retour en haut
error: Contenu protégé