Opinions › Tribune

La lettre de la semaine: Aux tortionnaires et bourreaux de Enoh Meyomesse

Par François Zoomevele Effa

Aux tortionnaires et bourreaux de Enoh Meyomesse, prisonnier politique au Cameroun.

Messieurs, vous qui depuis des années avez fomenté cette mascarade et continuez à ourdir de plus belle ce complot qui détruit , élimine et veut tuer à petit feu ENOH MEYOMESSE, cet intellectuel et homme politique camerounais, vous nous donnez l’impression, en cette de la Pâques chrétienne, de faire un mauvais remake du tribunal et de la condamnation du Christ Sachez, Monsieur Gilbert CHILICK, président de la dernière mascarade que, de son temps, Ponce Pilate, reconnaissant publiquement l’innocence du Messie, s’était lavé symboliquement les mains avant de le livrer, car il avait peur de perdre son poste. Mais vous, alors qu’il a été démontré que la complicité de vol aggravé et de vente illicite d’or qu’on a honteusement et de façon ridicule accusé ENOH MEYOMESSE avait été annulée par votre Commissaire du gouvernement. Comment avez-vous pu sans scrupule, trouvé à requalifier de nouvelles charges mensongères à votre concitoyen qui vous fait tellement peur, alors que la logique la plus élémentaire consistait à l’acquitter, et à le libérer?

Vous n’êtes pas seul à salir le nom et à vouloir occulter l’ uvre de ce valeureux historien camerounais, ce qui donne à penser que vous n’avez jamais lu une seule de ses innombrables publications et ouvrages. Savez-vous que par votre injustice manifeste vous vous êtes inscrit sur la longue, triste et funeste liste des fossoyeurs des dignes enfants de votre pays, rejoignant les FOCHIVE et autres qui se reconnaissent. Vous êtes la risée et la honte de la Nation, et une épée de Damoclès va bientôt s’abattre .

Et vous, Monsieur le griot et doungourou en chef, TSIROMA!! Vous arrive-t-il encore de pouvoir vous regarder dans une glace? Vous qui affirmiez quand on arrêtait arbitrairement ENOH MEYOMESSE qu’il voulait monter on ne sait quel complot contre le Chef d’Etat, vous n’êtes plus à une ineptie prête. Ne serait-il pas normal que vous demandiez publiquement pardon à ENOH MEYOMESSE, pour l’avoir jeté en pâture avec vos mensonges qui viennent d’être démontrées inexacts et faux devant la cour.

A vous du «clan des lèche c.. boulou de la médiocrité», vous qui cultivez le tribalisme négatif qui punit de crime de lèse majesté tous ceux de la tribu du Président qui s’opposent à lui, vous qui maintenez et faites maintenir en détention pendant des décennies des Désiré ENGO et bien d’autres, vous qui êtes incapables de monter dans votre région un établissement public d’enseignement supérieur, mais qui vous acharnez à éliminer les BIBI NGOTA et autres, il serait temps pour vous de commencer à penser que le peuple va bientôt vous demander des comptes, et comme chantait un artiste révolutionnaire ,DJALA, «C’est sûr que le peuple vous aura».

Quant à vous cher Barthélémy, on nous dit que vous étiez au séminaire, vous connaissez par conséquent les évangiles. Vous n’avez pas à demander au peuple comme de son temps Ponce Pilate, de choisir entre BARRABAS et JESUS, qui devrait être libéré en cette période pascale. Vous êtes Président de la République et vous avez le droit de grâce. Vous pouvez l’appliquer à ENOH MEYOMESSE. Alors vous verrez, pour la première fois depuis vos trente-trois ans de règne, de vraies motions de soutien, et vous réparerez une injustice qui entache votre renommée et votre pays.

Avant de prendre la parole pour vos déclarations intempestives Monsieur le Ministre griot de l’info, je voudrai vous signaler que Ponce Pilate n’est pas le mari de Lady Ponce, et qu’il ne danse pas le bikutsi. Quant à toute la clique qui maintient ENOH MEYOMESSE en prison en dépit de tout bon sens, je ne vous salue point.

François Zoomvele Effa
Journalducameroun.com)/n


A SAVOIR

- Les opinions et analyses présentées dans cette rubrique n'engagent que leurs auteurs et nullement la rédaction de Journalducameroun.com.

- JournalduCameroun.com n'est pas responsable des affirmations qui y sont présentées et se réserve le droit de modifier ou de retirer un article qui diffamerait, insulterait ou contreviendrait au respect des libertés publiques.

L’Info en continu
  • Cameroun
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé