Opinions › Tribune

La lettre de la semaine: Aux racistes qui ne disent pas leurs noms et qui sèment la haine

Par François Zoomvele Effa

Mesdames et messieurs les hypocrites et les sournois, Vous n’aurez aucun mal à vous reconnaître, et déjà, tous les lecteurs savent qui vous êtes. Vous sévissez dans les médias dès qu’il y a un événement de grande envergure pour dénigrer les organisateurs, leur pays, leur civilisation. Voici quelques rappels rétrospectifs. Lors des derniers jeux olympiques en Russie, qu’est-ce qu’ils ont pris les pauvres. Leur Poutine de Président et sa dictature, et son impérialisme, et les mafias, et le manque de démocratie à l’Occidentale,…. Mais les jeux ont quand même eu lieu, comme dirait l’autre, le chien aboie et la caravane passe, et comme chanterait l’autre, «On vous connait».

Il y a eu la dernière coupe du monde de football en Afrique du Sud. Ce fut pour vous, l’occasion de manifester un racisme inqualifiable, non seulement à propos des reportages misérabilistes sur l’Afrique, mais vous vous êtes dépassés en vous acharnant sur le «Vuvuzela». Cette sonorité sauvage et barbare est passée à tous vos paroxysmes dans les qualificatifs coloniaux racistes. Vous ne teniez pas compte du fait que ce mondial se passait dans un pays qui avait sa culture ses goûts et que vos sons, vos tonalités n’étaient pas universels.

Mais c’est quand l’exportation de ces «vuvuzélas» a été interdite en France que le comble a été atteint. Pouvez-vous imaginer une seconde que l’on interdise pour cause d’incompatibilité d’habitude de sonorité vos trompettes, vos chants de supporters vos bruitages dans un autre pays? Oui, on vous connait!

C’est dans quelques jours le début du mondial au Brésil que, déjà, s’élèvent ces litanies racistes. Des spécialistes nous expliquent que la forêt amazonienne est en danger. Conclusion, il faut éviter la déforestation à tout prix, et ce commentateur, sur la radio R.C.F. explique que, pour cela, il convient de boycotter tous les produits sur lesquels il est marqué qu’il y a de l’huile de palme. Oui dit-il, c’est l’huile de palme qui est la cause de la déforestation.

Alors Monsieur l’ignard raciste, vous n’avez sans doute jamais vu de palmier à huile, sinon vous comprendriez que le planter n’empêche en aucun cas l’assimilation chlorophyllienne. C’est la déforestation par les exploitants forestiers de votre pays qui, depuis plus d’un siècle, dévaste les forêts africaines de tout le bassin du Congo, de la Centrafrique, du Cameroun et du Gabon. Ces arbres centenaires n’ont jamais été replantés, et ces destructeurs restent absolument impunis. Demandez à B.H.L. Qui n’a pas encore écrit de traité sur les bois précieux d’Afrique. On vous connait!

C’est dans le même ordre d’idées que vous avez honteusement menti, racontant que le SIDA venait d’Afrique, que c’était les singes qui le transmettaient aux Africains qui les mangeaient. Pourtant, vous qui avez des spécialistes qui vont vivre avec ces singes africains, n’avez jamais entendu parler des singes africains qui meurent du sida. On vous connait!

Je voudrais vous rappeler tous les bruits que vous avez fait et continuez de faire à propos de la polygamie, cette pratique qui est punie par la loi en France. Comment expliquez-vous que vous ayez voté une loi qui prétend s’appeler «Mariage pour tous ». Cette loi aurait dû non seulement légaliser les mariages entre homosexuels, mais aussi les mariages polygames. Que nenni! Il se trouve même qu’il y a de grands débats au sein des Eglises protestantes de France, sur la question de savoir si on doit oui ou non bénir les mariages homosexuels. Par contre, Mesdames et Messieurs les hypocrites et sournois, sachez, que lors de la prochaine coupe des confédérations, aucun média africain ne parlera de vos m urs, ni de vos forêts. Areva pourra continuer son marché équitable de l’uranium africain, et Bolloré recevra même le prix Nobel de la «Françafrique.» Quant à moi, jamais je ne vous saluerai.

François Zoomvele Effa
Journalducameroun.com)/n


A SAVOIR

- Les opinions et analyses présentées dans cette rubrique n'engagent que leurs auteurs et nullement la rédaction de Journalducameroun.com.

- JournalduCameroun.com n'est pas responsable des affirmations qui y sont présentées et se réserve le droit de modifier ou de retirer un article qui diffamerait, insulterait ou contreviendrait au respect des libertés publiques.

À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé